Le bilan peu reluisant du nucléaire français

Jean-Guy Rens

15 juillet 2014

Source : http://rens.ca/2012/humeur-17-bilan-peu-reluisant-du-nucleaire-francais/

 

Les dossiers noirs du nucléaire français, par Dominique Leglu, Monique Sené et Raymond Sené, Presses de la Cité, collection « Documents », Paris, 2013, 194 pages.

Cet ouvrage fait le bilan sécuritaire du nucléaire français – et le tableau qu’il présente n’est pas reluisant. Depuis ses débuts, l’industrie nucléaire en France a connu toutes sortes d’incidents et d’accidents qui, dans plusieurs cas, ont frôlé à la catastrophe, mais qui ont, dans tous les cas, été étouffés avec maestria.

Des accidents en série

En effet, l’industrie nucléaire en France a pris l’habitude de se targuer d’une feuille de route sans tache : pas de Three-Mile-Island, pas de Tchernobyl, pas de Fukushima chez nous. Mais il y a eu des rejets radioactifs à la centrale franco-belge de Chooz (1967), une fusion de 50 kg d’uranium à Saint-Laurent-des-Eaux (1969), une autre fusion de 20 kg d’uranium dans la même centrale qui, cette fois, a provoqué une contamination de la Loire, une fuite du circuit de refroidissement du réacteur à l’arrêt à Civaux (1998), une inondation à la centrale du Blayais sur les bords de la Gironde (1999)… La liste compilée par les auteurs des Dossiers noirs du nucléaire français est si longue qu’elle en devient fastidieuse.

Chacun de ces accidents a été soigneusement occulté, minimisé, savamment enrobé dans la langue de bois de la fonction publique, ce qui explique que leur effet pédagogique sur la population est demeuré nul. Ce qui est plus grave, c’est que la culture du secret a interdit à l’exploitant (EDF) de faire bénéficier les opérateurs de ses propres centrales du retour d’expérience acquis à gros frais à l’occasion de tel ou tel épisode. Ainsi, les ingénieurs de Civaux ignoraient le deuxième accident de Saint-Laurent-des-Eaux et ont-ils été condamnés à revivre la même courbe d’apprentissage que leurs collègues par essais-erreurs.

À plus forte raison, les autorités régionales (mairies, conseils régionaux et même les préfectures) ont été tenues dans le noir absolu, même si elles sont les premières concernées par un accident nucléaire. Le spécialiste mondial de gestion de crise, Patrick Lagadec, a résumé ainsi cette attitude passive : « Ne faites rien, attendez les instructions. »[1]

Au-delà des accidents, les autorités ont réussi à faire oublier par l’opinion publique le fiasco économique et technologique de Crey-Malville qui a accumulé les pannes et les incidents jusqu’à contraindre son arrêt final en 1998 après huit mois d’utilisation seulement. Or, rappellent les auteurs, le plan original de l’industrie nucléaire prévoyait la construction de 50 surgénérateurs de type Crey-Malville. L’ensemble du projet aura coûté 12 milliards d’euros, ce qui est vraisemblablement sous-estimé puisque les travaux de déconstruction de la centrale ne sont pas terminés.[2]

Les deux unités à eau pressurisée (REP) de Saint-Laurent-des-Eaux, dans le val de Loire, sont en fonctionnement depuis 1983. Le site contient également les deux anciens réacteurs nucléaires de la filière graphite-gaz (UNGG) en phase de déconstruction. Ce sont eux qui ont subi les accidents mentionnés dans le texte.

Saint-Laurent-des-Eaux-large

Les deux unités à eau pressurisée (REP) de Saint-Laurent-des-Eaux, dans le val de Loire, sont en fonctionnement depuis 1983. Le site contient également les deux anciens réacteurs nucléaires de la filière graphite-gaz (UNGG) en phase de déconstruction. Ce sont eux qui ont subi les accidents mentionnés dans le texte.

 

Une gestion du risque déficiente

Les Dossiers noirs du nucléaire français sont divisés en deux parties : une est consacrée, comme nous venons de le voir aux accidents survenus dans les centrales; l’autre (la première, en fait) traite des mesures de sécurité en vigueur. Nous apprenons ainsi que les centrales nucléaires sont conçues pour résister aux accidents « physiquement plausibles ». Les auteurs s’insurgent contre un concept aussi réducteur qui ne tient pas compte des précédents.

Ceux-ci enseignent que les accidents se produisent à la suite d’une accumulation de défaillances techniques et d’erreurs humaines non modélisables, donc non considérées comme « physiquement plausibles ». Il n’est jusqu’au directeur de l’’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), Jacques Repussard, qui ne se soit inquiété de ce que « l’effet de site » ne soit pas suffisamment pris en compte.

Cela signifie que les mesures de sécurité suivies par EDF, Areva et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) sont identiques pour toutes les centrales, alors que chacune d’entre elles possède ses propres caractéristiques (sols, conformation des terrains, risque sismique…). Ces mêmes mesures de sécurité ne prévoient que des évacuations minimales de population en cas de danger : rayon de 10 km au maximum. Mais que se passerait-il si les rejets radioactifs dépassaient cette zone, comme ce fut le cas à Fukushima? Que se passerait-il si l’accident se prolongeait des semaines, voire des mois, alors que les mesures prévues ne prévoient que des évacuations ponctuelles?

Le caractère restrictif et bureaucratique des mesures de sécurité est détaillé avec une précision impitoyable. Ainsi, les réactions des autorités françaises devant l’insouciance soviétique à Tchernobyl qui n’avaient pas prévu d’enceinte de confinement, est mise en regard de la situation des réacteurs français de première génération (graphite-gaz) qui n’en avaient pas non plus, et qui fonctionnaient encore en 1986 (Chinon, Saint-Laurent, Bugey). En fait, il n’existait pas à l’époque en France de scénario d’accident basé sur une séquence accidentelle avec fusion du cœur. Comme si Saint-Laurent-des-Eaux et Three-Mile-Island n’avaient pas existé !

Encore cet ouvrage n’est-il pas complet puisqu’il précise d’emblée ne pas traiter des questions liées à la sécurité du territoire – en clair : le terrorisme. Pourtant, même dans le domaine circonscrit de la vulnérabilité systémique qui est le sien, ce que ses auteurs dévoilent est saisissant.

Ainsi, les bâtiments qui abritent les génératrices au diesel chargées de prendre la relève en cas de coupure de courant, ne sont pas conçus aux normes sismiques. Les bâtiments de sécurité qui abritent les équipes de gestion de crise non plus. Ces aberrations techniques prêteraient à sourire si elle me témoignaient de l’aveuglement d’un État soucieux de grandeur politique… et de petites économies effectuées sur le dos des gens.

En guise de conclusion: pourvu que ça ne dure pas !

Signalons enfin que Les dossiers noirs du nucléaire français est un livre écrit en langue claire et vivante, sans dramatisation, ni effet de toge, ce qui est une qualité assez rare dans ce domaine hautement technologique et tout autant polémique. Monique Sené et Raymond Sené sont deux physiciens nucléaires qui ont signé l’Appel des 400 en 1975 et contribué à créer cette même année le Groupement de scientifiques pour l’information sur l’Énergie nucléaire (GSIEN) – Monique Sené en a été la première présidente; Dominique Leglu est directrice de la rédaction de Sciences et Avenir.

Le résultat est un ouvrage solide sur le plan scientifique et lisible par le lecteur sans formation technologique. Toute personne désireuse de savoir quels sont les enjeux de l’énergie nucléaire doit lire cet ouvrage écrit sans passion autre que celle de faire sortir la vérité de l’ombre dans laquelle on a tenté trop longtemps de la contenir. Le fait que ce livre ait pu être publié dans une maison d’édition grand public (les Presses de la Cité) est un signe qui ne trompe pas : la situation évolue en France. Les catastrophes de Tchernobyl et surtout de Fukushima ont servi de « détonateurs » à une prise de conscience tardive, mais bien réelle – les anarchistes parleraient de « propagande par le fait ».

Il n’est que souhaiter que cette évolution se traduise par un démantèlement des centrales ait lieu avant qu’un accident de plus ne se traduise en catastrophe – issue qui est non pas probable, mais inéluctable si le programme nucléaire français perdure assez longtemps. — [1] In Le Courrier des maires, N° 245, avril 2011. Cité page 21. [2] Rapport de Cour des comptes de janvier 1997. Le chiffre avancé était de 60 milliards de francs que nous avons exprimé en euros en utilisant le convertisseur franc-euro de l’INSEE qui mesure l’érosion monétaire due à l’inflation.

Il est vrai que la Cour des comptes prétendait à l’époque que Crey-Malville avait produit de l’énergie à raison de 20 milliards de francs, ce qui ne laissait « que » 40 milliards de francs de trou.

Poster un commentaire

Classé dans en français, Technologies

Et si le nucléaire était encore beaucoup plus mortifère qu’on ne l’imagine ?

Est-ce pour cela que le mensonge et l’omerta accompagnent depuis ses débuts la saga atomique ?

Savons-nous combien de victimes sont dues aux technologies atomiques qu’elles soient civiles ou militaires, depuis le début de leur développement ?

Pierre Péguin, automne 2019.

Qu’est-ce qui nous pousse à un décompte morbide des victimes du nucléaire ?

C’est d’abord l’observation d’une véritable épidémie de cancers, leucémies et autres pathologies depuis les années 70 qui touche tous les âges, et qui paraît même s’aggraver. Demandons-nous comment expliquer ce qui se passe. A notre avis il s’agit essentiellement de la dégradation de notre environnement par deux principaux co-responsables : la chimie (agriculture, nourriture, dans la maison, etc.), et la radioactivité dont on ne le sait pas assez qu’elle touche insidieusement tout le vivant.

C’est aussi l’alarme lancée par certains médias (bien peu nombreux!) en 2003, alarme restée confidentielle. Ainsi le journal belge Le Soir du 12 février 2003 titre: « Morbide bilan nucléaire : soixante millions de morts depuis 1945 ». L’auteur de l’article, Christophe Schoune, ajoute : « C’est une solide dose de poil à gratter que quarante-six scientifiques viennent de glisser dans la boîte aux lettres de diverses institutions internationales, dont la Commission européenne. Le premier rapport du Comité européen sur les risques de l’irradiations CERI (1) remet en cause les normes et méthodes d’évaluation qui ont prévalu jusqu’à présent en matière de radioprotection. Sollicitée et financée par le groupe Verts européens, il y a cinq ans, l’élaboration de cette étude a été coordonnée par le chimiste anglais Chris Busby et a rassemblé une palette d’experts indépendants du monde entier».

La création du CERI reposait sur le fait « qu’il existait suffisamment de preuves démontrant qu’une exposition de faible dose due à des radio-éléments artificiels provoquait des problèmes de santé, et que les modèles conventionnels de la Commission Internationale de Protection contre les Radiations (CIPR) n’ont aucunement prévu ces effets. »

C’est pourquoi, en 2001, des membres du Parlement Européen ont décidé de soutenir la rédaction du rapport « Etude des effets sanitaires de l’exposition aux faibles doses de radiation ionisante à des fins de radioprotection », Rapport CERI publié en 2003 (1).

Comment les organismes internationaux ont-ils procédé jusque là? Et en quoi il fallait remettre en cause les bases officielles de la radioprotection.

L’UNSCEAR (2) structure chargée de dire la connaissance scientifique officielle du lobby international, et ce, sans contestation possible (!), reprend les résultats recueillis par les américains dans le suivi sanitaire des irradiés d’Hiroshima et Nagasaki qui ont survécu aux explosions. Les troupes d’occupation avaient pour mission de bloquer toute intervention d’expert indépendant, de façon à contrôler strictement la collecte et la diffusion édulcorée des résultats. Il fallait à tout prix éviter une accusation de crime contre l’humanité et prétendre que ces bombardements étaient indispensables pour mettre un terme à la guerre. En fait d’après des analyses historiques (3), la reddition du Japon a été repoussée pour laisser le temps d’effecteur les bombardements criminels, et montrer ainsi à l’URSS la supériorité des US, c’était le début de la guerre froide.

Cela a permis à la CIPR (4) de préconiser des normes laxistes de protection basées sur le suivi de l’agonie de survivants positionnés à différentes distances du cœur de l’explosion. Outre le fait que le secret a entouré ces observations, et que de plus les structures internationales de sureté nucléaire sont verrouillées sans contrôle démocratique, les experts du CERI ont critiqué la démarche scientifique pour les raisons suivantes.

– Les survivants ont dû être parmi les plus résistants des habitants de ces villes, les plus fragiles (jeunes, femmes enceintes, etc.) étant déjà tués beaucoup plus facilement. La « cohorte » suivie n’est donc pas représentative d’une population moyenne. ,

– Il s’est agi au Japon d’irradiation violente (rayonnement gamma pour l’essentiel), alors que le fonctionnement actuel des réacteurs engendre des quantités importantes de radioéléments dont la contamination interne à petite dose est d’autant plus dangereuse qu’ils peuvent se comporter chimiquement comme des élèments nécessaires à la vie et prendre leur place dans nos organismes ( Césium 137, strontium 90, iode 131, etc. ). Il n’est donc pas possible de donner du crédit à l’extrapolation vers les faibles doses de la relation linéaire liant le nombre de victimes à la dose reçue. L’existence d’un seuil en-dessous duquel l’irradiation serait inoffensive n’est pas crédible non plus, or on trouve encore des textes annonçant qu’au dessous de 100msv il n’y a pas d’effets prouvés !

– La comparaison avec la radioactivité naturelle n’a pas de sens, la radioactivité artificielle est composée d’éléments qui n’existent pas à l’état naturel, éléments qui entrent dans le cycle de la vie et contaminent les organismes vivants.

– Les calculs officiels de prennent pas en compte les graves conséquences de la contamination interne (5). Ils ne tiennent pas compte des autres pathologies provoquées par la radioactivité, ni des effets génétiques transmissibles, ni encore des fausse-couches ou des bébés mort-nés. Ils ont pu ainsi faire l’impasse sur les effets à long terme des contaminations par de faibles doses, et sur les conséquences de transmission génétique d’altérations. Et c’était avant la découverte de l’ADN, en 1953.

– Les fortes doses tuent, les faibles doses agissent à plus long terme, elles abîment les cellules, créent des radicaux libres et provoquent des mutations. Elles tuent aussi, mais à terme.

Le modèle CIPR fait comme si l’irradiation était répartie uniformement sur le corps, pas de distinction entre l’irradiation et la contamination entaînant une concentration de radioactivité localisée sur certains organes.

Quelle est la démarche du CERI ?

En comparaison, la démarche du CERI est justifiée par l’observation de ce qui se passe réellement. Il existe de nombreuses données d’études épidémiologiques étrangères (en France on se garde bien d’en faire, bien sûr) montrant une augmentation de la morbidité et de la mortalité par cancers, associée à des rejets radioactifs : taux de cancers et de leucémies dans des populations vivant à proximité de sites nucléaires ; cas des travailleurs du nucléaire ; corrélation entre l’épidémie de cancers du sein et les essais nucléaires en atmosphère ; ou encore les conséquences des catastrophes (par exemple les enfants leucémiques biélorusses après Tchernobyl).

Et si seuls les cancers et leucémies sont pris en compte par les structures officielles, le CERI a analysé les différentes pathologies supportées par les victimes. Les atteintes générales à la santé, dont on souffre pendant toute sa vie, sont sans doute plus difficiles à quantifier, mais cette difficulté ne signifie pas que les rayonnements n’ont aucun effet sur ces paramètres.

Ont également été pris en compte les données sur l’augmentation des taux de mortalité infantile et d’enfants morts-nés , suite aux retombées globales des essais nucléaires en atmosphère ou aux contaminations des régions touchées par les catastrophes. Là où les données précises manquaient, il a fallu extrapoler à partir d’autres indicateurs. L’évaluation des risques liés à une exposition aux radiations, telle qu’adoptée aujourd’hui par les experts en radioprotection et qui sert de base à la législation européenne en vigueur, est donc grossièrement insuffisante et scientifiquement obsolète.

En savoir plus sur la démarche du CERI,

Le CERI ne se contente pas d’analyser les insuffisances du modèle adopté par les experts officiels pour rendre compte des effets de la radioactivité sur l’homme ; il en propose une approche nouvelle. Il se base sur toutes les données épidémiologiques disponibles et introduit pour le calcul des doses reçues des facteurs de pondération biologiques et biophysiques qui rendent compte des effets au niveau cellulaire pour tous les types d’irradiation et notamment par contamination interne.

Ainsi, les effets d’une contamination par des particules radioactives microscopiques (notamment de plutonium ou d’uranium appauvri) se révèlent 100 à 1’000 fois plus graves que prévu par les instances officielles. De même, l’exposition à certains radio-isotopes artificiels comme le cesium 137, ou encore le strontium 90 l’iode 131, rejetés par l’industrie nucléaire, est largement plus dommageable qu’envisagé à ce jour. Les scientifiques du CERI recommandent en conclusion des valeurs-limites plus sévères pour les doses reçues par le public et les travailleurs du nucléaire et, en conséquence, une réévaluation des exigences légales à l’égard de l’industrie nucléaire.

Quels sont les résultats de cette étude aux conclusions surprenantes ? L’impact total sur la santé humaine jusqu’en 2000 est calculée et comparée avec les données officielles 60 fois plus faibles !

Total des morts par cancers : 61 619 512, (CIPR  : 1 173 606),
Total des cancers : 123 239 024 ,(CIPR : 2 350 000),
Mortalité infantile : 1 600 000, (non prise en compte par la CIPR),
Mort foetale : 1 880 000, (non prise en compte par la CIPR),
Perte de la qualité de vie : 10%, (non prise en compte par la CIPR).

Conséquence « logique » pour ces experts : il importe de réduire la dose maximale de rayonnement admissible à 0,1 millisievert (contre 1 mSv actuellement) pour chaque être humain. « Cela fait quinze ans que je collecte et j’analyse l’impact des radiations à faible dose », commente le biologiste russe Alexey Yablokov, coauteur de l’étude. « Ces données m’ont convaincu que les standards internationaux ont jusqu’à présent reflété davantage les intérêts de l’industrie nucléaire que le souci réel de la santé humaine ».

A chaque problème, à chaque accident ou catastrophe, tout est fait pour que ne soit pas remis en cause le nucléaire, et ce, au mépris de la vie et de la santé des populations (6). Cette maîtrise criminelle de l’information a pu être appelée « Comédie Atomique » (7) ou encore « négationnisme » (3) bien que ce terme soit connoté.

Réaction de l’IRSN Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire(8)

Deux ans plus tard l’IRSN, institut hexagonal, a publié un contre-rapport. Il conteste le mode de calcul retenu par le CERI, souligne des « incohérences » dans son raisonnement et prétend qu’il n’y a pas lieu de remettre en cause le système actuel de radioprotection. Mais il reconnaît en même temps que « certains composants de ce système pourraient probablement être améliorés en s’intéressant de façon plus explicite et systématique aux incertitudes liées à la détermination de la dose après contamination interne. » Celle-ci désigne les radionucléides inhalés ou ingérés.

Cet aveu est un événement, tant les positions paraissaient intangibles. Jacques Repussard, directeur général de l’IRSN jusqu’en 2016, a reconnu que «l’impact des contaminations internes aux faibles doses mérite des investigations« , et appelé à des études complémentaires (bonne façon d’enterrer le problème comme d’habitude, car d’après Chris Busby coordinateur du CERI les données recueillies depuis Tchernobyl sont déjà suffisamment claires pour invalider le modèle du lobby et pour fonder la radioprotection sur la biologie plutôt que sur la physique…).

Les malheurs subis par les populations de Biélorussie ne sont pas reconnus par l’IRSN pour qui les pathologies cardio-vasculaires et les troubles du comportement constatés chez les enfants de Biélorussie, les baisses de fertilité qui touchent les adultes pourraient être dues à la peur du nucléaire, la nucléophobie, au tabac et à l’alcool. « Il faut tirer ça au clair sans préjuger du résultat », indique Jacques Repussard. En distillant le doute sur l’origine des problèmes, technique habituelle (10), les nucléocrates en viennent même à refuser les cures de pectines pouvant alléger les souffrances des enfants. Choix criminel (6) pour sauver le nucléaire.

Cancer et leucémies sont des maladies dont la multiplication est liée à l’ère atomique. Mais la radioactivité engendre bien d’autres pathologies.

Les essais nucléaires entraînent des retombées radioactives et la dispersion de radioéléments sur l’ensemble de la planète, et s’ils ont été terriblement préjudiciables à la santé dans les zones d’essai, tout notre environnement est plus ou moins contaminé, l’ADN de tout le vivant est touché. Quant à la production d’électricité nucléaire, elle fabrique énormément de ces radioéléments artificiels, en relâche en permanence par ses rejets autorisés (iode, tritium, etc.) et surtout par ses accidents et catastrophes.

D’après Michel Fernex (11), « il existe une augmentation statistiquement démontrée du nombre de  leucémies aigües chez les enfants de moins de 5 ans dans un rayon de 5 km autour des centrales nucléaires en fonctionnement normal. Celles-ci sont autorisées à rejeter dans l’air et dans l’eau des particules radioactives qui contaminent durablement la région. Ces autorisations sont éthiquement inacceptables ». C’est d’ailleurs dès 1958, qu’Alice Stewart présentait le fait que de très faibles doses de rayonnements ionisants sont cancérigènes pour le fœtus pendant la grossesse.

Les normes « admissibles » fixées par les institutions sous l’influence des lobbies pro-nucléaires ne protègent pas les travailleurs, ni les populations.

EN GUISE DE CONCLUSION

Ne nous faisons pas d’illusions, les organismes officiels de protection contre les rayonnements ont en fait pour rôle de protéger l’industrie de l’atome plutôt que la santé des populations (7). On retrouve finalement ce que Royer (3) a appelé le négationnisme nucléaire. Tout est fait pour cacher la gravité des dégâts de cette technologie qu’elle soit civile ou militaire. L’acharnement du lobby à prétendre que les pathologies liées aux contaminations radioactives sont dues pour l’essentiel à la « nucléophobie » est honteuse, l’obligation à faire vivre les populations dans le « jardin nucléaire » en application du programme Ethos-Core (6), allant jusqu’à supprimer les cures de pectines pouvant alléger les souffrances des enfants contaminés, est criminelle. Cela montre ce qui nous attend en cas de catastrophe en France ou en Belgique.

Un combat auprès des médias est nécessaire pour que soit enfin révélée la véritable nature du nucléaire, une technologie mortifère au service des puissants de ce monde, qu’il faut arrêter de toute urgence. La désinformation,le mensonge sont la règle du nucléaire héritier de la fabrication de la bombe. Caractéristique logique d’une technologie sophistiquée et dangereuse qui ne peut survivre que par des fonds publics colossaux, devant exclure le citoyen de l’information.

En ont été particulièrement victimes les militaires des essais nucléaires ; les populations d’Algérie, du Pacifique, de Polynésie; les populations des sites de guerre de Bosnie, Kosowo, Irak, Afghanistan ; les Européens occidentaux suite à Winsdcale, en 1957 ; les populations de Biélorussie et d’Ukraine (1986) et du Japon (2011), les populationd voisines des installations nucléaires, et toute la planète du fait des essais nucléaires atmosphériques. Comme les temps de latence sont relativement longs chez les adultes, les effets se sont manifestés avec plus de retard qu’à Tchernobyl où une population enfantine importante a été touchée.

Le système actuel de définition des normes de protection repose sur l’étude de la cohorte des survivants d’Hiroshima-Nagasaki. Il est certain que la tragédie de Tchernobyl a montré, une fois de plus, les limites de ce système. A Hiroshime-Nagasaki les personnes n’ont pas pu subir une contamination interne chronique pour l’excellente raison qu’il n’y a qu’1 kilogramme de matière qui a fissionné. A Tchernobyl on parle en tonnes et de millions de personnes dont l’immense majorité n’ont pas été irradiées mais contaminées.

D’après le CERI le nucléaire est responsable de 61,6 millions de morts par cancers de 1945 à 2000, contre 1,1 million selon les sources officielles, le nombre de cancers est pour sa part évalué à 123,2 millions contre 2,3 et l’étude estime en outre que les radiations ont induit une importante mortalité infantile et foetale (3,4 millions).

Et aujourd’hui 20 ans plus tard à combien de victimes serions-nous, 70 millions ? La mortalité infantile, indicateur de la pollution radioactive, augmente dans le monde.

Alors pourquoi s’encombrer d’une telle technologie aussi dangereuse, lourde, coûteuse, alors qu’elle n’assure que 2 % de toute l’énergie consommée dans le monde, ce qui est dérisoire. Qu’est-ce qui pousse l’État et le lobby français à s’entêter dans cette voie contrairement à nos voisins européens ? La « grandeur » de la France est-elle à ce prix, et cette grandeur contribue-t-elle au bien vivre ? Le prétexte climatique n’est-il pas un faux prétexte ? Nous laisserons-nous longtemps manœuvrer par le complexe militaro-techico-politique ?

Il est temps d’exiger l’arrêt du nucléaire en extrème urgence (11).

On trouvera en annexe des compléments relatifs à Tchernobyl, Fukushima et aux pathologies liées à la radioactivité.

En Annexe

Après Tchernobyl

La contamination radioactive due à Tchernobyl est plus dangereuse que celle de Hiroshima et Nagasaki, tant parce que la quantité des radionucléides rejetés par la Catastrophe dans la biosphère est des milliers de fois supérieure, qu’à cause de la nature des radionucléides. En effet l’industrie nucléaire génère des éléments qui n’existent pratiquement pas dans la nature et qui sont métabolisés dans le cycle de la vie tels que le césium 137ou encore le strontium 90, prenant la place du potassium et du calcium dans les organismes vivants. Les conséquences génétiques de la catastrophe de Tchernobyl toucheront pendant des siècles des centaines de millions de personnes, parmi lesquelles:

· celles qui ont subi le premier choc radiologique par les radionucléides de courte période dans le monde entier, en 1986. c’est le cas de l’iode 131 qui provoque de multiples pathologies de la thyroide ;

· celles qui vivent, et vivront dans les territoires contaminés par les catastrophes ou sur les sites de guerre ayant subi les explosions d’obus à tête d’uranium, pendant des milliers d’années;

· les enfants et descendants des géniteurs irradiés et ce pendant des générations (même en vivant loin des territoires contaminés).

Le professeur Youri Bandajevsky a effectué de nombreuses recherches sur les effets de la contamination des enfants des territoires du Bélarus contaminés. Il a établi que les enfants avaient des problèmes cardiaques en fonction de leur teneur en Césium 137,menaçant le pronostic vital, notamment des arythmies, une insuffisance cardiaque (angine) et des crises cardiaques (infarctus) pouvant entraîner la mort. Ces recherches ont d’ailleurs abouti à ce qu’il soit jeté en prison pendant plusieurs années par le Gouvernement biélorusse : il n’a été libéré que suite à une pression massive de l’Union européenne et à la délivrance d’un passeport européen.

Mais l’Institut Belrad, soutenu à bout de bras par ETB (12) continue à fournir aux enfants des cures à base de pectine, et ce malgré l’hositilité du pouvoir Biélorusse encouragé par l’action criminelle du lobby nucléaire français (13) pour qui ces traitements sont inutiles puisque Tchernobyl n’aurait fait que peu de victimes. D’après le programme Ethos/Core (14) il est possible de vivre dans le « jardin nucléaire »…..

Mais si le lobby concède qu’il y aurait pu y avoir quelques milliers de victimes, la compilation de 5000 documents a permis à l’Université de médecine de New-York (15) d’estimer le nombre de décès attribuables aux retombées de l’accident de Tchernobyl, entre 1986 et 2004 à un million, dans le monde entier.

Après Fukushima La catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi a été évaluée au niveau 7 comme Tchernobyl, niveau utilisé pour décrire un « rejet majeur de matières radioactives avec des effets considérables sur la santé générale et l’environnement qui nécessite la mise en œuvre de contre-mesures planifiées et étendues ».

Environ 32 millions de personnes au Japon, soit un quart de la population du pays, ont été affectées par la radioactivité émise par l’accident nucléaire de Fukushima, selon un nouveau rapport de Green Cross, montrant une nouvelle fois le risque inconsidéré de l’énergie nucléaire. Le comité ECRR a décidé de publier la présentation de Bandajevsky, lors de la conférence de 2009 à Lesbos, au sujet des populations vivant dans les territoires contaminés de Fukushima (16).

Il reste que cette catastrophe diffère de celle de Tchernobyl en ce que la fusion des cœurs, constituant le corium, font que la catastrophe perdure sans contrôle possible de leur évolution.

Les pathologies engendrées par la radioactivité outre cancer et leucémies,

Passons les en revue même si c’est rébarbatif. Elles sont multiples et s’il faut en retenir quelque chose, c’est qu’au delà de l’épidémie de cancers et de leucémies, les contaminations radioactives entraînent de toutes façons une altération du système immunitaire fragilisant la résistances aux agressions sanitaires et un vieillissement prématuré, au point que les enfants de Biélorussie contaminés ont des pathologies de vieux !

Mais retenir aussi que les altérations subies sont transmissibles aux descendances. Les enfants de « liquidateurs » survivants ou de « vétérans » nés après coup et loin des zones contaminées en subissent les conséquences. Quant aux jeunes filles touchées par Fukushima, elles savent qu’elles auront de mal à se marier.

Cela commence par un affaiblissement général de l’état de santé lié à la détérioration de l’ADN des cellules, se produisant dès les faibles doses dues à l’exposition aux retombées radioactives des bombes atomiques (2400 ont explosé à titre d’essais !), et à celles des catastrophes nucléaires. Il faut y ajouter les contaminations par les rejets autorisés en fonctionnement « normal » des centrales et des centres nucléaires tels que la Hague, Sellafield, Cadarache. Cet affaiblissement peut conduire non seulement à un vieillissement précoce, mais à diverses maladies : système cardiovasculaire, glandulaire tel que thyroïde ce qui entraîne pathologies et retards mentaux, affections neurologique, du foie, du pancréas, des reins, d’où diabète, stérilité, etc.

Ces données ne résument pas tous les problèmes dont souffrent les personnes irradiés on contaninées. Il reste les maladies liées à l’atteinte du système immunitaire, le “Sida de Tchernobyl”, les maladies auto-immunes, les hypothyroïdies, les diabètes sucrés type I et type II, et d’autres maladies endocriniennes, y compris la stérilité, des maladies digestives, gastrites et ulcères duodénaux, le retard pour la cicatrisation des plaies ou pour la réparation des fractures .

La majorité de ces maladies touchent davantage les jeunes. Mais aussi, pour tous, après un temps de latence de quelques années, on constate des atteintes du système nerveux central, troubles neuro-psychiques, états dépressifs fréquents pouvant conduire au suicide, schizophrénie cinq fois plus fréquente chez les irradiés ou contaminés que dans la population non irradiée et non contaminée. Également difficultés à penser, perte de mémoire, fatigue intense et persistante (syndrome de fatigue chronique), impuissance sexuelle, douleurs neuro-musculaires et articulaires.

Les mêmes effets ont été reconnus chez les vétérans des guerres où des soldats ont été exposés aux aérosols des explosions d’obus à tête d’uranium (dit uranium appauvri) notamment en Serbie. On peut retrouver ces symptômes chez des militaires qui ont participé aux essais nucléaires.

Mais pour le lobby c’est simple, « circulez il n’y a rien à voir », cela est dû à la peur du nucléaire, la nucléophobie qui provoque ces dommages. C’est donc simplement psychologique, et si votre gamin est malade c’est parce qu’il est sensible à votre stress, ou si dans les hopitaux d’Irak les naissances de monstres affreux se multiplient, c’est encore la faute des parents et non de la pollution par les poussières d’uranium…..

Pour en savoir plus, consulter (17).

A propos des faibles doses de contamination, (d’après Michel Fernex (18), à Biederthal, le 15 septembre 2015).  

Dès 1958, Alice Stewart (qui fut la première présidente du CERI à sa création) porte à la connaissance de la communauté scientifique et du public le fait que de très faibles doses de rayonnements ionisants sont cancérigènes pour le fœtus pendant la grossesse. On découvre une augmentation de l’incidence des cancers et notamment des leucémies aiguës des enfants étant nés ou habitant autour des centrales nucléaires.

Autour de la centrale atomique de Krümmel en Allemagne, l’incidence des leucémies de l’enfant a nettement augmenté 5 ans après la mise en route de la centrale en 1983. Une pétition avec 10’000 signatures de citoyens inquiets a demandé une enquête et une étude épidémiologique de grande envergure a été initiée. Les chercheurs ont étudié l’incidence des leucémies autour de 16 centrales atomiques allemandes. Cette étude finalement publiée en 2007 montre que ces centrales, situées dans des environnements très différents, s’accompagnent d’une augmentation statistiquement significative du nombre de leucémies aigües chez le jeune enfant (moins de 5 ans) dans un rayon de 5 km autour des centrales.

Les sites de retraitement des déchets nucléaires sont source d’une augmentation des leucémies aigües et d’autres cancers dans un bien plus vaste territoire qu’autour des centrales atomiques. C’est le cas du site de Sellafield en Grande Bretagne. L’augmentation des leucémies aigües autour du site de retraitement de La Hague en France a été démontrée par le professeur Jean-François Viel, qui a été sanctionné pour cette révélation.

Qu’en est-il de la descendance d’adultes ayant été irradiés. D’après les études du Pr Goncharova (19)sur des rongeurs et des poissons, il n’y a pas d’adaptation génétique à l’effet mutagène des rayonnements: la fréquence des mutations continue à croître dans les générations successives au delà de la 10ème génération.

Michel Fernex a fait état d’observations sur un insecte , le « papillon bleu », dont les malformations présentes sur la 1ere génération irradiée, augmentent sur les générations suivantes au point qu’à la 10ième plus de la moitié des papillons sont touchés…

Et voila pourquoi les enfants et petits enfants des vétérans ou des liquidateurs de Tchernobyl sont touchés, comme le sont les descendants des populations contaminées… (voir les naissances monstrueuses dans les hopitaux irakiens des zones de guerre contaminées par les obus à terre d’uranium).

(1) CERI (Comité Européen sur le risque de l’irradiation, créé en 1997 à l’initative d’Alice Stewart) Recommandations 2003 du CERI, traduit par Françoise Dupont et Paul Lannoye, disponible en librairie, ed Frison-Roche, 2004.

(2) UNSCEAR (Comité scientifique des Nations unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (United Nations Scientific Committee on the Effects of Atomic Radiation, créé par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1955) C’est l’instance de l’ONU qui «  dit la science », qui en a le monopole sans contestation possible. Ses membres sont nommés par les Etats, ils sont choisis évidemment pour porter la parole officielle et neutraliser toute remise en cause (par exemple nier l’effet des contaminations par de faibles doses).

(3)  Le monde comme projet Manhattan , Jean-Marc Royer, ed le passager clandestin, 2017

CIPR  La Commission internationale de protection radiologique (CIPR, en anglais International Commission on Radiological Protection ou ICRP) est une organisation non gouvernementale internationale qui émet des recommandations concernant la mesure de l’exposition aux rayonnements ionisants et les mesures de sécurité à prendre sur les installations sensibles. La quasi-totalité des réglementations et normes internationales et des réglementations nationales en radioprotection reposent sur ces recommandations. Issue de la création en 1928 du Comité international de protection contre les rayons X et le radium, elle est formellement fondée sous son actuelle appellation en 1950. Toujours de jure une association-fille de la Société internationale de radiologie, son domaine d’intérêt ne se limite plus à la protection dans le secteur médical : ses travaux englobent aujourd’hui l’ensemble des aspects de la protection contre les radiations (ou radioprotection), par exemple la sécurité des travailleurs du nucléaire ou la protection de la population. Désormais, la CIPR émet également des recommandations dans le domaine de la radiopharmaceutique. Elle fonde ses préconisations sur la base des indications fournies par l’UNSCAER.

(5) Irradiation ou contamination. Il convient de bien faire la différence entre l’irradiation, rayonnement que le corps reçoit de l’extérieur, et la contamination qui concerne l’ingestion ou l’absorption par l’air, l’eau, la nourriture, les blessures, de radioélements qui en se désintégrant détruisent ou modifient les cellules voisines.

(6) Vivre dans « le jardin nucléaire » avec Ethos, un crime contre l’humanité, Pierre Péguin 2016 https://apag2.wordpress.com/2016/11/21/vivre-dans-le-jardin-nucleaire-avec-ethos-un-crime-contre-lhumanite/, ou http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2016/11/07/Vivre-dans-le-jardin-nucleaire-avec-Ethos-un-crime-contre-l-humanite,

(7« La Comédie Atomique », Yves Lenoir, ed La découverte, 2016

(8) IRSN: L’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) C’ est l’expert public en matière de recherche et d’expertise sur les risques nucléaires et radiologiques. Ne comptons pas trop sur ce comité de l’IRSN pour reélement nous protéger même si des associations y participent voire s’y compromettent (l’ACRO, France Nature Environnement, Ligue nationale contre le cancer).

(9) <La science asservie>, Annie Thébaud-Mony, ed La découverte, 2014. Comment les lobbies instaurent la « stratégie du doute » pour nier les risques industriels (amiante, plomb, nucléaire, pesticides, etc.) et leurs conséquences.

(10) Chernobyl : Consequences of the catastrophe for people and the environment, Alexey Yablokov (Vassili Nesterenko et Alexey Nesterenko, publication de l’Académie des sciences de New York (NYAS), Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 1181, Wiley-Blackwell, avril 2010) fait état d’un nombre de décès attribuables aux retombées de l’accident de Tchernobyl, entre 1986 et 2004 de 985.000, dans le monde entier.

(11)L’Arrêt immédiat du nucléaire est techniquement possible à l’échelle européenne par Élisabeth Brenière et François Vallet. Arrêt du Nucléaire (ADN) http://collectif-adn.fr/2019/Arret_immediat_Europe.pdf,

(12) ETB (Enfants Tchernobyl Bélarus, site http://enfants-tchernobyl-belarus.org

(13) Le CEPN, Centre d’Étude sur l’évaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire, représente le lobby nucléaire français il rassemble : EDF, AREVA, CEA, l’IRSN ! Les membres de ces structures sont tous issus du même moule, cooptés ou nommés hors de tout processus démocratique, ils sont interchangeables. Ainsi Jacques Lochard fut directeur du CEPN et vice président de la CIPR.… Et c’est le CEPN qui a obtenu de l’Europe un financement pour développer les programmes Ethos et Core en Biélorussie destinés à convaincre les populations de vivre en zones contaminées par Tchernobyl, avec tous les risques que cela comporte, programmes que le CEPN applique maintenant à Fukushima. C’est un véritable crime contre l’humanité.

(14) De la pectine de pommesà Ethos et au crime contre l’humanité ! Par Annie et Pierre Péguin natureetprogres.org/wp-content/uploads/articles/article80.pdf Les enfants particulièrement touchés par les catastrophes nucléaires, peuvent être soulagés par des cures de pectine, mais….. cela pourrait porter atteinte à l’image du nucléaire….

(15) Tchernobyl : Publication de l’Académie des sciences de New York (NYAS), Chernobyl : Consequences of the catastrophe for people and the environment, Alexey Yablokov (Vassili Nesterenko et Alexey Nesterenko. Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 1181, Wiley-Blackwell, avril 2010).

(16) Bandajevsky, Actes de la 3e Conférence internationale du Comité européen sur le risque de rayonnement, Lesbos Grèce, 5-9 mai 2009.

(17) Monique Sené, risques liés à une exposition aux radiations ionisantes autres que le cancer, Physicienne nucléaire. Directrice de la Gazette nucléaire.

(18) Michel Fernex, professeur émérite de la faculté de médecine de l’université de Bâle. Biederthal, 15 septembre 2015 Excès de mortalité par leucémies aigües chez les enfants autour des centrales nucléaires en état de marche normal.

(19 Pr Goncharova, avril 1997, colloque organisé à Genève par le centre universitaire d’écologie humaines et des sciences de l’environnement et publié dans les actes du colloque (avril 1998) « Ecologie humaine après Tchernobyl –Minsk ».

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, Catastrophes, en français, Uncategorized

Jeux Olympiques de Tokyo et la radioactivité Tokyo Olympics and radioactivity

A l’attention de Mr. Thomas Bach
Président du Comité International Olympique

 

Cher Monsieur,

Nous avons appris votre décision de transférer la tenue du marathon à Sapporo, Hokkaïdo, pour minimiser les risques provoqués par la chaleur éventuelle de l’été japonais sur la santé des athlètes et du public. Nous nous étonnons cependant que les risques provoqués par la radioactivité due à l’accident de la centrale de Fukushima Daï-ichi n’aient pas, à notre connaissance, été pris en compte par votre comité. Il est vrai que ceux-ci sont moins « visibles » mais sont source de danger à long terme.

En dépit de 9 années écoulées, actuellement, l’accident nucléaire de Fukushima n’est pas terminé, et fait toujours l’objet d’une déclaration d’urgence nucléaire.

Depuis près de 8 ans les dégagements de radioactivité n’ont pas pu être arrêtés. L’accident a engendré une contamination radioactive excessive dans l’ensemble du Japon et tout particulièrement dans l’Est où la préfecture de Fukushima est touchée de plein fouet. Cette même zone a été, il y a peu, frappée par les typhons Faxai et Hagibis d’une puissance sans précédent ; de fortes doses de la radioactivité toujours présente dans la nature ont été répandues un peu partout par les crues des rivières, et force est de constater que cette dissémination n’est pas contrôlable.

Il est incompréhensible qu’il soit prévu que la flamme olympique débute son parcours à partir du J village, non loin du site de Fukushima Daï-ichi, utilisé comme centre opérationnel de gestion de l’accident nucléaire, et qu’elle doive sillonner toute la zone contaminée.

Les mesures effectuées sur les sols autour du Stade Azuma Fukushima, où sont prévus les matchs de baseball et de softball, ont révélé une contamination allant jusqu’à 6176 Bq/kg.

De même, dans la partie de la baie de Tokyo où auront lieu les épreuves de natation du triathlon, l’eau est non seulement trouble et nauséabonde, mais une radioactivité importante s’y est accumulée. Car il faut savoir qu’à Tokyo aussi de nombreux « hot spots » radioactifs existent maintenant.
Outre l’inquiétude concernant la santé des athlètes en général, nous craignons que cet évènement, dans la région de Fukushima en grande partie contaminée pour des centaines voire milliers d’années, n’efface la gravité de la situation hautement dérangeante des résidents contraints d’y vivre. Parmi ceux-ci, des femmes – enceintes ou en âge de procréer – et des enfants sont touchés par la catastrophe et exposés à des taux élevés de rayonnements ionisants. En ne dénonçant pas la gravité de cette situation, vous risqueriez de vous en rendre complice laissant ainsi croire au monde entier que l’accident de la centrale de Fukushima n’a laissé aucune trace et fait désormais partie du passé.

Au vu des risques pour la santé encourus au Japon, nous vous demandons de faire vérifier par des scientifiques indépendants les doses de radioactivité présentes dans les localités concernées par les Jeux Olympiques et d’en tirer les conséquences qui s’imposeront.

署名者:premiers signataires

Françoise Bloch, socio-anthropologue CNRS retraitée, membre de Contratom et de l’ex-collectif IWHO

Anne-Marie Bonnisseau, Collectif Contre l’ordre atomique, France

Bruno Boussagol, metteur en scène, Appel du 26 avril

Françoise Bouvier, membre de l’ex- collectif IWHO

Françoise Chanial, des amis de la Terre et du collectif ADN

Martial Château, SDN 72, France

Bernard Elman, Collectif Contre l’ordre atomique, France

Odile Gordon-Lennox, membre du comité de l’association “Soigner les Enfants de Tchernobyl” Genève

George Gordon-Lennox, journaliste et fonctionnaire international à la retraite

Yu Kajikawa, Sayonara Nukes Berlin, Berlin

Claudio Knüsli, oncologue, membre du comité IPPNW Suisse (International Physicians for the Prevention of Nuclear War), Bâle

Kolin Kobayashi, journaliste indépendant, Echo-Echanges, Paris

Hiroko Komori, Association Plus, Paris

Bernard Laponche, Association Global Chance

Andreas Nidecker, bureau IPPNW Suisse

Jean-Luc Pasquinet, Collectif ADN

Pierre Péguin, Collectif Arrêt du Nucléaire

Jean-Yves Peillard, membre de l’ex-collectif IWHO

Eric Peytremann, membre du comité “ Soigner les Enfants de Tchernobyl” ((Care for the Children of Chernobyl – SET)

Claude Proust, juriste retraité EDF, Corenc

Anne-Cécile Reimann, Présidente de Contratom, Genève, Suisse,

Ivo Rens, Professeur honoraire, Université de Genève

Philippe de Rougemont, President of Sortir du nucléaire Suisse romande

Annick Steiner, membre de l’ex-collectif IWHO, Genève

Kurumi Sugita, socio-anthropologue CNRS retraitée, Nos Voisins lointains 3.11

Yûki Takahata, écrivaine, traductrice, Yosomono-net France, Paris

Wladimir Tchertkoff, documentariste co-fondateur de l’association Enfants de Tchernobyl Belarus

Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire Inserm, IRIS/GISCOP93/GISCOP84

Jean-Luc Tonnerieux, membre de Vosges Alternatives au Nucléaire et de l’ex collectif IIWHO

Toshiko Tsuji, membre de Yosomono-Net,

Erwin Weiss, membre du comité Contratom,

Olivier Zimmermann
団体:Organisations/associations

ADN 75, Paris

Association Echo-Echanges, France

Collectif Contre l’ordre atomique, France

« Enfants de Tchernobyl Belarus », par les huit membres de son CA :

– Marie-Elise Hanne,

– Michel Hugot (co-auteur et réalisateur des documentaires Belrad 2015 et Survivre à la pollution atomique),

– Yves Lenoir (auteur de La Comédie atomique et, avec le cinéaste Marc Petitjean, de Tchernobyl, le monde d’après),

– Catherine Lieber (autrice de la brochure Introduction à la radio-protection et du CD Lune d’Avril),

– Jean-Claude et Maryse Mary,

– Françoise Tailhan,

– Wladimir Tchertkoff (auteur de Le Crime de Tchernobyl et réalisateur des films Le Sacrifice, Controverses nucléaires et de nombreux autres documents audiovisuels sur Tchernobyl).

Association Henri Pézerat, France

Association Nos Voisins Lointains 3.11, France

Réseau Sortir du nucléaire, France

SDN Berry-Giennois-Puisaye, France

SDN Isère, France

SDN 72, France

Sortir du nucléaire Suisse romande

Yosomono-Net France

 

Signez : http://chng.it/y8VrWzhQ

 

English Version

 

 

For the attention of Mr. Thomas Bach
President of the International Olympic Committee

Dear Sir,

We have learned of your decision to transfer the marathon of the Tokyo 2020 Olympic Games to Sapporo, Hokkaido to minimize the risk of the heat of the Japanese summer on the health of athletes and the public. We are surprised, however, that the risks posed by radioactivity due to the accident at the Fukushima Dai-ichi plant have not, to our knowledge, been taken into account by your committee. It is true that these are less « visible » but are a danger in the long term.
Despite the fact that nine years have passed, the Fukushima nuclear accident is not over yet, and is still subject to a nuclear emergency declaration. During almost eight years the emissions of radioactivity could not be controlled. The accident resulted in excessive radioactive contamination throughout Japan, especially in the east, where Fukushima Prefecture is hit hard. This same zone was recently struck by typhoons Faxai and Hagibis of unprecedented force; high doses of the radioactivity still present in nature have been spread everywhere by flooding rivers, and it is clear that this dissemination is not controllable.
It is incomprehensible that the Olympic flame will begin its journey at J village, not far from the Fukushima Dai-Ichi site, used as an operational center for the management of the nuclear accident, and is planned to crisscross the entire contaminated area.
Measurements carried out on the grounds around the Fukushima Azuma Stadium, where the baseball and softball games are scheduled, revealed a contamination of up to 6176 Bq / kg. Similarly, in the part of Tokyo Bay where triathlon swimming events are to be held, the water is not only murky and nauseating, but significant radioactivity has accumulated in the surrounding area. Indeed one should be aware that in Tokyo too many radioactive « hot spots » still exist.
In addition to our concern about the health of athletes in general, we fear that the organization of these events in the Fukushima region, largely contaminated for hundreds or even thousands of years, will obfuscate the gravity of the highly disturbing situation of residents forced to live in these areas. Among them, women – pregnant or of childbearing age – and children are affected by the disaster and exposed to elevated levels of ionizing radiation. By not denouncing the seriousness of this situation, you risk making yourself an accomplice to this cover-up by letting the world believe that the accident of the Fukushima plant has left no trace and is now a thing of the past.
In view of the health risks incurred in Japan, we ask you to ensure that independent scientists check the doses of radioactivity present in the localities concerned by the Olympic Games and draw the necessary conclusions.
Yours sincerely,

 

Françoise Bloch, socio-anthropologue CNRS retraitée, membre de Contratom et de l’ex-collectif IWHO;

Anne-Marie Bonnisseau, photographe, member of Contre l’Ordre Atomique, France;

Bruno Boussagol, director, Appel of April 26th;

Françoise Bouvier, member of ex IWHO;

Françoise Chanial, member of Friends of Earth and ADN;

Martial Chateau, SDN72;

Martine Cuennet, Soigner les Enfants de Tchernobyl (Care for the Children of Chernobyl – SET) Geneva

Denise Gonnet, Soigner les Enfants de Tchernobyl (Care for the Children of Chernobyl – SET) Geneva

Bernard Elmann, member of Contre l’ordre Atomique, France;

Odile Gordon-Lennox, member of the board of l’association “Soigner les Enfants de Tchernobyl” Genève

George Gordon-Lennox, journaliste and retired International civil Servant;

Marie-Elise Hanne

Michel Hugot (co-author and director of the documentaries Belrad 2015 et Survivre à la pollution atomique – Survive Atomic Pollution)

Yu Kajikawa, Sayonara Nukes Berlin ;

Kolin Kobayashi, Independent journalist, Echo-Echanges, France;

Hiroko Komori, Association Plus, Paris;

Claudio Knüsli, oncologue, member of the board IPPNW Suisse (International Physicians for the Prevention of Nuclear War), Basel;

Yves Lenoir (author of the book La Comédie atomique – The Atomic Comedy – and, with the filmmaker Marc Petitjean, of Tchernobyl, le monde d’après – Chernobyl, the world after)

Catherine Lieber (author of the brochure Introduction à la radio-protection – Introduction to radioprotection – and of the CD Lune d’Avril -April Moon)

Jean-Claude and Maryse Mary

Caroline Mehrmann, Soigner les Enfants de Tchernobyl (Care for the Children of Chernobyl – SET) Geneva

Bernard Laponche, Association Global Chance;

Andreas Nidecker, board IPPNW Suisse;

Jean-Luc Pasquinet, Collectif ADN

Pierre Péguin, Collectif Arrêt du Nucléaire;

Jean-Yves Peillard, membre de l’ex-collectif IWHO;

Eric Peytremann, member of the committee “ Soigner les Enfants de Tchernobyl” ((Care for the Children of Chernobyl – SET)

Claude Proust, retired lawyer EDF, Corenc

Anne-Cécile Reimann, President of Contratom, Geneva, Suisse;

Ivo Rens, Honorary Professor, University of Geneva;

Philippe de Rougemont, President of Sortir du nucléaire Suisse romande;

Annick Steiner, member dof l’ex-IWHO, Geneva;

Kurumi Sugita, retired social anthropologist CNRS, Nos Voisins lointains 3.11;

Françoise Tailhan

Yûki Takahata, writer, translator, Yosomono-net France, Paris;

Wladimir Tchertkoff, documentary co-founder of l’association Enfants de Tchernobyl Belarus;

Annie Thébaud-Mony, honorary research director Inserm, IRIS/GISCOP93/GISCOP84;

Jean-Luc Tonnerieux, member of Vosges Alternatives au Nucléaire and  l’ex-IWHO;

Toshiko Tsuji, membre de Yosomono-Net, France;

Erwin Weiss, member of the committee Contratom;

Olivier Zimmermann;

 

associations :

ADN 75

Association Echo-Echanges;

Collectif contre l’ordre atomique;

« Enfants de Tchernobyl Belarus », par les huit membres de son CA :

Association Henri Pézerat;

Association Nos Voisins Lointains 3.11;

Réseau Sortir du nucléaire, France;

SDN Berry-Giennois-Puisaye;

SDN Isère;

SDN 72;

Sortir du nucléaire Suisse romande;

Yosomono-Net France;

 

 

Join us : http://chng.it/y8V

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Après le séisme du 11 novembre en Ardèche, qu’en est-il du nucléaire régional ?

par Pierre Péguin,

physicien

le 14 novembre 2019, Pierre Péguin, du Collectif Halte Aux Nucléaires Gard (CHANG).

Lundi 11 en fin de matinée, un séisme d’une magnitude de 5,4 sur l’echelle de Richter a gravement touché la ville du Teil en Ardèche (en face de Montélimar à une dizaine de kms des réacteurs de Cruas, à une trentaine de ceux du Tricastin, et à une quarantaine du site nucléaire de Marcoule qui, facteur aggravant, y reçoit et conditionne le plutonium destiné aux réacteurs « moxés » (1)). C’est le séisme le plus important survenu en France en seize ans. Au delà des victimes (1 mort et des blessés) les habitants de la région se sont immédiatement inquiété du risque de catastrophe atomique et de l’état des centrales nucléaires.

Rappels sur le risque sismique

La région du bas Rhône est une zone de risque sismique important. Sous la pression de la plaque tectonique Afrique sur la plaque Europe, la région est très ssurée avec trois grandes failles qui partent de la Méditerranée vers le nord de l’Europe, et de nombreuses failles transversales. Il en résulte un grand risque sismique illustré par le séisme dévastateur de 1909 de Lambesc, en Provence, de magnitude 6,2. Notons aussi Le séisme de Clansayes en juin 1772 (à 14km de Tricastin) dont les répliques durèrent longtemps.

En remontant sur des milliers et des dizaines de milliers d’années, la paléosismologie a révélé l’existence de tremblements de terre d’intensité ou de magnitude très supérieures à celles révélées sur la séquence historique. Nous ne sommes donc pas à l’abri de secousses bien plus fortes que celles prévues.

Les raisons légitimes de l’inquiétude de la population

Les réacteurs de Cruas et Tricastin ont été construits sur la base d’un risque sismique d’une magnitude de 4,7 avec une majoration de sécurité, de magnitude 5,2. Cela nous paraît tout à fait insuffisant, la vallée du Rhône étant particulièrement exposée.

– A la vétusté des équipements , aussi bien à Cruas qu’au Tricastin, s’ajoute de graves défauts déjà identifiés tels que les fissures des cœurs de réacteur, les soudures des échangeurs de chaleur, la corrosion des circuits, ou même le risque d’indisponibilité des groupes électrogènes de secours. Tout cela inquiète légitimement sur les possibles dégradations dues au tremblement de terre.

– Il n’y a pas que les bâtiments et les équipements des réacteurs qui peuvent être atteints par un séisme et mettre en danger leur fonctionnement. La rupture de barrage en amont, la rupture de la digue le long du Rhône qui protège le Tricastin peuvent avoir pour conséquence l’inondation des installations comme cela s’est produit à Fukushima. Cela a d’ailleurs été dénoncé par l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire).

Comment est gérée l’activité du nucléaire suite au seisme (3).

La centrale de Cruas comprend quatre réacteurs (915 MW chacun) et représente environ 5% de la production nucléaire française, EDF doit désormais procéder à son

examen. Cruas 1 avait été stoppé début septembre pour des travaux de maintenance. Cruas 2, 3 et 4 ont été arrêtés dès lundi soir, avec l’intention de les redémarrer dès vendredi soir. Mais EDF a averti ensuite que le redémarrage pourrait être retardé, en raison « de la durée du processus de contrôle en cours ». « EDF devra vérifier, entre autres, l’absence de fissures, de fuites au niveau des joints, voir si les ancrages ont été endommagés ou si les équipements ont besoin de nouveaux essais ». Nous apprenons ce jour qu’EDF a prolongé les arrêts des quatre réacteurs et en prévoit les redémarrages échelonnés entre le 2 et 19 décembre.

Deux réacteurs de Tricastin sur les quatre sont également arrêtés:

https://www.services-rte.com/fr/visualisez-les-donnees-publiees-par-rte/production- realisee-par-groupe.html, tandis que l’usine d’enrichissement GB2 n’est pas en fonctionnement.

Questions et commentaires. Si au premier abord la magnitude de 5,4 dépasse la marge de sécurité fixée à 5,2, l’exploitant prétend qu’il ne faut considérer que les ondes de surface qui n’auraient atteint que la magnitude de 4,5. Attendons à ce sujet d’en savoir plus.

Dès l’annonce du séisme, la CRIIRAD (2) en situation de vigilance renforcée a confirmé que ses balises de surveillance en continu de la radioactivité atmosphérique en Vallée du Rhône (Valence, Montélimar, Saint-Marcel d’Ardèche, Avignon) n’ont mis en évidence aucune contamination ou élévation anormale du rayonnement ambiant.

Mais on peut se poser des questions sur ce qui a été annoncé jusqu’à présent, ou pas, par EDF et l’ASN :

– Pourquoi le dépassement de seuil n’a été détecté que par un seul des cinq capteurs du site de Cruas? Quelle est la valeur détectée par ce capteur et par les autres ?

– Pourquoi les réacteurs en fonctionnement au moment du séisme n’ont pas été arrêtés instantanément, alors qu’un dépassement de seuil avait été détecté ; est-ce conforme aux règles de sûreté qu’un dépassement de seuil mesuré par un capteur sismique n’entraîne pas la mise à l’arrêt automatique des réacteurs du site ?

– Et la gestion du réacteur Cruas 4 pose question. IL a fonctionné à puissance réduite (360 à 420 MW) depuis le 13 octobre avec des oscillations de puissance irrégulières. Le 9 novembre, entre 3h et 5h du matin, le réacteur a été mis à l’arrêt (4) jusqu’au 10 novembre pour remonter en puissance jusqu’à 400 MW environ. Le 11 novembre, à 17h, il a été arrêté progressivement.

Que s’est-il réellement passé pendant près d’un mois pour que le réacteur N°4 fonctionne à puissance réduite avec cet arrêt en urgence? EDF faisait-elle des essais? Est-ce « normal » et autorisé par l’ASN de faire fonctionner un réacteur de 900 MW au tiers de sa puissance pendant une période aussi longue ? L’ASN était-elle au courant ?

ON ne peut donc, décemment, se contenter du message rassurant de ces dernières heures « aucune incidence n’est à craindre, ni sur la production d’électricité ni sur la sûreté des installations des centrales du Tricastin et de Cruas ».

Tout cela nous montre une fois de plus qu’on frôle le risque de catastrophe atomique! Jusque là nous avons eu de la chance, mais jusqu’à quand ?

Quand les décideurs comprendront-ils qu’ils n’ont pas le droit d’exposer les populations à de tels dangers. Ces dangers imposés sans débat démocratique, ne se justifient pas. Ils imposent l’arrêt des vieux réacteurs de notre région en extrême urgence, pendant qu’il en est encore temps.

(1) une bonne partie des plus vieux réacteurs, ceux de 900MW peuvent utiliser un « combustible » conditionné à Marcoule appelé MOX, mélange d’oxydes d’uranium dit « appauvri » et de plutonium, ce qui les rend plus dangereux.

(2) CRIIRAD, Communiqué du 12 novembre 2019 13H, Site http://www.criirad.org

communiqué de presse STOP nucléaire Drôme Ardèche (collectif ADN) – 11 novembre 2019 18h

(3) La consultation du site internet de RTE indique en temps réel l’état de fonctionnement de l’ensemble des moyens de production d’électricité en France : https://www.services- rte.com/fr/visualisez-les-donnees-publiees-par-rte/production-realisee-par-groupe.html

(4)Le CAN du Sud Est indique sur son site internet qu’il y a eu un arrêt en urgence du réacteur N°4 le 9 novembre : http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php? post/2019/11/10/Centrale-atomique-de-Cruas-%3A-arr%C3%AAt-d-urgence-d-un-r %C3%A9acteur-nucl%C3%A9aire

Poster un commentaire

Classé dans Catastrophes, en français

EPR: nouveau rapport accablant, l’Etat attend d’EDF un plan d’action

Source : La Croix

afp, le 28/10/2019 à 10:46 , Modifié le 28/10/2019 à 14:35

https://www.la-croix.com/Economie/EPR-rapport-etrille-chantier-Flamanville-gouvernement-demande-plan-action-2019-10-28-1301057042

 

«Echec pour EDF» et la filière nucléaire française: le gouvernement a exigé lundi d’EDF un «plan d’action» sous un mois, après un rapport d’audit sur les déboires de l’EPR de Flamanville (Manche) qui dresse un bilan noir de ce chantier emblématique.

Lancé en 2006, et devant initialement entrer en service en 2012 pour un coût de 3,3 milliards d’euros, la construction à Flamanville du premier réacteur français de troisième génération a multiplié les déboires. Son démarrage est désormais prévu fin 2022 et son coût a été réévalué à 12,4 milliards d’euros.

Ces chiffres parlent d’eux-mêmes: «la construction de l’EPR aura accumulé tant de surcoûts et de délai qu’elle ne peut être considérée que comme un échec pour EDF», écrit l’ex-patron du constructeur automobile PSA Jean-Martin Folz, dans le rapport d’audit d’une trentaine de pages qu’il a remis lundi au gouvernement.

EPR-Flamanville_1_730_484.jpg

Jugeant que l’audit mettait en lumière «un manque de rigueur inacceptable», le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a sommé EDF de mettre en place un «plan d’action» d’ici un mois pour remettre la filière nucléaire aux «meilleurs niveaux d’exigence». Ce plan devra être présenté au conseil d’administration du groupe, puis «validé par l’Etat», et un point d’étape sera réalisé «fin 2020» sur sa mise en oeuvre, a-t-il précisé.

Mandaté cet été pour effectuer l’audit, M. Folz a égrainé devant la presse «l’irréalisme» des estimations initiales, une perte de compétences «généralisée», de mauvaises relations entre EDF et ses sous-traitants et partenaires, notamment Areva, puis Framatome (ex-branche réacteur d’Areva revenue sous le giron d’EDF), un manque de «culture de la qualité», ou encore une gouvernance du projet «inappropriée» chez EDF.

Autant de critiques déjà régulièrement formulées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui a demandé à plusieurs reprises à EDF de reprendre certains éléments du chantier.

  1. Folz a également pointé les évolutions de la réglementation qui ont compliqué les travaux mais aussi les «défaillances techniques et industrielles»? en particulier en matière de soudage. C’est une anomalie détectée sur des soudures qui est à l’origine d’une des dernières péripéties de l’EPR, conduisant EDF à repousser encore sa mise en service et à revoir son coût à la hausse.

– nouveaux EPR? –

Le plan d’action réclamé lundi à EDF devra se pencher en particulier sur la gouvernance des grands projets du groupe, l’amélioration de la coordination entre EDF et Framatome et du dialogue entre l’ASN et EDF, et «l’établissement des responsabilités» avec une possible «réorganisation des équipes», a détaillé Bruno Le Maire.

Le gouvernement souhaite également qu’EDF, qui a nommé il y a deux semaines un nouveau directeur du projet de l’EPR, lance «un plan de compétence de la filière nucléaire», alors que 16 ans se sont écoulés entre la construction du dernier réacteur français, à Civeaux (Vienne), et celle de l’EPR de Flamanville.

L’Etat et EDF ont en ligne de mire l’avenir du nucléaire français et la décision future sur la construction éventuelle de nouveaux réacteurs. Pour le gouvernement, la condition reste toujours d’attendre la mise en service de Flamanville, a rappelé lundi la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne.

EDF doit aussi remettre d’ici la mi-2021 au gouvernement l’ensemble des études sur l’amélioration du design et du coût de construction de l’EPR.

Également présent à cette conférence de presse, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy a affirmé partager le «constat d’échec» du rapport, et a assuré que son groupe allait «redoubler d’efforts» pour retrouver le meilleur niveau de compétences d’ici à ce que le gouvernement décide de construire ou non de nouveaux EPR.

Il a rappelé qu’EDF avait déjà pris des «mesures structurelles» pour redresser la barre, notamment en matière de coordination avec les équipes de Framatome, progrès soulignés par le rapport de M. Folz.

«J’entends porter la qualité industrielle au même niveau d’exigence» que celle affichée en terme de sûreté nucléaire, a promis M. Lévy, qui espère convaincre l’Etat de lancer de nouveaux EPR.

Sur ce point, le rapport va plutôt dans son sens: l’EPR a «démontré la pertinence» de sa conception, a jugé M. Folz. Selon lui, pour redresser la qualité de la filière, il faut qu’EDF fasse un effort d’investissement et de recrutement, ce qui ne sera possible que si l’État affiche «des programmes stables à long terme de construction de nouveaux réacteurs et d’entretien du parc existant».

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Le nucléaire national va de plus en plus mal, le danger qui nous menace s’accroît

Pierre Péguin, septembre 2019

Les mauvaises nouvelles de l’industrie nucléaire s’accumulent et nous ne pouvons que nous en réjouir, nous qui en annonçons depuis longtemps la faillite inexorable, les dégâts avérés sur la santé des populations et des travailleurs, et qui en revendiquons l’arrêt au plus vite, avant qu’il ne soit trop tard pour une catastrophe. Mais les conséquences et les dangers liés à la gestion irresponsable du nucléaire sont de plus en plus graves.

Signe des temps, des grands médias jusque là discrets sur les difficultés du complexe électro nucléaire s’ouvrent maintenant à ses déboires qui s’ajoutent les uns aux autre : Fiasco de l’EPR de Flamanvile et de celui de Finlande qui déconsidèrent définitivement les « fleurons de notre industrie », malfaçons frauduleuses des pièces élaborées par Framatome au Creusot, quasi faillite d’EDF et d’Areva engagés dans des programmes insensés, mais sauvés par l’État à coup de milliards et de restructurations (Areva/Orano, casse d’EDF en préparation).

Ajoutons les surcoûts et retards considérables des équipements en construction à Cadarache qui sont peu médiatisés: C’est d’abord le cas d’ITER, gigantesque machine destinée à essayer de rendre crédible la fusion nucléaire (1). On pense qu’il ne sera qu’un échec de plus, après avoir englouti des sommes considérables, et provoqué tant de dégâts écologiques. Et c’est aussi le cas du réacteur Jules Horowitz (2) annoncé pour un coût d’un demi milliard, et qui en est maintenant à 4 fois plus…..

Mais la nouvelle la plus surprenante reste celle de l’abandon du projet de réacteur de 4ème génération, Astrid (3), dit « réacteur à neutrons rapides » ou « RNR ». Sa réalisation préparée par le CEA (4) était prévue à Marcoule, et près d’un milliard d’€ lui ont déjà été consacrés. Astrid s’inscrivait dans la filière des « surgénérateurs » dont on connaît les déboires, Phenix à Marcoule et Superphenix à Morestel.

Cette filière est conçue pour fonctionner avec l’uranium dit « appauvri » dont on accumule des stocks (5), et avec le plutonium, matériau de la plus haute dangerosité, extrait à la Hague (6). Sa technologie est encore plus pointue et dangereuse que celle des réacteurs actuels à eau pressurisée (7). La dangerosité est d’autant plus grande que c’est le sodium liquide qui en assure le refroidissement, alors que celui-ci brûle au contact de l’air et explose au contact de l’eau. L’abandon du projet Astrid, après l’arrêt définitif du réacteur Monju au Japon, signe la fin (provisoire?) de cette filière, c’est une excellente nouvelle pour la sécurité des populations !

Cet abandon est tout de même surprenant : En effet c’est depuis une soixantaine d’années, que le CEA travaille sur deux filières « du futur » destinées à maintenir la France au top de la technologie : La fusion nucléaire dont ITER est l’énorme avatar, et la surgénération promise à illustrer « le nucléaire durable » dont Astrid devait être le prototype, et démontrer l’excellence d’un système fonctionnant sur lui même pour produire de l’énergie à profusion.

On ne croirait donc plus en haut lieu à ce rêve de l’électricité abondante et pas chère ? Il y aurait-il perte d’influence du CEA et de ses cadres issus du Corps des Mines, face à un chef de gouvernement énarque et à EDF aux mains du Corps des Ponts? La nucléocratie en serait-elle réduite à prendre en compte la réalité économique d’une technologie devenant de plus en plus onéreuse et non compétitive face aux renouvelables dans le marché européen de l’énergie électrique (8)?

Ce qui est moins surprenant est le projet de casser EDF pour séparer les activités rentables, telles que les renouvelables dont le très rentable hydraulique, activités privatisables, de celle justement qui ne l’est pas, le nucléaire, qui nécessite des apports financiers tellement importants que seul l’État peut les couvrir et en assurer le fonctionnement. Une fois de plus nos gouvernements au service du libéralisme s’illustrent dans la privatisation de secteurs publics lucratifs (cf les autoroutes) pour ne garder que ceux qui ont besoin d’être refinancés.

Au delà de la ponction sur les impôts, les tarifs d’électricité sont appelés à augmenter sensiblement. Il y aura dans l’avenir à assurer les coûts faramineux du démantèlement des réacteurs et des usines atomiques, et celui de la gestion des déchets radioactifs pour bien longtemps. De plus aucune société d’assurance ne peut prendre en charge le risque atomique, cela ne peut rester qu’à la charge de l’État…. N’est-ce pas la démonstration de ce que le nucléaire est la plus mauvaise, la plus chère, et la plus dangereuse façon de faire bouillir l’eau nécessaire aux alternateurs produisant l’électricité ?

Mais ne chantons pas victoire trop vite, le nucléaire militaire ne baisse pas la garde et au contraire se modernise dans le cadre de la programmation militaire pluriannuelle, tandis que les menaces internationales de conflit sont de retour, Trump ayant rallumé la mèche (9).

Et surtout nous sommes entrés dans une phase de dangers accrus pour notre sécurité. Le fonctionnement de nos équipements était déjà inquiétant, et nous avions eu la chance d’échapper jusque là à la catastrophe, mais la déliquescence actuelle du nucléaire en accroît fortement les dangers.

En quoi l’industrie nucléaire devient-elle de plus en plus dangereuse ?

Chacun sait qu’elle l’est déjà. La dispersion planétaire de multiples radioéléments par vents et eaux contribue à l’épidémie de cancers et de maladies graves qui sévit depuis quelques dizaines d’années. Ces contaminants radioactifs issus des nombreuses bombes atomiques explosées (plus de 2000), et des catastrophes et multiples difficultés de fonctionnement des réacteurs et usines nucléaires, ont touché l’ADN de tout le vivant et dont les altérations sont transmissibles.

Pour illustrer les effets de la contamination généralisée de notre environnement, un cabinet d’étude le CERI (10) a évalué, à la demande de députés écologiques européens, la mortalité liée au nucléaire depuis son origine à 61 millions de victimes, et c’était en 2003. Combien aujourd’hui car l’épidémie perdure plus que jamais.

Mais de nos jours nous avons de plus en plus à craindre une catastrophe atomique en France qui bouleverserait complètement nos vies, comme cela se passe en Biélorussie et au Japon suite à Tchernobyl et Fukushima (11). Nous avons déjà frôlé ce processus, par exemple au Blayais en 99, et avons eu la chance d’y échapper, mais jusqu’à quand ?

Les budgets consacrés à l’entretien se restreignent, les temps d’arrêts imposés aux sous-traitants pour leurs interventions dans les réacteurs se retrécissent et obligent en quelque sorte à bâcler le travail. Les travaux sont confiés aux entreprises les « moins dis-antes », voire les moins compétentes, et les moins regardantes sur les doses reçues par leurs personnels intérimaires dont le suivi médical n’est pas assuré. Quant aux agents d’EDF qui perdent en compétence et en fierté de leur travail, ne sont-ils pas menacés par le découragement et risquent-ils de manquer de vigilance ? Tout cela avec des équipements vieillissants dont une partie des éléments ont été élaborés au Creusot sans respect des normes de qualité.

Dialogue imaginaire pour répondre à un pro nucléaire, même si on n’y connaît rien mais qu’on en a compris le danger:

– Le pro-nuc : Mais on ne peut pas se passer du nucléaire,

– Et bien retournons à la caverne et à la bougie comme tous les autres pays européens voisins qui, à part la Belgique, en sont tous sortis ou finissent d’en sortir comme l’Allemagne,

– Oui, mais il va falloir brûler plus de fossiles pour compenser, bonjour l’effet de serre !

Si peu, le climat n’est qu’un prétexte (13). le nucléaire ne fournit dans le monde que 10 % de l’électricité, soit 2 % de l’énergie totale consommée, l’augmentation de 2 % de consommation d’énergie fossile peut facilement être compensée par des mesures de sobriété et par le développement des renouvelables. C’est vrai qu’en France l’État nous a mis dans une situation critique unique au monde, le nucléaire produisant près des 3/4 de l’électricité. Mais ces 3/4 d’électricité ne sont finalement que 11 % de

l’énergie totale consommée. Nous gaspillons tant d’énergie qu’il ne serait pas difficile de l’économiser autant et ainsi faire reculer le risque de catastrophe.

Peut-être, mais en tout cas cette conversion prendra du temps, ce que tu racontes n’est pas pour demain !

Bon alors prenons l’exemple d’un immeuble dont on s’aperçoit qu’il menace de s’éffondrer, comme à Marseille, doit-on attendre plusieurs années de construire de nouveaux logements bien étudiés pour évacuer ? Non bien sûr, on évacue immédiatement.

Ne sommes-nous pas dans la même situation avec le risque de catastrophe qui peut survenir dès demain ? Donc je revendique d’arrêter immédiatement.

Et à part la bougie et la caverne dont tu parlais, comment ferons-nous en France pour assurer nos besoins légitimes et le fonctionnement de la société, des hôpitaux?

Mais on sait maintenant que les capacités de production européennes d’électricité sont excédentaires, elles peuvent couvrir provisoirement nos besoins en attendant qu’une vraie politique de sobriété et de développement des renouvelables nous rendent autonomes. On en bénéficie déjà pour assurer nos pointes de consommation, ce sont l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et autres qui soutiennent notre réseau électrique, car là encore seule la France a des pointes aussi importantes tant est grand le gaspillage de consommation électrique.

Que ce dialogue possible ne nous fasse pas oublier que

– de toutes façons on ne sortira jamais du nucléaire car il faudra en assurer le démantèlement pendant des dizaines d’années, et en gérer les déchets pendant des millénaires !

– Et même après son arrêt les risques perdurent dans la gestion des déchets, et du démantèlement. En particulier les piscines de refroidissement des combustibles usés sont très fragiles face à des séismes ou des attaques, la destruction de l’une d’entre elles aurait des conséquences terribles.

– Enfin le militaire qui nous maintient au bord de cataclysmes (9) par l’existence d’armes atomiques pouvant tout détruire.

Cela montre bien que l’existence même du nucléaire est absurde, insensée ! Vouloir en faire un outil pour contenir le bouleversement climatique est un bluff (12) que nous avons à dénoncer.

Revendiquons l’arrêt du nucléaire dans notre pays le plus nucléarisé du monde par habitant, et dont la gestion de nos équipements vieillissants en aggrave dangereusement les risques. La surcapacité de production électrique européenne et l’interconnexion des réseaux rend cet arrêt possible (13).

(1) ITER, https://apag2.wordpress.com/2018/08/02/iter-tritium-danger-%e2%80%a8larnaque- mortifere-du-lobby-du-nucleaire/

(2) Réacteur Jules Horowitz, destiné à des études de matériaux devant résister aux conditions de fonctionnement des réacteurs, et à l’élaboration de radioélèments commandés par certains secteurs tels que la médecine, Cadarache.

(3) ASTRID, https://www.youtube.com/watch?v=KLbjyYfsgSA, https://apag2.wordpress.com/2018/02/08/astrid-le-cea-en-di culte/

(4) CEA, Commissariat à l’Energie Atomique dont les cadres pour l’essentiel sont issus d’X corps des Mines, tandis qu’EDF est plutôt aux mains du corps des Ponts

(5) Uranium appauvri. C’est dans l’usine d’enrichissement duTricastin qu’est préparé l’uranium « enrichi » en isotope ssible U235 destiné à être utilisé dans les réacteurs, cet enrichissement entraine la production d’uranium dit « appauvri » en U235 en grande quantité (7 fois plus).

Les stocks s’accumulent inutilisés sauf par l’armement militaire! http://coordination- antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2018/02/02/A-propos-de-l-uranium-dit-appauvri,

(6) Plutonium. C’est dans l’usine de retraitement de la Hague, haut lieu d’intense pollution radioactive, qu’est extrait le plutonium du combustible usé des réacteurs en fonctionnement. Le plutonium n’existe pratiquement pas à l’état naturel, c’est la pire substance jamais élaborée par les humains par son extrème radio- et chimico- toxicité, et par sa très longue durée de vie (période d’un peu pkus de 24,000 ans).

(7) PWR, les réacteurs en fonctionnement en France, réacteurs à eau sous pression, ont été construits sous licence Westinghouse. Signe des temps, l’entreprise Westinghouse a fait récemment faillite.

(8) « Le nucléaire trop lourd et coûteux pour sauver le climat », selon un rapport de l’agence Reuters du 24 sept 2019, et bien d’autres articles.

(9 ) « Le monde au bord de la crise nucléaire » par Jacques Hubert-Rodier un article des Echos Publié le 20/09/19

« L’abandon des grands traités de réduction et d’élimination des armes nucléaires conclus entre la Russie et les Etats-Unis fait peser une grave menace sur le monde. Le monde se rapproche dangereusement d’une situation de crise nucléaire, comme ce fut le cas à Cuba dans les années 1960 ou en Europe avec l’installation de missiles soviétiques SS-20 et de Pershing américains. »

(10) CERI, Comité Européen sur le Risque de l’Irradiation, recommandations 2003. * ( 11) Ethos– https://apag2.wordpress.com/2016/11/21/vivre-dans-le-jardin-nucleaire-avec-

ethos-un-crime-contre-lhumanite, (12) Blu s et mythes du nucléaire. Le prétexte du climat

Jean-Luc Pasquinet, Edition Libre et solidaire, date de parution : 17 octobre 2019. (13) L’Arrêt immédiat du nucléaire est techniquement

possible à l’échelle européenne par Élisabeth Brenière et François Vallet Arrêt du Nucléaire (ADN) http://collectif-adn.fr/2019/Arret_immediat_Europe.pdf,

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, Catastrophes, en français, Problématiques énergétiques, Technologies

Mises en garde de l’ASN concernant l’enfouissement des déchets radioactifs et la fusion des cœurs de réacteurs

Hugues Henri

Source : Academia

https://www.academia.edu/35742843/CHRONIQUES_ANTI-NUCLEAIRES_MISES_EN_GARDE_DE_LASN_CONTRE_LENFOUISSEMENT_DES_DECHETS_RADIOACTIFS_ET_LA_FUSION_DES_COEURS_DE_REACTEURS

 

Dans un avis daté du 8 janvier et publié le 9 février (2015) sur son site Internet, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) recommande que les recherches “soient approfondies” dans les domaines du conditionnement des déchets nucléaires, de l’enfouissement en profondeur des déchets, du transport de substances radioactives et des accidents nucléaires graves. Ce document signé de la direction collégiale de l’ASN met en évidence des carences dans la gestion des déchets radioactifs, révèle des incertitudes sur la viabilité du projet Cigéo * d’enfouissement des déchets nucléaires les plus dangereux dans l’Est de la France et souligne la fragilité des réacteurs nucléaires face à un accident grave.

La gestion désordonnée des déchets nucléaires

L’ASN rappelle qu’il existe une grande variété de déchets radioactifs parmi lesquels certains sont mal répertoriés, dont on ignore le contenu radioactif et chimique et pour lesquels il n’existe pas encore d’emballage disponible. Un problème aigu qui concerne certains déchets produits par le passé. Entre 1966 et 1998, des déchets de l’usine de La Hague (Cotentin) d’Areva * ont été stockés en vrac dans sept installations nucléaires. Ces déchets mal connus doivent maintenant être repris et conditionnés. L’ASN estime que les déchets radioactifs “destinés à être stockés dans une installation de stockage encore à l’étude doivent faire l’objet de recherches sur leur comportement en stockage”. L’Autorité considère aussi que l’on en sait peu sur “le comportement à long terme des colis de déchets en conditions de stockage”, ainsi que sur “le comportement à long terme en stockage de matières radioactives qui ne sont pas aujourd’hui considérées comme des déchets”, comme les combustibles au plutonium (MOX).

Par ailleurs, l’Autorité souligne un manque de compréhension sur “le comportement des déchets de boues bitumées”, des déchets inflammables. Elle note aussi que les connaissances doivent progresser sur la production d’hydrogène – un gaz inflammable et explosif, au sein des “colis” de déchets nucléaires (et particulièrement les déchets contenant du bitume). Or le projet Cigéo * prévoit l’enfouissement à 500 mètres sous terre de dizaines de milliers de fûts de déchets radioactifs bitumineux qui présentent des risques d’incendie et d’explosion.

L’enfouissement des déchets nucléaires en question

L’ASN porte un regard sévère sur l’enfouissement des déchets nucléaires en profondeur, jugeant qu’il faut “mieux appréhender les différentes composantes de la sûreté à long terme du stockage”. Elle constate des zones d’ombre autour des “phénomènes physico-chimiques, biologiques, mécaniques et thermiques au sein d’un stockage” et demande le développement de travaux “en vue de la gestion réversible d’un stockage”. L’ASN s’interroge également sur “la transmission des compétences, des savoirs et de la mémoire sur des échelles de temps appropriées”. Beaucoup d’inconnues persistent donc sur les risques liés à l’enfouissement des déchets les plus radioactifs, que l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra)* voudrait démarrer dans dix ans, en 2025.

Fusion des cœurs de réacteurs : l’ASN confirme la vulnérabilité des réacteurs en service

En ce qui concerne les accidents nucléaires graves sur les réacteurs existants et futurs, l’ASN affirme que les données recueillies à ce jour “présentent encore de grandes incertitudes quant à la capacité à prévenir la fusion du cœur”. Des interrogations qui s’étendent à la capacité de la cuve à résister au combustible en fusion, à la tenue de l’enceinte de confinement, ainsi qu’à l’efficacité de la filtration des rejets radioactifs dans l’environnement en cas d’accident grave. L’Autorité rejoint les conclusions de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)* sur la vulnérabilité des réacteurs lors d’un accident de fusion, auxquelles le Journal de l’énergie a récemment consacré un article.

Commentaires

La situation n’évolue guère en France en ce qui concerne les réponses urgentes à rechercher et à mettre en œuvre pour les deux problèmes principaux posés par le tout nucléaire : La question primordiale du retraitement des déchets hautement radioactifs à vie longue, vis-à-vis de laquelle, la pseudo solution de l’enfouissement profond se révèle inappropriée et dangereuse y compris selon l’ASN qui prend enfin position en énonçant clairement les limites et les dangers de cet enfouissement. C’est avec circonspection et de manière nuancée que cet avis a été rendu mais sur le fond, la cause est enfin entendue, l’ASN recommande sinon l’abandon du projet de l’ANDRA, tout du moins de prendre au préalable toutes les précautions pour permettre un retour en arrière et la gestion réversible du stockage, c’est-à-dire que si cette gestion de l’enfouissement se révélait problématique pour ne pas dire désastreuse, il sera impératif de stopper net l’enfouissement et de procéder à une autre forme de retraitement ou de stockage, selon la forme et la nécessité impérative que cela prendrait.

L’autre question qu’il faut traiter impérativement, c’est la question du risque de fusion du cœur de réacteur nucléaire en cas d’arrêt de refroidissement, qui pourrait survenir dans nombre de réacteurs anciens même après le « grand carénage » promis par EDF* pour remettre les centrales françaises de plus de trente ans d’âge aux normes post-Fukushima. L’IRSN a produit un rapport démontrant que ce risque d’accident majeur existait, qu’il y avait une forte probabilité qu’il advienne à une échéance imprévisible. Là encore, l’ASN ne fait que confirmer ce que l’IRSN a déjà affirmé et cela corrobore cet état de fait dénoncé par Greenpeace et Réseau Sortir du Nucléaire: en France, l’Etat a choisi d’ignorer ce risque majeur d’une catastrophe nucléaire avec fusion du cœur du réacteur, comme cela s’est déjà produit à Three Miles Island aux USA en 1978, à Saint Laurent des Eaux en 1980, à Fukushima en 2011. Les cuves en ciment et celles en acier des réacteurs des vieilles centrales françaises à eau pressurisée ont dépassé leur durée de vie de 30 ans garantie par leur concepteur, l’américain Westinghouse. Elles ont été bombardées par des isotopes hautement radioactifs qui ont ébranlé leurs structures moléculaires, provoquant d’innombrables microfissures dans le béton et dans l’acier. On ne peut pas changer cela, c’est impossible, il faut arrêter ces réacteurs et les démanteler, puis réhabiliter les sites. C’est à cela que se sont attelés les autorités et les industriels allemands de l’énergie. Très récemment, le gouvernement allemand par la voix de sa ministre sociale démocrate de l’énergie a demandé fermement à Ségolène Royal de définir au nom du gouvernement français les dates et modalités d’arrêt et de démantèlement de la centrale nucléaire de Fessenheim dans le Bas Rhin, conformément aux engagements de François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012. Cette démarche sera certainement perçue par certains milieux franchouillards et chauvins comme une sorte d’incongruité malvenue et même comme une ingérence inqualifiable de la part d’un membre d’un gouvernement étranger, qui lui s’est engagé résolument dans la sortie du nucléaire. Il n’empêche que cette démarche démontrait aussi l’inquiétude des populations allemandes frontalières avec l’Alsace envers cette centrale nucléaire dont tous les voyants sont au rouge en tant que doyenne de toutes les autres centrales françaises. Il semble qu’il ne soit pas certain que malgré les engagements verbaux de ce gouvernement, Fessenheim soit bientôt arrêtée et démantelée, car Ségolène Royal s’est défaussée sur EDF pour la prise de décision qui aurait du lui revenir. Il faut que cela soit désormais tranché, quand Fessenheim sera-t-elle arrêtée et démantelée ? Quoi qu’il en soit, si un évènement tragique devait advenir dans l’une de ces centrales qui comme Fessenheim ont atteint leurs limites d’âge et de fiabilité, surtout s’il advenait un accident grave du type de la fusion d’un cœur de réacteur, ce gouvernement comme ceux qui l’ont précédé depuis 1975, date de la mise en route du “Tout nucléaire” en France métropolitaine devra en assumer toutes les conséquences. Il ne pourra, tout comme ses prédécesseurs pas échapper à sa mise en cause pour sa non prise en compte des risques majeurs générés par la perpétuation du tout nucléaire dans ce pays, ni pour celle d’avoir ignoré les mises en garde de l’IRSN et de l’ASN. Il est révélateur que les plans d’urgence pour parer à ce genre d’éventualités soit souvent dérisoires, les projections d’évacuation des populations riveraines des centrales ne concernent que des périmètres de dix kilomètres de diamètre, alors qu’ils furent étendus à plus de trente kilomètres pour Tchernobyl et Fukushima ; les stocks d’iode à distribuer en cas d’irradiation ne sont pas constitués dans les sites concernés ; les unités spécialisées dans l’intervention en milieu irradié n’existent pas encore et tout est à l’avenant. Nous sommes le pays qui détient le triste record d’avoir la plus grande densité de réacteurs nucléaires situés pour la plupart dans un rayon de moins de cent kilomètres des plus grandes agglomérations françaises et nous voyons se maintenir une situation d’enlisement dans le tout nucléaire, la part des énergies renouvelables et des “négawatts” restant inférieure dans notre pays à celle développée dans la plupart de nos voisins européens. Il ne suffit pas de proclamer une volonté toute formelle de réduire la part du nucléaire à 50% d’ici à 2025. Cette promesse n’a rien d’une certitude gravée dans le marbre quand l’on entend les atermoiements sur la question du nucléaire chez Ségolène Royal. Le dernier en date porte sur le remplacement des vieilles centrales par des nouvelles, or quand on voit les déboires de l’EPR aussi bien en Finlande qu’à Flamanville, il saute aux yeux qu’il y a un gros problème de maîtrise dans la construction de ces nouvelles centrales : maîtrise des coûts, maîtrise des délais, maîtrise des technologies. Pourquoi s’acharner encore et encore dans cette impasse en y consacrant autant d’argent, de moyens alors qu’il est évident que le nucléaire régresse chez tous nos voisins ? Tirons les bonnes conclusions au plus tôt, avant qu’il ne soit trop tard, qu’un Fukushima français arrive et irradie un ou plusieurs départements …

 

(*)

CIGEO : Centre industriel de stockage géologique.

AREVA : Ancien nom d’OURANO, spécialiste français du nucléaire.

ANDRA : Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.

IRSN : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.

EDF : Electricité de France.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, Actualité, en français, Technologies

Négationnisme nucléaire et climat, Concurrence des catastrophismes

par Annie Péguin, Professeur de sciences physiques retraitée

et Pierre Péguin, Docteur en physique, Maître de conférence retraité.

juin 2019

 

Deux risques catastrophiques menacent le vivant et sollicitent notre engagement. Mais, si un nombre croissant de personnes se mobilisent pour « sauver le climat et la planète », ce n’est pas le cas pour l’arrêt du nucléaire civil et militaire. Est-ce justifié ? Tout se passe comme si le risque climatique est utilisé pour faire écran au risque nucléaire dont le négationnisme se perpétue depuis son origine….

Manifestations pour le climat, grèves des élèves, communiques d’ONG, etc., il apparait que la population (et en particulier les jeunes), est de plus en plus sensible aux conséquences du bouleversement climatique attribué aux activités humaines. Dès maintenant il est rendu responsables de désordres inquiétants annonciateurs d’un «effondrement » inévitable.

Tandis que le lobby pétrolier américain dépense des sommes considérables pour jeter le doute sur les travaux du GIEC* et soutenir les « climato-sceptiques », le lobby français et international du nucléaire se frotte les mains. Il soutient bien sûr le GIEC en prétendant que l’énergie nucléaire est non seulement décarbonée mais également « propre », deux allégations bien sûr contestables.

Quant au risque terrible que fait courir l’armement atomique mondial, et la production nucléaire d’électricité, il n’en est pas vraiment question. Nous sommes donc de toutes faç̧ons manipulés et il peut être utile de prendre en compte des réflexions décalées par rapport à l’idéologie dominante.

Ainsi J.-P. Dupuy, proche de Ivan Illich, auteur de « pour un catastrophisme éclairé » Seuil, 2002, estime que l’humain a des capacités étonnantes d’adaptation aux bouleversements de ses conditions de vie, comme l’histoire l’a montré. Mais Il dénonce « l’aveuglement face à l’apocalypse » atomique (pour reprendre les termes de Günther Anders) et l’incapacité à envisager le pire engendré par la guerre nucléaire que provoqueront les migrations massives. L’auteur lie donc les deux menaces climatique et nucléaire à combattre…

(lire à ce sujet dans le mensuel « La Décroissance » N°159 de mai 2019 l’article « Ne pas oubier la bombe », interview de Jean-Pierre Dupuy).

J’y ajouterais que la catastrophe nucléaire généralisée qu’elle soit due à la guerre atomique ou à un enchaînement domino d’explosions de réacteurs est d’une autre nature que la catastrophe climatique à laquelle l’humain aura à s’adapter, fusse dans la douleur. L’apocalypse nucléaire touche au génétique du vivant et donc de l’humain, ses dégâts sont transmissibles et irréversibles à notre échelle car couvrant des centaines de milliers d’années.

Face à cela, l’aveuglement de la population est entretenu soigneusement depuis le début de l’ère nucléaire, alors que les risques pour le vivant en ont été perçus très rapidement. Mais Il fallait les cacher pour ne pas entraver le développement de cette énergie colossale source de pouvoir illimité.

Le négationnisme nucléaire

C’est dès le début du nucléaire, au lancement du projet Manhattan que le négationnisme nucléaire a été institué. Il fallait que les moyens considérables mis en œuvre aux US pour aboutir à l’arme atomique ne soient pas remis en cause par l’opinion publique nationale et internationale. Les graves conséquences de la radioactivité sur le vivant devaient être cachées, y compris les horribles injections d’uranium ou de plutonium à des patients à leur insu, ou le silence acheté des familles de travailleurs victimes de contaminations, ou encore les territoires du Nevada rendus radioactifs.

De la même manière il fallait que les US ne soient pas accusés de crimes contre l’humanité pour avoir sacrifié les populations d’Hiroshima et Nagasaki. On sait maintenant qu’il a fallu prolonger la guerre et retarder la capitulation du Japon pour avoir le temps d’expérimenter cruellement in situ l’efficacité de cette nouvelle arme montrant la supériorité des USA dans la guerre froide amorcée. L’occupant américain a interdit tout accès journalistique ou scientifique étranger sur les sites martyrs et il a confisqué tous les témoignages japonais. Il fallait prétendre qu’il n’y avait pas de dangerosité durable une fois les bombes atomiques explosées !

(voir l’excellent livre de Jean-Marc Royer « Le monde comme projet Manhattan », le Passager Clandestin 2017. L’auteur développe les racines du négationnisme nucléaire avec toutes ses horreurs telles que l’évocation des 9’000 cobayes humains, ou la gestion criminelle post Hiroshima et Nagasaki. De plus il relie cette barbarie du mépris de la vie humaine à celle qui s’est imposée à notre époque).

De nos jours la même stratégie continue. Ainsi,

– Officiellement, Tchernobyl n’aurait fait qu’un nombre limité de victimes, suivant les sources, de quelques dizaines à quelque milliers passant sous silence le calvaire des centaines de milliers de liquidateurs et la contamination des populations voisines. Mais une équipe de l’Académie de médecine de New York, compilant en 2010, quelque 5’000 documents d’URSS ont estimé à près d’un million le nombre de morts….

– A la demande de députés écologiques européens, un cabinet d’étude, le CERI,* a évalué la mortalité liée au nucléaire à 61 millions de victimes, et c’était en 2003. Combien aujourd’hui car l’épidémie de cancers et leucémies sensible depuis les années 60 et 70 perdure, épidémie liée essentiellement au nucléaire militaire et civil, et à la chimie (pesticides auxquels s’attaque le mouvement des « Coquelicots »). Dans leur travail les experts du CERI ont pris en compte non seulement la mortalité directe, mais aussi les dégâts sur la santé dus à de

faibles et même de très faibles doses de contamination et leur transmissibilité aux générations suivantes scientifiquement prouvée.

– Enfin, le public sait-il qu’après les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima, les populations sont contraintes de vivre en zone contaminée. La dangerosité étant niée, il leur est refusé que soient distribués les soins qui pourraient alléger les souffrances, celle des enfants en particulier (c’est le programme « Ethos/Core** »).

En effet pour les nucléocrates, vivre dans le « jardin nucléaire » est un
« challenge » bénéfique, c’est la peur du nucléaire, la nucléophobie, qui rend tout le monde malade! Pas question donc de soigner tous les enfants accablés de maladies de vieux (4 enfants sur 5 des zones contaminées) puisque c’est psychologique : ils ressentent l’angoisse des parents. Seuls les militants de l’institut Belrad, soutenus par l’ETB*, ayant établi un lien direct entre la contamination par le Césium 137, et les atteintes à la santé s’obstinent à proposer des cures de pectine. Mais cet institut est asphyxié, neutralisé, on lui retire les moyens de travailler, l’horreur nucléaire ne tolère pas la vérité…

A ces manœuvres on trouve nos nucléocrates investis de responsabilités nationales et internationales, Jacques Lochard récemment décédé, et Gilles Dubreuil de Mutadis Consultant. Leurs actions criminelles sont faites en notre nom.

Le négationisme évite la prise de conscience et voila pourquoi nous n’entendons pas davantage parler du risque de catastrophe nucléaire qu’elle soit d’origine militaire ou civile. Et pourtant nous sommes menacés par des équipements vieillissants, équipés de pièces défectueuses, entretenus avec des budgets réduits impliquant la sous-traitance.

Mais les partis de gouvernement, les grands médias, s’en remettent à nos
« experts » du Corps des Mines chargés depuis de Gaulle de promouvoir le nucléaire militaire et donc aussi son utilisation civile au nom de la « grandeur de la France», quel qu’en soit le prix et les conséquences pour la population. Ne resterait-il à la France que les industries liées à la guerre, avec aussi la vente d’armes aux dictatures ?

Il apparaît alors une grande différence entre la prise de conscience du risque climatique et celle du risque nucléaire occulté: Le risque climatique est largement médiatisé et bien pris en charge par les écologistes associatifs et politiques. Rien de comparable pour dénoncer les mensonges et les horreurs du nucléaire civil et militaire, cette tâche incombe aux groupes spécifiquement antinucléaires qui n’accèdent pas aux grands médias et peinent à toucher un large public au-delà des cercles militants.

Et pendant que l’opinion se focalise sur le climat, l’Etat peut consacrer au sauvetage du nucléaire des sommes considérables sans pour autant engager les mesures nécessaires à la réduction de la pollution atmosphérique.

Ainsi 8 milliards d’euros ont été engagés pour sauver Areva (devenue Orano) et EDF de la faillite, et ce en plus des budgets consacrés annuellement au nucléaire (force de frappe pour laquelle un plan pluriannuel vient de prévoir 35 milliards pour la rajeunir, gestion des déchets, recherches du CEA, construction d’ITER….). La « grandeur de la France » et notre siège au Conseil de Sécurité, justifient-ils ces énormes sacrifices ?

Au nom du « rayonnement de la France » (voir le livre de Gabrielle Hecht, éd. Amsterdam, 2014) seule la France s’obstine dans la politique de l’électricité nucléaire et de l’armement atomique, se gardant bien de consulter la population. Dans les pays voisins, des processus démocratiques ont permis un désengagement au bénéfice des renouvelables.

Au niveau mondial le déclin de cette technologie obsolète est largement amorcé**, elle n’assure plus que 2 % de l’énergie totale utilisée. Même la Chine développe beaucoup plus le solaire et l’éolien que le nucléaire.

Face à la barbarie du nucléaire et en dépit de son négationnisme comment sensibiliser le public et l’amener à exiger :

– L’arrêt du nucléaire civil qui ne sert finalement qu’à faire bouillir de l’eau pour produire de l’électricité,

– La destruction de l’armement nucléaire, dont l’horrible perspective de son utilisation, la guerre nucléaire est humainement insupportable.

 

* GIEC, Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

CERI, Comité Européen sur le Risque de l’Irradiation, recommandations 2003.

ETB, Enfants Tchernobyl Belarus, créé par Solange et Michel Fernex après Tchernobyl .

** – https://apag2.wordpress.com/2016/11/21/vivre-dans-le-jardin-nucleaire-avec-ethos-un- crime-contre-lhumanite/

https://apag2.wordpress.com/2017/09/26/un-rapport-sur-le-declin-irreversible-de-lindustrie- nucleaire-a-lechelle-mondiale/

 

Bibliographie sommaire :

Jean-Luc Pasquinet, Considérations sur l’arrêt de nucléaire et sur la destruction du climat, à paraître 2019.

Thierry Gadault et Hugues Demeude, Nucléaire danger immédiat, Flammarion 2018.

Erwan Benezet, Nucléaire une catastrophe francçaise, Fayard 2018.
Yves Lenoir, La comédie atomique, La découverte 2016.

A. Yablokov, V. Nesterenko, A. Nesterenko, Chernobyl: Consequences of the Catastrophe for People and the Environment, Annal of the New York Academy of Sciences, 2010.

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Unité 3 de Fukushima Daiichi : le transfert du combustible de la piscine a commencé

Pierre Fetet

http://www.fukushima-blog.com

27 mai 2019

(Résumé de l’article par son auteur)

 

Quand le bâtiment réacteur n°3 de Fukushima Daiichi a explosé le 14 mars 2011, il y avait 566 assemblages dans la piscine de refroidissement : 514 de combustible usé et 52 de combustible neuf. Depuis, ces 100 tonnes de combustible sont restées une menace dans un bâtiment déstructuré, malgré l’habillage récent, sans enceinte de confinement. Avec quelques années de retard par rapport aux prévisions, Tepco vient de commencer à retirer ces assemblages pour les transférer dans la piscine commune du site.

Or, malgré tous ses efforts de communication, Tepco n’a jamais expliqué la succession d’explosions qui ont eu lieu en 2011 dans ce bâtiment réacteur n°3 en provoquant l’émoi du monde entier. L’opérateur n’a pas plus montré l’état des combustibles de la piscine de refroidissement, sinon par de rares photos prises à quelques endroits de la piscine. C’est pourquoi il est intéressant de suivre l’évolution de ce transfert d’assemblages, opération qui est programmée pour durer deux ans.

 

Poster un commentaire

Classé dans Catastrophes, en français, Uncategorized

Russia Has Captured Two-Thirds of the International Nuclear Power Construction Market

Source : Russia Insider

https://russia-insider.com/en/russia-has-captured-two-thirds-international-nuclear-power-construction-market/ri26722?ct=t(Russia_Insider_Daily_Headlines11_21_2014)&mc_cid=7553ffb1d2&mc_eid=db7da584e6

Source originaire : Check Point Asia

https://www.checkpointasia.net/russia-has-captured-two-thirds-of-the-international-nuclear-power-construction-market/

 

Checkpoint Asia is an excellent new site which scours the media for the best Asia news with a geopolitical focus, plus 1st-class original journalism ranging from Russia to China to the Middle East. Smart, incisive, and free of globalist baloney, by a super-talented former deputy editor of ours of many years.

 

 

By Nazrin Mehdiyeva (Checkpoint Aia)

 

Russia’s Rosatom has secured more orders to build nuclear power plants abroad than all other companies in the world combined.

 

Gelnde_des_Kernkraftwerk_Isar_KKI

 

Rosatom is a strategic, vertically integrated and fully state-owned company,which manages the assets of the Russian nuclear industry at all stages of the nuclear fuel cycleRosatom is present in all segments of the civil nuclear market: from mining uranium deposits in Russia and abroad to producing nuclear fuel commodities through conversion and enrichment, and building reactors and power plants, often with bespoke technological solutions. The company coordinates the work of a large network of engineering, infrastructure and construction companies as well as research institutes and technology parks.

The president appoints Rosatom’s director general – in 2016, Putin appointed First Deputy Minister of Economic Development Alexei Likhachev to replace Sergei Kiriyenko, who was appointed First Deputy Chief of Staff of the Presidential Administration – and members of its supervisory board.

The company’s business strategy is developed based on the goals set by the state for the civilian branch of the Russian nuclear industry and approved by the government. One of Rosatom’s key goals in the current strategy is to increase its international market share and establish itself among the top three world leaders in every segment of the global nuclear market by 2030.

Indeed, since its creation in 2007 from the Russian Atomic Energy Ministry, the company has set itself on this path, consolidating its positions as a leading international player for nuclear technologies and generating substantial overseas revenue from nuclear power plant (NPP) construction, nuclear fuel fabrication and uranium enrichment.

As part of the industry reform, the company has benefitted from the “vertical integration”, which has enhanced Russia’s competitiveness in the global nuclear market by improving coordination in the activities of over 350 enterprises and organisations that comprise Rosatom, cutting costs and creating economies of scale. At the same time, the company’s close affiliation with the Russian state has offered distinct advantages that have propelled Rosatom’sglobal expansion.

Access to state funding has been a critical asset underpinning many of Rosatom’s projects and driving its rapid international growth. Estimates suggest that Rosatom underbids its Western competitors by between 20% and 50%, in large part thanks to government subsidies.

Consequently, it has successfully secured over 60% of recent global reactor sales and 67% of the world NPP construction market (in signed contracts and intergovernmental agreements).

The financial backing from the state has allowed Rosatom to offer large long-term loans to customers who under regular circumstances would not have been able to afford the high costs of NPP construction.

Not all has been plain sailing for Rosatom in its ambitious bid for rapid expansion. In South Africa, for instance, its plans were dealt a blow in 2017 after the High Court ruled to cancel a 2014 intergovernmental agreement to build eight nuclear reactors in the country. The agreement was deemed “unconstitutional and unlawful”; and in mid-2018, despite openings from Putin in a meeting with President Cyril Ramaphosa, South Africa proceeded to cancel all plans to add nuclear power by 2030. Nuclear power has been ruled out as too expensive and the government under Ramaphosa is now opting to generate additional electricity from natural gas, wind and other energy sources. Rosatomresponded quickly to such setbacks and the changing political environment, signing in January 2018 a hydro scheme in Mpumalanga, in what became its first energy contract in South Africa.

By the end of 2017, Rosatom’s 10-year portfolio of overseas orders amounted to $133.6 billion – more than the order books of all its Western competitors combined. The company expected to sign foreign contracts worth another $26 billion in 2018. In its global activities, Rosatom is focusing heavily on NPP construction: of the $133.6 billion portfolio of overseas orders, $97.6 billion are for power plant construction. Indeed, Rosatom has emerged as the undisputed market leader by the number of simultaneously implemented nuclear reactor construction projects: it is currently building (or has under contract) six reactors in Russia and 36 abroad.

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, in English, Problématiques énergétiques, Uncategorized