Déchets nucléaires : il faut que l’État cesse de mentir

16 février 2018
par Hervé Kempf
Reporterre
https://reporterre.net/Dechets-nucleaires-il-faut-que-l-Etat-cesse-de-mentir

arton14089-59c16.jpg

La gestion des déchets radioactifs en France est devenue inextricable. Plutôt que de continuer à empêcher le débat, les responsables doivent ouvrir l’information. Une vraie réflexion collective sur ce legs empoisonné aux générations futures est indispensable.
La réponse du gouvernement à la question posée par l’opposition, mercredi 14 février, sur les déchets nucléaires, était pitoyable et méprisante.
La députée (FI) Caroline Fiat formulait, dans le fil de la révélation par Reporterre du projet de stockage sous eau de déchets radioactifs à Belleville-sur-Loire, trois questions : la publication de la carte des sites de déchets nucléaires en France, un débat sur les déchets nucléaires, la protection des lanceurs d’alerte à Bure (Meuse), où un site d’enfouissement est envisagé.
La secrétaire d’État Brune Poirson, représentant le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et le gouvernement, n’a répondu à aucune de ces questions, et n’a donné aucune précision sur le projet de Belleville-sur-Loire. Continuant sur la lancée du mépris des contradicteurs et du refus de la transparence qui fait l’ordinaire de la politique nucléaire en France, elle a affirmé avec une emphase qui confine au ridicule : « Nous avons exploré depuis des années, des décennies, toutes les solutions au stockage des déchets. »
Eh bien non, on n’a pas envisagé toutes les solutions, ni même posé correctement la question des déchets. Et menti plus d’une fois, comme lorsque Mme Lauvergeon prétendait que les déchets nucléaires tiendraient dans… une seule « piscine olympique ».
Cinq casse-tête au lieu d’un
Posons correctement la question des déchets. En soulignant que la situation dans laquelle l’industrie nucléaire a conduit la France est particulièrement compliquée. Pourquoi ? Parce que, alors que les autres pays exploitant l’énergie nucléaire n’ont à gérer qu’un seul type de déchets, les combustibles usés sortant très radioactifs des réacteurs, la France s’est engagé dans la voie du retraitement, qui aboutit à créer cinq types de déchets, comme nous l’avons expliqué en détail cette semaine :
. les actinides mineurs ;
. le plutonium ;
. le MOx usé ;
. l’uranium de retraitement ;
. le combustible uranium usé.
On simplifie ici la situation, parce qu’on compte aussi des combustibles graphite-gaz, de l’uranium appauvri, des stériles miniers, etc. Mais restons-en à ces cinq types de déchets, les plus dangereux. Comme chacun présente des caractéristiques radioactives et thermiques différentes, chacun appelle une solution particulière. Autrement dit, alors que, par exemple, les États-Unis ou la Suède n’ont à gérer qu’un seul type de déchets nucléaires — et n’y trouvent d’ailleurs pas de solution —, la France a cinq casse-tête au lieu d’un. L’honnêteté consisterait à le reconnaître, plutôt qu’à faire croire à l’opinion qu’il y a des « déchets nucléaires » et qu’il suffira de les enfouir pour régler le problème.
Ouvrir l’information et arrêter de criminaliser les contestataires
Raisonner sur la réalité — il y a cinq casse-tête et pas un seul — entraîne trois conséquences :
• Il faut reposer nettement sur la table tout le projet Cigéo, dont les caractéristiques techniques sont très discutables ;
• Il faut ouvrir l’information sur le projet de Belleville-sur-Loire et sur la situation du stockage à La Hague ;
• Il faut préparer l’arrêt du retraitement, qui complique la situation en continuant à produire ces cinq types de déchets.
Toutes les solutions, on le voit, n’ont pas été envisagées. Il est temps de le faire. Et de réfléchir aussi à l’entreposage à sec, qui est pratiqué à grande échelle dans plusieurs pays.
Le débat est urgent, comme l’est la nécessité d’ouvrir l’information, plutôt que de continuer les cachotteries, comme le font EDF et le gouvernement.
Il est tout aussi indispensable de stopper la répression policière et judiciaire contre ceux qui, dans la Meuse et ailleurs, contestent le projet Cigéo et les choix dangereux de l’industrie nucléaire. Ils sont, comme l’a justement dit Mme Fiat, des lanceurs d’alerte, et contribuent à avertir la société des dangers qu’elle court à fermer les yeux. Pour l’instant, la réponse que donne le gouvernement est exactement celle d’un État policier. Cela n’est plus acceptable.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

A propósito del llamado uranio “empobrecido”

Pierre Péguin
Doctor en Física
Enero de 2018
Traducido del francés para Rebelión por Beatriz Morales Bastos
Original : https://apag2.wordpress.com/2018/02/10/a-propos-de-luranum-dit-appauvri/
Traducción : https://elblogantimperialista.wordpress.com/2018/02/13/a-proposito-del-llamado-uranio-empobrecido/

 

La nucleocracia tiene el arte de vestir sus tecnologías mortíferas con denominaciones tranquilizadoras. Es lo que ocurre con el llamado uranio “ empobrecido”, las informaciones acerca del cual que ofrecemos a continuación no pueden sino generar un sentimiento de horror y de revuelta, una vez más, contra todo lo que tiene que ver con lo nuclear.Indignado por los daños infligidos por las armas de uranio a las poblaciones que padecen la guerra desde hace unos treinta años, daños que se extiende al conjunto del planeta, he querido presentar en las líneas que siguen un análisis a partir de los documentos existentes citados al final del texto ya que, en efecto, se trata de un crimen ¡e incluso un crimen contra la humanidad!

Para empezar recordemos algunas cosas: ¿A qué se denomina uranio “empobrecido”? Aproximadamente un 99,3% del uranio está constituido por el isótopo U 238 (238 es su peso atómico), un 0,7 % por U 235 y trazas de otros isótopos de uranio. El U 238 es radioactivo alfa, su periodo de radiactividad (o vida media) es del orden de la edad de la Tierra.
Para los reactores de agua bajo licencia estadounidense tipo Westinghouse-PWR que equipan el parque francés y muchos otros es necesario disponer de un “combustible” de uranio más rico en 235; en efecto, solo el 235 garantiza las reacciones de fisión. En [la central nuclear francesa de] Tricastin (fábricas GB1 y GB2) es donde se enriquece el uranio en 235 y de ello resulta un importante lote “empobrecido” en 235, pero enriquecido en 238.
Al cabo de algunos años de uso y al haber perdido una buena parte de su 235 y, por lo tanto, a su vez empobrecido, el combustible utilizado se transporta a La Haya para ser “reprocesado”. Ahí se separa el U 238, el plutonio generado en los reactores y los subproductos de las reacciones de fisión altamente radiactivos denominados residuos.
Por lo tanto, el uranio empobrecido es un subproducto del enriquecimiento del uranio por una parte y del reprocesamiento del combustible usado por otra. Francia dispone de unas existencias de uranio empobrecido de más de 200.000 toneladas, depositadas entre otros lugares en Bessines, Haute-Vienne. No posee las propiedades necesarias para ser utilizado para la fisión en un reactor, pero eso no le hace menos radiactivo. Como tiene un valor comercial insignificante, encontrará una salida en el ámbito militar de modo que la industria nuclear civil se lo suministra a la militar casi gratuitamente.
Es en el armamento militar donde el uranio empobrecido ha encontrado una salida:
El uranio empobrecido se utiliza en el armamento por sus propiedades físicas. Como es muy pesado se utiliza para revestir la cabeza de los proyectiles, con lo que adquiere una eficacia temible para perforar las paredes de los blindajes, de los tanques, de los muros de hormigón. Estas municiones son más “eficaces” y mucho menos caras que las de tungsteno (la otra opción principal para penetrar en blindajes u hormigón).
Ya en 1992 la OTAN publicaba un “Manual sobre los principios de seguridad aplicables al almacenamiento de las municiones y explosivos militares”. Un capítulo de este documento de “difusión restringida” (destinado a los Estados Mayores de los ejércitos de los países miembros, entre ellos Francia) se dedica a las municiones de uranio empobrecido.
Por otra parte, y es un dato poco conocido, por las mismas razones por las que se utiliza en el armamento también se utiliza en la fracturación hidráulica, en la explosión de la carga destinada a agrietar las rocas. Las aguas no solo remontan una amplia gama de contaminantes químicos, radiactividad subterránea, sino también el uranio utilizado reducido a un polvo extremadamente fino que contamina la superficie del suelo y las aguas de escorrentía.
La contaminación del medioambiente y de todos los seres vivos
El uranio empobrecido es una mezcla surgida no solo del enriquecimiento sino también del reprocesamiento. Este último contiene, además del 238 y del 235 residual, productos de fisión altamente reactivos como los U234 y 236, los plutonio 238 y 239, el tecnecio 99 o el rutenio 106, que incrementan su nocividad.
El uranio es un material pirofórico, se oxida tan rápido que se prende fuego en contacto con el blanco, y el uranio en llamas libera grandes cantidades de minúsculas partículas radiactivas. Transportadas por el viento, estas partículas se pueden encontrar en el agua, el suelo, las capas freáticas… y contaminar definitivamente todo el medioambiente de las poblaciones de los territorios que son su blanco, pero también de los países vecinos y, finalmente, de todo el planeta.
No es posible proceder a una descontaminación. Las partículas minúsculas de polvo, del orden de una millonésima parte de milímetro, flotan en la atmósfera; la lluvia, la nieve, la niebla y la contaminación las arrastran al suelo y las integran en la biosfera y, por lo tanto, en lo que está vivo.
Como es a la vez quimiotóxico y radiotóxico, emisor alfa, el uranio ataca a los riñones, los pulmones, el esqueleto, los órganos reproductores, el tiroides, los músculos, los ganglios linfáticos y al sistema neurológico. Los tipos de patologías observadas son principalmente cánceres, leucemias, malformaciones congénitas, abortos. Además, como afecta al ADN, lo que está en peligro es el capital genético transmisible y, por lo tanto, la descendencia.
Todo esto ocurre en medio de la indiferencia general y posiblemente ni siquiera se mencionaría en los medios de comunicación si algunos veteranos estadounidenses (o sus familias de luto) al volver de los países a los que Estados Unidos llevó la guerra no presentaran denuncias por el daño que ha sufrido su salud.
Efectos terribles en los países afectados
Estas armas ya han provocado muchas víctimas en el planeta porque se han utilizado en muchos conflictos, en Siria, Iraq, Libia, Yugoslavia… Los países vecinos de las regiones bombardeadas no se han librado de que les cayeran partículas radiactivas y químicas, como es el caso de Kuwait, Arabia Saudí, Irán, regiones de Albania, Macedonia, Grecia y Paquistán, por citar solo estos casos.
Durante el conflicto que provocó la intervención de las fuerzas de la OTAN en la antigua Yugoslavia (Bosnia, Serbia, Kosovo) los intensos bombardeos con armas de uranio empobrecido, más particularmente en el territorio serbio, provocaron una verdadera epidemia de linfomas y leucemias. Con 5.500 casos de cáncer registrados recientemente por millón de habitantes, Serbia está en el primer puesto de Europa de la cantidad de muertes debidas al cáncer.
Iraq, después de la Guerra del Golfo de 1991 y la intervención estadounidense de 2003 justificada por la supuesta presencia de armas de destrucción masiva, está literalmente envenenado ya que la alimentación está contaminada ahí. Así, en los hospitales de Basora, donde nacía aproximadamente un bebé por semana que presentaba malformaciones congénitas, ahora nacen de 10 a 12 al día. Lo mismo ocurre en el hospital de Faluya. Un informe de investigación de la OMS y el Ministerio de Sanidad iraquí realizado en 2012 revela entre otras cosas un aumento muy importante de los casos de cáncer y una terrible mortandad de bebés y niños. ¡Estados Unidos bloqueó la publicación de este informe!
La destrucción casi total de las infraestructuras y, por lo tanto, de los hospitales, agrava las patologías que afectan a los habitantes. Actualmente el país está entre los más pobres del mundo en términos de salud pública, mientras que antes de 1999 figuraba entre los primeros puestos de la clasificación.
La historia de Iraq constituye uno de los mayores dramas que se hayan conocido desde la Segunda Guerra Mundial, es un verdadero crimen contra la humanidad.
Y se sospecha que Estados Unidos también utilizó armas de uranio empobrecido en Afganistán.
Israel: existen fuertes sospechas e incluso la casi certeza de que el ejército israelí utilizó uranio empobrecido durante la guerra de Líbano. Así, se han encontrado niveles elevados de radiación en los cráteres de Khiam creados por misiles en 2006 en Líbano (en uno de ellos una radiación 25 más alta que la normal y 10 veces más en el otro, lo que no puede ser fruto del azar…). Por otra parte, los estudios independientes de Chris Busby y Dai Williams han confirmado la presencia de uranio en Líbano y Gaza. En consecuencia, el abogado de Hamburgo Armin Fiand presentó el 12 de agosto de 2006 una demanda ante el fiscal general de la República Federal (Corte Suprema Federal de Karlsruhe) contra el [entonces] primer ministro israelí Ehud Olmert, el [entonces] ministro de Defensa Amir Peretz y el [entonces] jefe del Estado Mayor Dan Halutz por crímenes y crímenes de guerra en virtud del Código Penal Internacional Alemán (CPIA) del 26 de junio de 2002.
Francia no se queda atrás. Desde 2001 la Comisión de Investigación e Información Independiente sobre la Radiactividad (CRIIRAD, por sus siglas en francés) había lanzado una petición contra las armas de uranio empobrecido. Pero el ejército francés no niega haber utilizado ese tipo de obuses en Mali. Actualmente los tanques MX30 y Leclerc están equipados para ello. Los obuses de 105 mm destinados al tanque MX30 y los de 120 mm previstos para los tanques Leclerc contienen respectivamente 3,6 y 4,8 kg de uranio.
En Francia dos emplazamientos militares acogen pruebas de obuses con uranio empobrecido desde 1987: en Bourges (Cher) las pruebas se hacen al aire libre mientras que en Gramat (Lot) los lanzamientos de obuses se producen en cavidades subterráneas, pero ya en 1979 Francia había importado de Estados Unidos una treintena de proyectiles de uranio empobrecido para probarlos.
La población de Bourges, muy preocupada, querría conocer el origen de los casos de cáncer, que están aumentando. Se han realizado más de 1.500 lanzamientos al aire libre con estas municiones radiactivas. A principios de 2010 incluso se encontró en un campo uno de estos misiles, lo que deja suponer que las pruebas continúan todavía hoy. En Gramat el campo de tiro de uranio empobrecido está situado en un terreno cárstico, sobre la sima de Bèdes donde fluye el río subterráneo de Vitarelles, el curso sumergido del Ouysse. Este río y sus afluentes suministran agua potable a muchas comunidades….
Según el derecho internacional
Según el derecho internacional relativo al control de armamentos, las armas de uranio “empobrecido” son ilegales (Convención de La Haya de 1899 y 1907, de Ginebra de 1925 y 1949, Carta de Nuremberg de 1945, Convención de las Naciones Unidas del 10 de octubre de 1980, llamada “Convención de las armas inhumanas”).
En 1996 las Naciones Unidas adoptaron una resolución según la cual las armas de uranio empobrecido son armas de destrucción masiva, armas ilegales según la totalidad de los tratados internacionales. En 2001 el Parlamento Europeo adoptó una resolución sobre el uranio empobrecido. Señalemos que el pasado 9 de enero la Comisión Europea reconoció la peligrosidad de este producto para la salud humana.
Presentar el uranio empobrecido como un producto anodino y no como un residuo radiactivo permite a países como Francia librarse de hacerse cargo de los costes de descontaminación y, sobre todo, banalizar en medio de la indiferencia general el uso de estas armas en los conflictos y condenar así a poblaciones inocentes.
¡Paremos esta masacre, el uso de estas armas de uranio “empobrecido” que contamina a todos los seres vivos es un CRIMEN CONTRA LA HUMANIDAD!
Para más información:
– http://www.criirad.org/actualites/communiques/uranium%20appauvri/ua.petition.f.01.0129doc.pdf, Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD), agosto de 2001.
– Michel Lablanquie, Gramat, 12 de mayo de 2010, «Armes à uranium appauvri».
– Diciembre de 2012, Eva Marion, Pierre Péguin, sobre la base de los elementos reunidos por Charlie Rigol, «La fracturation hydraulique implique l’utilisation d’explosifs bardés d’uranium dit appauvri», http://www.stopaugazdeschiste07.org/article383.html
– Reporterre, 8 de febrero de 2013, http://www.reporterre.net/ Carta de Thierry Lamireau, director del documental “Uranium en Limousin”.
– “La France soupçonnée d’utiliser au Mali des armes à uranium appauvri”, https://apag2.wordpress.com/2015/11/24/la-france-soupconnee-dutiliser-au-mali-des-armes-a-uranium-appauvri-2/
– http://www.horizons-et-debats.ch/express/HD%20express_3.pdf, “Un holocauste nucléaire mondial nous menace” entrevista a Leuren Moret, especialista en Ciencias de la Tierra, por W. Leon Smith y Nathan Diebenow, periodistas de Lone Star Iconoclast, Texas. Y “rimes et crimes de guerre, Plainte contre Ehud Olmert, Amir Peretz et Dan Halutz”.
– http://www.assopyrophor.org/ Asociación militante contra el empleo de todos los isótopos radiactivos en los misiles convencionales, Depleted uranium : the invisible genocide and the seeds of terrorism
– http://blogs.mediapart.fr/kakadoundiaye/blog/150613/uranium-appauvri-un-vrai-scandale-une-vraie-horreur “Uranium appauvri: un vrai scandale, une vraie horreur”, 15 de junio de 2013.
– https://blogs.mediapart.fr/kakadoundiaye/blog/310714/israelusa Israël/USA, 31 de julio de 2014.
– http://arretsurinfo.ch/heritage-de-lotan-la-serbie-premiere-en-europe-pour-le-nombre-de-cancereux-2/ 27 de octubre de 2017.
Fuente: http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2018/02/02/A-propos-de-l-uranium-dit-appauvri
Esta traducción se puede reproducir libremente a condición de respetar su integridad y mencionar al autor, a la traductora y Rebelión como fuente de la traducción.

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, Uncategorized

A propos de l’uranium dit “appauvri”

 

Pierre Péguin,

Docteur en physique

janvier 2018

Je remercie le professeur Ivo Rens qui a rendu le texte plus accessible par une relecture attentive et critique.

 

Révolté par les dégâts infligés par les armes à uranium aux populations qui subissent la guerre depuis une trentaine d’années, dégâts qui s’étendent à l’ensemble de la planète, j’ai voulu, dans ce qui suit, en présenter une analyse à partir des documents existants cités en fin du texte, car il s’agit bien d’un crime, et même d’un crime contre l’humanité !

C’est tout l’art de la nucléocratie que d’habiller ses technologies mortifères d’appellations rassurantes. Il en est ainsi de l’uranium dit “appauvri” dont les informations ci-dessous ne peuvent engendrer qu’un sentiment d’horreur et de révolte, une fois de plus contre tout ce qui touche au nucléaire.

 

Définitions

 

Tout d’abord quelques rappels : Qu’appelle-t-on uranium « appauvri » (en abrégé « UA ») ? A l’état naturel, l’uranium est essentiellement constitué de l’élément (on dit isotope) U 238 (238 étant son poids atomique) pour près de 97%, de 0,7 % d’U 235 et de traces d’autres isotopes d’uranium. L’UA est radioactif alpha, sa période radioactive (ou demi-vie) est de l’ordre de l’âge de la terre.

Pour les réacteurs à eau de type Westinghouse-PWR qui équipent le parc francais et bien d’autres pays, il faut disposer d’un “combustible” d’uranium plus riche en 235, en effet seul le 235 assure les réactions de fission. C’est au Tricastin (usines GB1 puis GB2) que l’uranium est enrichi en 235, il en résulte un important lot “appauvri” en 235, l’UA, mais enrichi en 238.

Après un usage de quelques années, ayant perdu une bonne part de son 235, donc à son tour appauvri, le combustible usé est transporté à la Hague pour y être « retraité ». On y sépare l’UA, le plutonium généré dans les réacteurs, et les sous-produits des réactions de fission, des déchets hautement radioactifs.

L’UA est donc un sous-produit de l’enrichissement de l’uranium d’une part et du retraitement du combustible usé d’autre part ; la France en dispose d’un stock de plus de 200.000 tonnes, entreposés entre autres à Bessines en Haute-Vienne. Il ne possède pas les propriétés nécessaires pour être utilisé pour la fission dans un réacteur, mais cela ne le rend pas moins radioactif. Ayant une valeur commerciale négligeable, il va trouver un débouché auprès des militaires, le nucléaire civil fournissant le militaire quasi gratuitement.

 

Militarisation de l’UA

 

L’UA est utilisé dans l’armement pour ses propriétés physiques. Très lourd, habillant les têtes de projectiles, il est d’une efficacité redoutable pour transpercer les parois des blindages, des tanks, des parois de béton. Ces munitions sont plus “efficaces” et tellement moins chères, que celles au tungstène (l’autre option principale pour pénétrer les blindages ou le béton).

Déjà en 1992, l’OTAN publiait un “Manuel sur les principes de sécurité applicables au stockage des munitions et explosifs militaires”. Un chapitre de ce document à « diffusion restreinte » – destiné aux états-majors des armées des pays membres, dont la France – est consacré aux munitions à l’uranium appauvri.

Par ailleurs, et c’est peu connu, mais pour les mêmes raisons que pour les armes, il est aussi utilisé dans la fracturation hydraulique dans l’explosion de la charge destinée à fissurer les roches. Non seulement les eaux remontent alors une panoplie de polluants chimiques, de la radioactivité souterraine, mais aussi l’uranium utilisé réduit en poudre extrêmement fine contaminant la surface du sol et les eaux de ruissellement.

 

La contamination de la biosphère

 

L’UA est un mélange issu non seulement de l’enrichissement mais aussi du retraitement. Ce dernier contient en plus du 238, et du 235 résiduel, des produits de fission hautement radioactifs comme les U234 et 236, les plutonium 238 et 239, le technétium 99 ou le ruthénium 106 qui accroissent sa nocivité.

L’uranium est un matériau pyrophorique, il s’oxyde si vite qu’il prend feu au contact de la cible, l’uranium enflammé relâche de grandes quantités de minuscules particules radioactives. Transportées par le vent, ces particules peuvent se retrouver dans l’eau, le sol, les nappes phréatiques… contaminant définitivement tout l’environnement des populations des territoires visés, mais aussi celui des pays voisins et finalement de toute la planète.

Il n’est pas possible de procéder à une décontamination. Les minuscules poussières, de l’ordre du millionième de millimètres flottent dans l’atmosphère ; la pluie, la neige, le brouillard et la pollution les entraînent au sol et les intègrent à la biosphère, donc au vivant.

Étant à la fois chimiotoxique et radiotoxique, émetteur alpha, l’uranium atteint les reins, les poumons, le squelette, les organes reproducteurs, la thyroïde, les muscles, les ganglions lymphatiques ainsi que le système neurologique. Les types de pathologies observées sont principalement les cancers, leucémies, malformations congénitales, fausses couches. De plus l’ADN étant atteint, c’est le capital génétique transmissible et donc la descendance qui est en péril.

Tout cela se passe dans l’indifférence générale, et il n’en serait peut-être pas question dans les médias si des vétérans US (ou leurs familles endeuillées) rentrés des pays où les Etats-Unis ont porté la guerre, ne portaient pas plainte pour dénoncer les dégâts sur leur santé.

 

 

 

Contamination durable des pays touchés.

 

Ces armes ont déjà fait beaucoup de victimes sur la planète, car elles ont été utilisées dans de nombreux conflits, en Syrie, Irak, Lybie, Yougoslavie…. Les pays voisins des régions bombardées n’ont pas été épargnés par les retombées de particules radioactives et chimiques… comme le Koweït, l’Arabie Saoudite, l’Iran, des régions d’Albanie, de Macédoine, de Grèce, du Pakistan, pour ne citer qu’eux.

En Ex-Yougoslavie (Bosnie, Serbie, Kosovo), pendant le conflit qui a entraîné une intervention des forces de l’OTAN, les bombardement intenses avec des armes à UA, plus particulièrement sur le territoire serbe, y ont provoqué une véritable épidémie de lymphomes et de leucémies. Avec 5’500 cas de cancer enregistrés récemment pour un million d’habitants, la Serbie arrive en première position en Europe pour le nombre de décès dus au cancer.

En Irak, après la Guerre du Golfe de 1991 et l’intervention américaine de 2003 justifiée par la prétendue présence d’armes de destruction massive, l’Irak est littéralement empoisonné, l’alimentation y étant contaminée. Ainsi, dans les hôpitaux de Bassora, là où il naissait environ un bébé par semaine qui présentait des malformations congénitales, il y en a maintenant 10 à 12 par jour. De même à l’hôpital de Falloujah. Un rapport d’enquête de l’OMS et du ministère irakien de la Santé réalisée en 2012 révèle entre autres une augmentation très importante de cancers, une terrible mortalité de bébés et d’enfants. La publication de ce rapport a été bloquée par les Etats-Unis !

Les pathologies qui affectent les habitants sont aggravées par la destruction de la quasi-totalité des infrastructures et donc des hôpitaux. Le pays se situe actuellement parmi les plus pauvres du monde en terme de santé publique alors qu’avant 1999, il figurait dans les premières places du classement.

L’histoire de l’Irak constitue l’un des plus grands drames que l’on ait connu depuis la seconde guerre mondiale, c’est un véritable crime contre l’humanité.

Et on soupçonne aussi les États-Unis d’avoir utilisé des armes à l’uranium appauvri en Afghanistan.

Israël. De fortes suspicions, voire une quasi certitude d’utilisation d’UA pendant la guerre du Liban par l’armée israélienne existent. Ainsi des niveaux élevés de radioactivité ont été trouvés dans les deux cratères de Khiam creusés par des missiles en 2006 au Liban (25 fois plus élevée que la normale dans l’un, et 10 fois plus dans l’autre, ce qui ne peut pas être du au hasard…). La présence d’uranium est par ailleurs confirmée par des relevés indépendants, ceux de Chris Busby et Dai Williams, au Liban et à Gaza.

De ce fait, l’avocat hambourgeois Armin Fiand a déposé le 12 août 2006 auprès du Procureur général de la République fédérale (Cour suprême fédérale de Karlsruhe) une plainte contre le Premier ministre israélien Ehud Olmert, le ministre de la Défense Amir Peretz et le chef d’état-major Dan Halutz pour crimes et crimes de guerre, en vertu du Code pénal international allemand (CPIA) du 26 juin 2002.

La France n’est pas en reste. L’armée française ne dément pas d’utiliser au Mali des obus à l’uranium appauvri. Les chars MX30 et Leclerc sont maintenant équipés pour cela. Les obus de 105 mm destinés au char MX30 et ceux de 120 mm prévus pour les chars Leclerc contiennent respectivement 3,6 et 4,8 kg d’UA.

En France, deux sites militaires accueillent les essais d’obus à l’UA depuis 1987 : à Bourges (Cher,) les essais se font en plein air, tandis qu’à Gramat (Lot), les tirs d’obus ont lieu dans des cavités souterraines, mais dès 1979, la France avait déjà importé des USA, afin de les tester, une trentaine de projectiles à l’uranium appauvri.

À Bourges, la population très inquiète voudrait bien connaître l’origine des cas de cancers dont le nombre serait en augmentation. Plus de 1’500 tirs y ont été réalisés à l’air libre avec ces munitions radioactives. Un missile à l’UA a même été retrouvé début 2010 dans un champ, ce qui laisse supposer que les essais continuent encore aujourd’hui. À Gramat, le site de tir à l’uranium appauvri est situé en terrain karstique, au-dessus du gouffre de Bèdes où coule la rivière souterraine des Vitarelles, parcours immergé de l’Ouysse. Cette rivière et ses affluents alimentent en eau potable de nombreuses de communes….

 

Droit international public

 

Selon le droit international relatif au contrôle des armements, les armes à l’uranium “appauvri” sont illégales (Convention de La Haye de 1899 et 1907, de Genève de 1925 et 1949, Charte de Nuremberg de 1945, Convention des Nations Unies du 10 octobre 1980 dite “Convention des armes inhumaines”).

En 1996, les Nations Unies ont adopté une résolution aux termes de laquelle les armes à l’UA sont des armes de destruction massive, des armes illégales au regard de la totalité des lois et des traités internationaux. En 2001, le Parlement européen a adopté une résolution sur l’UA. Notons le 9 janvier dernier, la reconnaissance par la Commission européenne de la dangerosité de l’uranium appauvri pour la santé humaine,

Présenter l’uranium « appauvri » comme un produit anodin, permet aux pays comme la France de se défausser de la prise en charge des coûts de décontamination, et surtout de banaliser dans l’indifférence générale l’usage de telles armes dans les conflits, condamnant ainsi des populations civiles innocentes.

« Dans la plupart des rapports officiels, la question du respect de la réglementation et des normes de radioprotection est totalement éludée. Pareillement, le terme de « déchets radioactifs » et les prescriptions qui s’y rapportent sont tabous. C’est pourtant la terminologie appropriée pour décrire les obus et munitions à l’uranium appauvri dispersés dans l’environnement. » (Document CRIIRAD Corinne Castanier et Bruno Chareyron).

Arrêtons ce massacre, l’utilisation de ces armes à l’uranium « appauvri » qui contamine tout le vivant est un CRIME CONTRE L’HUMANITE !

 

Pour plus d’infos :

http://www.criirad.org/actualites/communiques/uranium%20appauvri/ua.petition.f.01.0129doc.pdf,

Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD), aout 2001.

 

– Michel Lablanquie, Gramat, le 12 mai 2010, « Armes à uranium appauvri ».

Reporterre. Du 8 février 2013, http://www.reporterre.net/ Lettre de Thierry Lamireau, réalisateur du film « Uranium en Limousin ».

La France https://apag2.wordpress.com/2015/11/24/la-france-soupconnee-dutiliser-au-mali-des-armes-a-uranium-appauvri-2/est https://apag2.wordpress.com/2015/11/24/la-france-soupconnee-dutiliser-au-mali-des-armes-a-uranium-appauvri-2/soupçonnée d’utiliser au Mali des armes à uranium appauvri

 

http://www.horizons-et-debats.ch/express/HD%20express_3.pdf « Un holocauste nucléaire mondial nous menace ». Interview de Leuren Moret, spécialiste des sciences de la Terre, par W. Leon Smith et Nathan Diebenow, journalistes au «Lone Star Iconoclast», Texas. Et «Crimes et crimes de guerre, Plainte contre Ehud Olmert, Amir Peretz et Dan Halutz ».

 

http://www.assopyrophor.org/ Association militant contre l’emploi de tous isotopes radioactifs dans les missiles conventionnels. Depleted uranium : the invisible genocide and the seeds of terrorism

 

https://blogs.mediapart.fr/kakadoundiaye/blog uranium appauvri: un vrai scandale, une vraie horreur, 15 juin 2013.

 

https://blogs.mediapart.fr/kakadoundiaye/blog/310714/israelusa Israël/USA, 31 juil. 2014.

 

http://arretsurinfo.ch/heritage-de-lotan-la-serbie-premiere-en-europe-pour-le-nombre-de-cancereux-2/ 27 octobre 2017.

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, en français, Technologies

Astrid : Le CEA en difficulté

Annie et Pierre Péguin,

physiciens

8 février 2018

http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2018/02/06/Astrid-Le-CEA-en-difficulte

 

A notre connaissance, pour la 1ere fois le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique) prend l’initiative d’une reculade dans ses ambitions. Dans le passé, les rares replis lui avaient été imposés par les compromis politiques tels que la décision de développer la filière Westinghouse-PWR au lieu de la graphite-gaz, ou encore l’arrêt de Superphenix.

Cette fois, c’est le CEA lui-même qui prend les devants, il propose une relance de la filière plutonium par la construction d’un réacteur nettement plus petit qu’initialement prévu, d’après un article paru dans Les Echos.fr*.

Il faut croire que les X corps des mines à la tête du CEA, ne se sentent plus en position de force comme ce fut le cas depuis 60 ans, pour qu’ils soient amenés à reculer dans leur projet déjà très avancé de construction d’un réacteur à neutrons rapides à Marcoule, ASTRID, de 600MW électriques**. Voila que le CEA se contenterait maintenant d’un « démonstrateur » d’une à deux centaines de MW  pour sauver la filière plutonium promise à ses yeux à un avenir brillant!

Le gouvernement a déjà consacré des milliards pour sauver de la faillite EDF et Areva-Orano, et il veut donner la priorité à la prolongation de la vie du parc de réacteurs vieillissants et à son renouvellement par des EPR. Alors remettrait-il à plus tard, le « nucléaire durable du futur »?

Pourtant près de 600 personnes travailleraient actuellement sur le projet, la moitié au CEA, le reste chez les partenaires intéressés dont quelques dizaines au Japon associé aux études et à la réalisation depuis la fermeture définitive du surgénérateur de Monju, le CEA misant désormais sur un partenariat renforcé – jusqu’à parts égales – avec le Japon.

Tout cela coûte cher, des sommes importantes ont déjà été engagées, de l’ordre de 900 M€ (emprunt national Sarkozy-Rocard, salaires réglés par le CEA sur sa dotation annuelle, etc).

Le gouvernement devrait trancher en 2018 comme annoncé. Il faudra rester vigilants face à la menace de construction à Marcoule d’un nouveau « surgénérateur », même de puissance réduite, relançant une filière particulièrement dangereuse et lourde de conséquences pour l’avenir.

Mais surtout, cet événement s’ajoute aux informations touchant maintenant le grand public quant aux risques d’avoir à subir une catastrophe atomique : vieillissement du parc nucléaire mal entretenu, malfaçons des pièces élaborées par Areva – telle que la cuve de l’EPR de Flamanville, terrorisme. Tout cela accompagné d’une gabegie financière pesant sur le budget de l’Etat. Les langues et les écrits médiatiques se dénouent,

L’horreur nucléaire nous menace, le lobby nucléaire se fragilise, le risque d’une guerre nucléaire se précise. De même qu’un immeuble qui se fissure est évacué sans attendre, le nucléaire doit être arrêté immédiatement.

 

*Le réacteur du futur Astrid en suspens

https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0301218315000-nucleaire-le-reacteur-du-futur-astrid-en-suspens-2149214.php

Année charnière pour le démonstrateur nucléaire Astrid

https://www.boursier.com/actualites/economie/annee-charniere-pour-le-demonstrateur-nucleaire-astrid-38018.html?fil89

**Le Gouvernement français s’apprête-t-il à relancer la filière des surgénérateurs au plutonium, enfant chérie du Commissariat à l’énergie atomique (CEA)1? Pierre Péguin, novembre 2017

http://arretsurinfo.ch/le-gouvernement-francais-sapprete-t-il-a-relancer-la-filiere-des-surgenerateurs-au-plutonium/

https://apag2.wordpress.com/2017/08/09/le-gouvernement-francais-sapprete-t-il-a-relancer-la-filiere-des-surgenerateurs-au-plutonium-enfant-cherie-du-commissariat-a-lenergie-atomique-cea-1/

 

Créé en 1945 par le Général de Gaulle, le nom du Commissariat à l’Energie Atomique a été modifié en 2010 et s’appelle désormais Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

 

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, APAG2, Technologies

A propos de l’uranium dit “appauvri”

 

Pierre Péguin,

Docteur en physique

1er février 2018

Je remercie le professeur Ivo Rens qui a rendu le texte plus accessible par une relecture attentive et critique.

 

 

Révolté par les dégâts infligés par les armes à uranium aux populations qui subissent la guerre depuis une trentaine d’années, dégâts qui s’étendent à l’ensemble de la planète, j’ai voulu, dans ce qui suit, en présenter une analyse à partir des documents existants cités en fin du texte, car il s’agit bien d’un crime, et même d’un crime contre l’humanité !

C’est tout l’art de la nucléocratie que d’habiller ses technologies mortifères d’appellations rassurantes. Il en est ainsi de l’uranium dit “appauvri” dont les informations ci-dessous ne peuvent engendrer qu’un sentiment d’horreur et de révolte, une fois de plus contre tout ce qui touche au nucléaire.

 

Définitions

 

Tout d’abord quelques rappels : Qu’appelle-t-on uranium “appauvri” ? L’uranium est constitué de quelque 99,3% de l’isotope U 238 (238 étant son poids atomique), de 0,7 % d’U 235 et de traces d’autres isotopes d’uranium. L’U 238 est radioactif alpha, sa période radioactive (ou demi-vie) est de l’ordre de l’âge de la Terre.

Pour les réacteurs à eau de type Westinghouse-PWR qui équipent le parc français et bien d’autres pays, il faut disposer d’un “combustible” d’uranium plus riche en 235, en effet seul le 235 assure les réactions de fission. C’est au Tricastin (usines GB1 puis GB2) que l’uranium est enrichi en 235, il en résulte un important lot “appauvri” en 235, mais enrichi en 238.

Après un usage de quelques années, ayant perdu une bonne part de son 235, donc à son tour appauvri, le combustible usé est transporté à la Hague pour y être « retraité ». On y sépare l’U 238, le plutonium généré dans les réacteurs, et les sous-produits des réactions de fission hautement radioactifs qu’on appelle déchets.

L’uranium appauvri est donc un sous-produit de l’enrichissement de l’uranium d’une part et du retraitement du combustible usé d’autre part ; la France en dispose d’un stock de plus de 200.000 tonnes, entreposés entre autres à Bessines en Haute-Vienne. Il ne possède pas les propriétés nécessaires pour être utilisé pour la fission dans un réacteur, mais cela ne le rend pas moins radioactif. Ayant une valeur commerciale négligeable, il va trouver un débouché auprès des militaires, le nucléaire civil fournissant le militaire quasi gratuitement.

 

Militarisation de l’uranium appauvri

 

L’uranium appauvri est utilisé dans l’armement pour ses propriétés physiques. Très lourd, habillant les têtes de projectiles, il est d’une efficacité redoutable pour transpercer les parois des blindages, des tanks, des parois de béton. Ces munitions sont plus “efficaces” et tellement moins chères, que celles au tungstène (l’autre option principale pour pénétrer les blindages ou le béton).

Déjà en 1992, l’OTAN publiait un “Manuel sur les principes de sécurité applicables au stockage des munitions et explosifs militaires”. Un chapitre de ce document à « diffusion restreinte » – destiné aux états-majors des armées des pays membres, dont la France – est consacré aux munitions à l’uranium appauvri.

Par ailleurs, et c’est peu connu, mais pour les mêmes raisons que pour les armes, il est aussi utilisé dans la fracturation hydraulique dans l’explosion de la charge destinée à fissurer les roches. Non seulement les eaux remontent alors une panoplie de polluants chimiques, de la radioactivité souterraine, mais aussi l’uranium utilisé réduit en poudre extrêmement fine contaminant la surface du sol et les eaux de ruissellement.

 

La contamination de la biosphère

 

L’uranium appauvri est un mélange issu non seulement de l’enrichissement mais aussi du retraitement. Ce dernier contient en plus du 238 et du 235 résiduel, des produits de fission hautement radioactifs comme les U234 et 236, les plutonium 238 et 239, le technétium 99 ou le ruthénium 106 qui accroissent sa nocivité.

L’uranium est un matériau pyrophorique, il s’oxyde si vite qu’il prend feu au contact de la cible, l’uranium enflammé relâche de grandes quantités de minuscules particules radioactives. Transportées par le vent, ces particules peuvent se retrouver dans l’eau, le sol, les nappes phréatiques… contaminant définitivement tout l’environnement des populations des territoires visés, mais aussi celui des pays voisins et finalement de toute la planète.

Il n’est pas possible de procéder à une décontamination. Les minuscules poussières, de l’ordre du millionième de millimètres flottent dans l’atmosphère ; la pluie, la neige, le brouillard et la pollution les entraînent au sol et les intègrent à la biosphère, donc au vivant.

Étant à la fois chimiotoxique et radiotoxique, émetteur alpha, l’uranium atteint les reins, les poumons, le squelette, les organes reproducteurs, la thyroïde, les muscles, les ganglions lymphatiques ainsi que le système neurologique. Les types de pathologies observées sont principalement les cancers, leucémies, malformations congénitales, fausses couches. De plus l’ADN étant atteint, c’est le capital génétique transmissible et donc la descendance qui est en péril.

Tout cela se passe dans l’indifférence générale, et il n’en serait peut-être pas question dans les médias si des vétérans US (ou leurs familles endeuillées) rentrés des pays où les Etats-Unis ont porté la guerre, ne portaient pas plainte pour dénoncer les dégâts sur leur santé.

 

 

 

Contamination durable des pays touchés.

 

Ces armes ont déjà fait beaucoup de victimes sur la planète, car elles ont été utilisées dans de nombreux conflits, en Syrie, Irak, Lybie, Yougoslavie…. Les pays voisins des régions bombardées n’ont pas été épargnés par les retombées de particules radioactives et chimiques… comme le Koweït, l’Arabie Saoudite, l’Iran, des régions d’Albanie, de Macédoine, de Grèce, du Pakistan, pour ne citer qu’eux.

En Ex-Yougoslavie (Bosnie, Serbie, Kosovo), pendant le conflit qui a entraîné une intervention des forces de l’OTAN, les bombardements intenses avec des armes à uranium appauvri, plus particulièrement sur le territoire serbe, y ont provoqué une véritable épidémie de lymphomes et de leucémies. Avec 5’500 cas de cancer enregistrés récemment pour un million d’habitants, la Serbie arrive en première position en Europe pour le nombre de décès dus au cancer.

En Irak, après la Guerre du Golfe de 1991 et l’intervention américaine de 2003 justifiée par la prétendue présence d’armes de destruction massive, l’Irak est littéralement empoisonné, l’alimentation y étant contaminée. Ainsi, dans les hôpitaux de Bassora, là où il naissait environ un bébé par semaine qui présentait des malformations congénitales, il y en a maintenant 10 à 12 par jour. De même à l’hôpital de Falloujah. Un rapport d’enquête de l’OMS et du ministère irakien de la Santé réalisée en 2012 révèle entre autres une augmentation très importante de cancers, une terrible mortalité de bébés et d’enfants. La publication de ce rapport a été bloquée par les Etats-Unis !

Les pathologies qui affectent les habitants sont aggravées par la destruction de la quasi-totalité des infrastructures et donc des hôpitaux. Le pays se situe actuellement parmi les plus pauvres du monde en terme de santé publique alors qu’avant 1999, il figurait dans les premières places du classement.

L’histoire de l’Irak constitue l’un des plus grands drames que l’on ait connu depuis la seconde guerre mondiale, c’est un véritable crime contre l’humanité.

Et on soupçonne aussi les États-Unis d’avoir utilisé des armes à l’uranium appauvri en Afghanistan.

Israël. De fortes suspicions, voire une quasi certitude d’utilisation d’uranium appauvri pendant la guerre du Liban par l’armée israélienne existent. Ainsi des niveaux élevés de radioactivité ont été trouvés dans les deux cratères de Khiam creusés par des missiles en 2006 au Liban (25 fois plus élevée que la normale dans l’un, et 10 fois plus dans l’autre, ce qui ne peut pas être du au hasard…). La présence d’uranium est par ailleurs confirmée par des relevés indépendants, ceux de Chris Busby et Dai Williams, au Liban et à Gaza.

De ce fait, l’avocat hambourgeois Armin Fiand a déposé le 12 août 2006 auprès du Procureur général de la République fédérale (Cour suprême fédérale de Karlsruhe) une plainte contre le Premier ministre israélien Ehud Olmert, le ministre de la Défense Amir Peretz et le chef d’état-major Dan Halutz pour crimes et crimes de guerre, en vertu du Code pénal international allemand (CPIA) du 26 juin 2002.

 

La France n’est pas en reste. Dès 2001 la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) avait lancé une pétition contre les armes à uranium appauvri. Mais l’armée française ne dément pas d’utiliser au Mali de tels obus. Les chars MX30 et Leclerc sont maintenant équipés pour cela. Les obus de 105 mm destinés au char MX30 et ceux de 120 mm prévus pour les chars Leclerc contiennent respectivement 3,6 et 4,8 kg d’uranium.

En France, deux sites militaires accueillent les essais d’obus à l’uranium appauvri depuis 1987 : à Bourges (Cher), les essais se font en plein air, tandis qu’à Gramat (Lot), les tirs d’obus ont lieu dans des cavités souterraines, mais dès 1979, la France avait déjà importé des USA, afin de les tester, une trentaine de projectiles à l’uranium appauvri.

À Bourges, la population très inquiète voudrait bien connaître l’origine des cas de cancers dont le nombre serait en augmentation. Plus de 1’500 tirs y ont été réalisés à l’air libre avec ces munitions radioactives. L’un de ces missile a même été retrouvé début 2010 dans un champ, ce qui laisse supposer que les essais continuent encore aujourd’hui. À Gramat, le site de tir à l’uranium appauvri est situé en terrain karstique, au-dessus du gouffre de Bèdes où coule la rivière souterraine des Vitarelles, parcours immergé de l’Ouysse. Cette rivière et ses affluents alimentent en eau potable de nombreuses de communes….

 

Droit international public

 

Selon le droit international relatif au contrôle des armements, les armes à l’uranium “appauvri” sont illégales (Convention de La Haye de 1899 et 1907, de Genève de 1925 et 1949, Charte de Nuremberg de 1945, Convention des Nations Unies du 10 octobre 1980 dite “Convention des armes inhumaines”).

En 1996, les Nations Unies ont adopté une résolution aux termes de laquelle les armes à l’uranium appauvri sont des armes de destruction massive, des armes illégales au regard de la totalité des lois et des traités internationaux. En 2001, le Parlement européen a adopté une résolution sur l’uranium appauvri. Notons le 9 janvier dernier, la reconnaissance par la Commission européenne de la dangerosité de ce produit pour la santé humaine,

Présenter l’uranium appauvri comme un produit anodin, et non comme un déchet radioactif, permet aux pays comme la France de se défausser de la prise en charge des coûts de décontamination, et surtout de banaliser dans l’indifférence générale l’usage de telles armes dans les conflits, condamnant ainsi des populations civiles innocentes.

Arrêtons ce massacre, l’utilisation de ces armes à l’uranium « appauvri » qui contamine tout le vivant est un CRIME CONTRE L’HUMANITE !

 

Pour plus d’infos :

-http://www.criirad.org/actualites/communiques/uranium%20appauvri/ua.petition.f.01.0129doc.pdf,

Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD), août 2001.

– Michel Lablanquie, Gramat, le 12 mai 2010, « Armes à uranium appauvri ».

– Décembre 2012, Eva Marion, Pierre Péguin, sur la base d’éléments réunis par Charlie Rigol. « La fracturation hydraulique implique l’utilisation d’explosifs bardés d’uranium dit appauvri ».

– Reporterre. Du 8 février 2013, http://www.reporterre.net/ Lettre de Thierry Lamireau, réalisateur du film « Uranium en Limousin ».

La France https://apag2.wordpress.com/2015/11/24/la-france-soupconnee-dutiliser-au-mali-des-armes-a-uranium-appauvri-2/est

http://www.horizons-et-debats.ch/express/HD%20express_3.pdf « Un holocauste nucléaire mondial nous menace ». Interview de Leuren Moret, spécialiste des sciences de la Terre, par W. Leon Smith et Nathan Diebenow, journalistes au «Lone Star Iconoclast», Texas. Et «Crimes et crimes de guerre, Plainte contre Ehud Olmert, Amir Peretz et Dan Halutz ».

http://www.assopyrophor.org/ Association militant contre l’emploi de tous isotopes radioactifs dans les missiles conventionnels. Depleted uranium : the invisible genocide and the seeds of terrorism

https://blogs.mediapart.fr/kakadoundiaye/blog uranium appauvri: un vrai scandale, une vraie horreur, 15 juin 2013.

https://blogs.mediapart.fr/kakadoundiaye/blog/310714/israelusa Israël/USA, 31 juil. 2014.

http://arretsurinfo.ch/heritage-de-lotan-la-serbie-premiere-en-europe-pour-le-nombre-de-cancereux-2/ 27

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, en français, Uncategorized

Qu’en est-il des champs électromagnétiques des compteurs communiquants Linky ?

Analyse critique de différents documents (rapport cstb surtout, et next-up, etc.).

Pierre Péguin,

Docteur en physique

janv 2018.

En gros

– L’installation des compteurs Linky s’accompagne de 700,000 « concentrateurs » de quartier, de villages, chargés de réemettre les données collectées vers enedis, nouveaux émetteurs de champs électromagnétiques hyperfréquences (HF), et de nouvelles antennes.

– L’installation des Linky accroît l’émission de champs électromagnétiques dans l’ensemble du logement, et sous forme atténuée dans les logements voisins, même non équipés.

– Ce n’est pas simplement un relevé quotidien de nuit qui est effectué, mais en permanence, jour et nuit, 6 à 10 fois par minute des signaux circulent (contrôle du fonctionnement du réseau?).

– Les champs dus aux Linky paraissent bien infèrieurs aux limites autorisées, mais les normes en cours ne reflètent pas les nouvelles connaissances sur les sensibilités aux champs électomagnétiques, et les effets possibles pathologiques et cancerogènes (le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les ondes des radiofréquences dans la catégorie « cancérogène possible », ce qui n’a rien d’anodin.) – voir Robin des toits et next up.

 

Il reste que les compteurs dits intelligents accroissent sensiblement les champs électomagnétiques auxquels sont soumis nos organismes. Comme cela s’est passé pour les gluten des blés sélectionnés pour la boulangerie industrielle, on pourrait assister à l’augmentation des intolérances aux champs, et à une cause de plus de pathologies.

 

Rapport du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB)

Ce rapport présente les résultats de la campagne de mesures du CSTB pour la

caractérisation de l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants Linky. Plus particulièrement il s’agit de caractériser le

rayonnement des câbles électriques dans lesquels circulent les courants

CPL (courants porteurs en ligne, sources de hautes frequences transitoires) émis par le compteur.

Entre 4 et 10 trames de communications CPL par minute circulent sur le réseau de l’appartement après installation du compteur, les niveaux maximum de champ magnétique sont plus élevés (facteur 2 à 8) que dans le cas où les trames ne proviennent que des compteurs voisins.

Globalement sur l’ensemble des campagnes de mesures réalisées, les niveaux maximum de champ magnétique généré par les trames de communications Linky sont entre 10 et 250 fois plus élevés que les niveaux de bruit ambiant.

Le cstb a mesuré que les champs induits par les linky restent du même ordre de grandeur que ceux d’appareils tels que plaque de cuisson à induction, télévision, lampes fluocompactes, etc, sauf que tous ces équipements peuvent être coupés du réseau quand on ne les utilise pas, tandis que Linky rayonne jour et nuit.

Mais le cstb insiste lourdement sur le fait que les valeurs mesurées sont des millers de fois plus faibles que la norme autorisée, norme sur laquelle on peut se poser des questions…. Par ailleurs l’étude étant faite en liaison avec Enedis, le cstb n’avait-il pas pour mission (rémunérée) de montrer que l’effet des Linky reste comparable à ceux des autres équipements du foyer ? N’oublions pas pourtant que nos appareils n’émettent qu’en fonctionnement, tandis que les courants CPL circulent dans tout le réseau électrique, y compris dans celui des voisins même non équipés de Linky, et rayonnent en permanence ?

Qu’est-ce que le CPL?

Le principe du CPL (courant porteur en ligne) consiste à superposer au courant électrique alternatif de 50 ou 60 Hz un signal à plus haute fréquence et de faible énergie. Ces hautes fréquences sont donc « portées » par la fréquence initiale (50Hz pour le réseau domestique). Cela permet d’éffectuer des transmissions de données numériques sur un réseau électrique domestique non prévu à cet effet, car non blindé avec des risques pour le matériel sensible (électronique, informatique, domotique).


L’ avantage est de pouvoir transmettre des données entre deux équipements informatiques éloignés, sans avoir besoin de câbler. Il suffit de brancher un boitier adaptateur CPL (plug) à chaque équipement et vos données sont transmises via les fils électriques existants.

Mais cette technologie présente un inconvenient majeur, celui de rayonner dans un rayon de 2 mètres (dans chacun des câbles de l’habitation) comme une antenne-relais, appelé courant radiatif classé comme cancérogène possible par l’OMS.

Mais le CPL du Linky, comment ça marche?

Le compteur Linky : Le nouveau compteur EDF Linky est un compteur communicant qui envoie régulièrement le relevé de consommation électrique du domicile dans lequel il est installé , il peut être commandé à distance (mise à jour, coupure…).

Pour communiquer, le système Linky utilise deux technologies émettrices d’ondes électromagnétiques :

Les Courants Porteurs en Ligne (CPL) émis par le compteur Linky dans l’ensemble du réseau de distribution EDF y compris dans nos maisons. Le Linky injecte dans les câbles du réseau électrique des signaux basses fréquences (63 kHz et 74 kHz dans le cas des Linky de 1ere génération, et ceux déployés à partir de 2017, utilisent la bande de fréquences comprise entre 35,9KHz et 90,6kHz.

Les champs électromagnétiques hyperfréquences (HF) émis par le concentrateur de quartier (installé dans un poste de transformation et de distribution) dont le rôle est d’émettre par ondes électromagnétiques dans les gammes de fréquences de la téléphonie mobile, les relevés de tous les compteurs du quartier afin de communiquer ces informations à ERDF. Les transformateurs équipés de concentrateur devront être équipés d’une antenne d’émission hyperfréquences du type antenne relais de téléphonie mobile

L’installation de nouvelles antennes émettrices de champs électromagnétiques hyperfréquences (HF) sur les transformateurs de quartier va contribuer à augmenter les niveaux de champs électromagnétiques HF dans le voisinage de ces installations.Les compteurs communicants dont on est menacé (électricité, eau, gaz) ne sont pas les seuls à augmenter notre exposition aux ondes électromagnétiques, l’ensemble des objets connectés qui vont prochainement inonder le marché vont participer de façon substantielle à l’accroissement des niveaux de champs électromagnétiques hautes fréquences auxquels nous sommes exposés, si nous n’y prenons pas garde.

Linky et électrosensibilité

Les personnes électrosensibles sont particulièrement concernées par la généralisation du nouveau compteur d’EDF. En augmentant notre exposition aux champs électromagnétiques (CPL et HF) le compteur Linky va dégrader encore un peu plus la qualité de vie des personnes électrosensibles.

Loi Abeille

Loi n° 2015-136 du 9 février 2015 relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques.

Cette Loi introduit pour la première fois dans le droit français l’objectif de “sobriété de ‘exposition de la population aux champs électromagnétiques” (Art. L32-1, II § 9 du Code des postes et des communications électroniques).

Elle interdit le WiFi dans les établissements recevant des enfants de moins de 3 ans (Art. 7 §1 de la Loi n° 2015-136 du 9 février 2015).

Cette loi vise à modérer l’exposition du public aux ondes électromagnétiques.

Conseil d’ordre général

Prendre l’habitude de ne pas garder en veille les équipements que l’on n’utilise pas, on économise sur la facture d’électricité; et si l’interrupteur est bien sur la phase et pas sur le neutre, ou si on débranche de l’alimentation électrique, on réduit l’exposition aux champs électromagnétiques.

Remarque importante :

Tout équipement électrique/électronique, câble, rallonge, lampe,… non blindé connecté au réseau de distribution électrique (220 V, 50 Hz) rayonne dans son voisinage des niveaux élevés de champs électriques basses fréquences, y compris lorsque qu’on ne l’utilise pas, et qu’il n’est pas allumé.

d’après Christophe Salini dont je me suis inspiré– CEDICEM (CEntre de Documentation Indépendant sur les Champs ElectroMagnétiques)

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, en français, Technologies

Dans le sud de la France, la fronde s’organise contre un site d’Areva qui traite des déchets radioactifs

par Emmanuel Riondé

Le Courrier de Genève

Mercredi 10 janvier 2018

malvesi.jpg

malvesitrain3.jpg

malvesitrain2.jpg

 

 

“LE NUCLÉAIRE TUE L’AVENIR”

 

Nucléaire X L’usine d’Areva Malvési, dans l’Aude en France, voit passer près du quart de l’uranium mondial. Celui-ci y est transformé en combustible pour les centrales nucléaires. L’opération produit des déchets nitratés, qui s’accumulent sur place depuis plusieurs dizaines d’années. Pour les détruire, Areva a conçu un projet d’incinérateur, récemment autorisé par les pouvoirs publics. Une véritable déclaration de guerre pour un collectif d’associations locales, qui dénoncent les risques de pollution et comptent «entrer en résistance» pour em- pêcher sa réalisation.

En novembre dernier, un arrêté préfectoral autorisait l’exploitation par l’usine Areva Malvési d’une «unité complémentaire dénommée TDN (traitement des nitrates)». Depuis de long mois, plusieurs organisations de la société civile locales s’opposent au projet. Egalement appelé Thor – pour «thermal organic reduction» –, celui-ci doit permettre de réduire les stocks d’effluents liquides de Malvési en détruisant les nitrates par combustion et en captant les éléments radioactifs résiduels dans de l’argile.

Déchets stockés depuis cinquante ans
Un procédé polluant, énergivore et encore mal maîtrisé, jugent les opposants. Le 5 novembre, près de 3000 manifestants descendent dans les rues de Narbonne pour manifester leur refus. Une semaine plus tard, une association locale – Transparence des canaux de la narbonnaise (TCNA) – appelle à «la résistance citoyenne». Une vaste banderole est déployée sur les remparts de la cité de Carcassonne: «Le nucléaire tue l’avenir.»

Il faut remonter de quelques décennies pour comprendre l’histoire dans laquelle s’enracine cette défiance. Le site d’Areva Malvési est inauguré en 1959 par Charles de Gaulle. Implantée sur une ancienne carrière de souffre, l’usine voit pas- ser chaque année près d’un quart de l’uranium mondial. Il entre sous forme de concentré d’uranium et ressort en tétrafluorure d’uranium (UF4), l’élément de base du combustible des centrales nucléaires. La transformation s’opère à l’aide d’acide nitrique concentré et produit des déchets nitratés, stockés dans des bassins à ciel ouvert.

Des restrictions
à respecter
«Tous les déchets produits depuis l’ouverture de l’usine sont encore là», explique André Bories, chercheur retraité en sciences de l’environnement et président de l’association Rubresus (pour la sauvegarde des Basses Plaines de l’Aude). «Malvési est avant tout une immense décharge, c’est un fait.» «Des centaines de milliers de tonnes de boues sont stockées à l’air libre dans ces bassins sans étanchéité construits dans les anciens terrils de la mine. Depuis cinquante ans, à chaque pluie, ils laissent filtrer dans le sol des éléments chimiques et radioactifs», dénonce le chercheur.

Certains espaces de stockage servent à la décantation des boues ou à l’évaporation des effluents liquides. Ces derniers sont concernés par le projet Thor, l’industrie nucléaire estimant désormais urgent de retraiter ces stocks d’effluents, bien qu’il reste près de 120 000 m3 de capacité de remplissage. Une situation qui, selon les opposants au projet, laissait le temps de plancher sur une autre solution pour retraiter les effluents de Malvési.

«Le principal problème posé par Thor, ce sont les rejets atmosphériques», souligne Mariette Gerber, médecin épidémiologiste et ex-chercheuse à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche). «Il rejette du dioxyde d’azote et des particules fines. Or, comme notre région est ensoleillée, le dioxyde d’azote est transformé en ozone, soit le cocktail magique de la pollution de l’air.» De fait, l’une des raisons pour lesquelles l’usine et ses bassins à ciel ouvert ont été implantés dans la région est le climat méditerranéen qui y règne: du soleil pour accélérer l’évaporation, du vent pour disperser les effluves. Mariette Gerber alerte

«Malvési est avant tout une immense décharge, c’est un fait»

André Bories

aussi sur la présence de benzène et de phtalate DEHP, un perturbateur endocrinien tristement réputé. «Nous avons été en partie entendus, nuance-t-elle. Le préfet a exigé des restrictions sur les émissions de dioxyde d’azote et de composés organiques volatiles. C’est positif. Mais il va falloir se donner les moyens de s’assurer que ces restrictions seront respectées par Areva.»

Charles Sultan, professeur en endocrinologie pédiatrique à Montpellier, est moins conciliant. Il appelle à «s’élever contre la décision d’autoriser TDN, au motif que les concentrations de phtalates et de dioxines ne sont pas dangereuses». Selon lui, c’est bien «l’accumulation pendant des années qui représente

un risque par la superposition des sources».

Un procédé expérimental

«Unité de traitement» pour Areva, Thor est considéré comme un «incinérateur» par les opposants au projet: «Areva refuse de parler de combustion et d’incinération mais le procé- dé est bien celui d’un four transformant, à 850° C, le charbon en gaz, explique André Bories. Il s’agit de brûler 5700 tonnes de charbon par an, pour réduire les effluents à l’état de cendre. Et c’est donc bien un incinérateur.»

L’association TCNA a documenté l’expérience inquiétante de deux sites situés aux Etats- Unis ayant adopté la technique Thor pour gérer des déchets nucléaires ou issus de la transformation de l’uranium. Pour Fabrice Hurtado, président de TCNA, la cause est entendue: «Ce projet industriel expérimental sacrifie l’avenir de la population locale sur l’autel du retraitement des déchets.»

Des précédents inquiétants
Un sentiment renforcé par le passé de Malvési. En 2004, 30 000 m3 de boues polluées s’écoulent dans le périmètre alentour. En 2006, des bassins débordent. Les relevés effectués par la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) à la suite de ces accidents indiquent que les effluents stockés contiennent aussi des éléments radioactifs. «De 1960 à 1983, l’usine Malvési a accueilli discrètement de l’uranium de retraitement, indique Hervé Loquais, du collectif Sortir du Nucléaire de l’Aude. Des éléments radioactifs ont été mélangés avec le reste.»

En plus de la sécurité des bassins, il y a celle de l’acheminement des produits. Le 10 mars 2001, deux wagons remplis de 100 tonnes d’acide fluorhydrique déraillent en gare de Narbonne. Leur relevage nécessite l’évacuation partielle de la population.

Face à ses opposants, la communication d’Areva met en avant son strict respect des procédures – commission de suivi, enquête publique, expertises – et vante une «empreinte environnementale réduite». «Nous avons réalisé des investissements pour sécuriser la zone lagunaire, conforté les digues des bassins», ajoute Nathalie Bonnefoy, directrice communication de la business unit Chimie-Enrichissement d’Areva. «Les deux expertises demandées par la Préfecture, celles du professeur Bernier et de l’IRSN (l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), ont conclu à l’absence d’impact environne- mental et nous considérons que Thor a plus d’avantages que d’inconvénients par rapport aux solutions alternatives. Nous nous engageons à respecter les nouvelles prescriptions émises par la Préfecture.»

Le puissant lobby d’Areva

Si quelques élus locaux s’opposent au projet, d’autres le soutiennent. Didier Codorniou, premier vice-président (Parti radical de gauche) de la région Occitanie, a salué «la décision responsable du préfet de l’Aude». «Il a mesuré tous les enjeux de ce dossier et trouvé un juste mi- lieu entre la demande de l’industriel et les remarques des associations écologiques», a-t-il déclaré mi-novembre.

Après s’être exprimé contre TDN, le maire de Narbonne, Didier Mouly (divers droite), reste silencieux depuis l’autorisation de la Préfecture, à l’image de nombreux élus préférant rester discrets. Un positionnement que Fabrice Hurtado, de TCNA, explique en partie par le poids

d’Areva dans l’économie locale: «Ils soutiennent le club de rugby, financent le festival Charles Trenet. Ils savent se fondre dans la population.» Areva Malvési met en avant ses 220 salariés dont «près de 75% habitent dans les communes du grand Narbonne» ainsi que 100 emplois «induits auprès d’entreprises sous-traitantes» et «plus de 10 millions d’achats réalisés chaque année dans la région». André Bories y voit surtout «la force du lobby nucléaire». «Dans l’économie locale, le tourisme ou la filière vinicole génèrent bien plus de ressources que l’usine Malvési, mais chaque fois que nous avons rencontré les élus, Areva était déjà passée, et ils avaient tous en main des dossiers avec des chiffres rectifiés.»

Selon Areva, Thor devrait être opérationnel in 2019. Pour André Bories, c’est une occasion manquée: «En ce moment, le recyclage a le vent en poupe. Il y avait la possibilité d’enclencher une dynamique vertueuse en adoptant d’autres solutions, par exemple l’extraction du nitrate pour le transformer en acide nitrique et le réutiliser, plutôt que le détruire. Là, on choisit le procédé le plus polluant et le plus consommateur d’énergie. Alors que l’on multi- plie les exigences auprès des citoyens, on donne quitus aux industriels pour polluer!»

Pour Fabrice Hurtado, de TCNA, la guerre est déclarée: «Qu’allons-nous léguer à nos enfants? Des cancers? A un moment, il faut dire non. Nous entrons désormais en résistance: nous allons réfléchir à une action en justice, à un référendum régional… Et s’il le faut, nous irons jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme.» La course contre la montre est lancée. BASTA!

Cet article est à retrouver en intégralité sur le site bastamag.net

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Macron en Chine : combien de milliards la vente d’une usine nucléaire va-t-elle COÛTER à la France ?

 

Observatoire du nucléaire
http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article347
10 janvier 2018

Incorrigibles, de nombreux médias célèbrent la prétendue vente à la Chine par Areva – et surtout par son VRP Emmanuel Macron – d’une usine de traitement de déchets nucléaires, alors que le passé a montré que ce genre d’annonce n’est suivi d’aucune concrétisation… ou alors de lourdes pertes financières pour la France !

 

Rappelons d’abord qu’il est de tradition que des annonces « fracassantes » soient faites lors des déplacements présidentiels, le champion toute catégorie étant incontestablement M. Sarkozy qui a prétendument vendu des dizaines de réacteurs (y compris à M. Kadhafi en 2007) ou autres installations nucléaires partout dans le monde, pour un résultat bien heureusement égal à zéro.
Vente fictive
Rien de nouveau avec M. Macron, la « vente » d’une usine de retraitement de déchets nucléaires étant parfaitement fictive à ce jour, remplacée par la signature d’un fumeux « mémorandum pour un accord commercial ».
Les Chinois sont de gens polis qui laissent leurs invités se vanter, mais ils sont aussi parfaitement informés des terribles déconvenues et incompétences affichées par Areva et EDF ces dernières années, du flop gigantesque des EPR (en Finlande et à Flamanville) au scandale inouï des milliers de pièces défectueuses produites dans les usines Areva du Creusot… dont les deux cuves installées dans les EPR actuellement en chantier à Taïshan.
De fait, si les Chinois achètent vraiment l’usine annoncée, ce qui reste à démontrer, ce sera en imposant à Areva des conditions léonines qui feront que ce seront les Français qui couvriront les pertes financières éventuelles… ou plutôt inévitables lorsque l’on considère les « exploits » d’Areva et EDF sur tous leurs chantiers.
Centrales bradées
Pour mémoire, l’EPR a été bradé à 3 milliards aux Finlandais en 2004 pour une facture finale de plus de 10 milliards et un chantier de près de 15 ans au lieu de 4 ans et demi annoncés (!) : la France va sous peu être lourdement condamnée en justice internationale et devoir verser des milliards aux Finlandais.
Pour mémoire aussi, les deux EPR « vendus » à la Chine en 2008 ont en réalité été eux aussi totalement bradés : le montant du contrat a été annoncé à 8 milliards mais il comportait la livraison de combustible (sans qu’il soit montré en quoi Areva y aurait gagné de l’argent) : c’est en réalité à 3,66 milliards les deux que les EPR ont été bradés.
Il est évident que cette opération a coûté et coûte encore fort chez à la France, ce qui n’a pas empêché qu’elle soit qualifiée de façon dithyrambique de « marché du siècle » par de nombreux médias qui se gardent bien d’enquêter sur le résultat financier réel.
Le macronisme : de la très vieille politique
Aujourd’hui encore, se dépêchant d’oublier leurs propres errements, les mêmes voix se gargarisent à nouveau d’un prétendu « grand succès » de l’industrie nucléaire française, annonçant même qu’il va « sauver Areva ». En réalité, l’industrie nucléaire mondiale est en déconfiture générale et irréversible, comme le montrent les désengagements des groupes allemands RWE et E.ON et la faillite de l’américain Westinghouse.
Pour sa part, la France est plombée par ses boulets Areva et EDF qui sont plus que jamais en déroute industrielle et financière malgré de ruineuses recapitalisations déjà opérées… et d’autres encore à venir. Sans que leur avis soit jamais sollicité, les citoyens de France vont devoir couvrir des pertes colossales qui vont être encore aggravées par les projets absurdes de deux EPR en Grande-Bretagne et d’une usine en Chine.
Loin d’un « renouveau de la politique », le macronisme consiste à continuer et même aggraver les erreurs passées et faire payer le tout par la population en protégeant les privilégiés et les lobbies les plus nuisibles comme celui de l’atome.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Sécurité nucléaire : le grand mensonge.

 

Auteur : Laure Noualhat
Réalisateur : Eric Guéret

Classée secret défense, la sécurité nucléaire reste aujourd’hui la zone opaque d’une industrie exposée au risque terroriste. Captivante autant qu’alarmante, cette enquête internationale révèle d’énormes failles en la matière.
Arte, la chaîne franco-allemande a eu le mérite de diffuser ce documentaire éloquent.

https://www.arte.tv/fr/videos/067856-000-A/securite-nucleaire-le-grand-mensonge/

Poster un commentaire

Classé dans Catastrophes, en français, Uncategorized

Nouvel accident nucléaire en Europe ?

par Pierre Fetet

12 novembre 2017

Source : http://www.fukushima-blog.com

 

Alors qu’en France, on persiste joyeusement à tout miser sur le nucléaire – enterrement par le gouvernement de l’objectif de 50 % de nucléaire à l’horizon 2025, mise en service de l’EPR en 2018 en fermant les yeux sur sa cuve défectueuse, mise en service d’un nouveau réacteur de recherche en 2019, poursuite de la création de la poubelle nucléaire à Bure – un accident nucléaire a failli passer inaperçu en Europe. Il s’est produit, selon l’IRSN, entre l’Oural et la Volga, c’est-à-dire très vraisemblablement en Russie.

 

Le sud de l’Oural, c’est un peu comme notre vallée du Rhône, il y a comme une concentration de sites nucléaires. En Russie, la plupart de ces installations sont situées dans des villes fermées dont les créations, qui remontent au temps de l’Union Soviétique, étaient liées à la fabrication d’armes atomiques. Donc pas étonnant, vu leur âge, que ça pète ou que ça fuie de temps en temps. On comprend aussi pourquoi la Russie actuelle ne peut pas reconnaître un accident nucléaire sur un site secret défense. Tchernobyl, ce n’était pas pareil, c’était une centrale nucléaire de production d’électricité et tout le monde avait été copieusement arrosé au césium-strontium-plutonium-etc., alors au bout de quelques jours, ce n’était pas possible de nier que c’était grave. En revanche, les accidents nucléaires sur des sites secrets, ça doit rester confidentiel. Par exemple, dans le passé, on a appris officiellement mais très tardivement – 33 ans plus tard ! – qu’un très grave accident nucléaire s’était produit en septembre 1957 (tiens tiens, il y a juste 60 ans, radieux anniversaire !) sur le site de Mayak. C’est encore très radioactif là-bas, c’était un accident de niveau 6 sur l’échelle INES qui en compte 7. C’était à Kychtym, dans l’oblast de Tcheliabinsk.

Justement, cet oblast et son voisin Sverdlovsk sont des bons candidats pour avoir été à nouveau victimes d’un accident nucléaire au cours de la dernière semaine du mois de septembre 2017. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est la carte que vient de diffuser l’IRSN et qui pointe la région sud de l’Oural comme la très probable origine de la contamination radioactive au ruthénium-106 que vient de subir l’Europe, dont la France.

 

Un secteur fortement nucléarisé 

Pas très loin de ce point rouge de la carte de l’IRSN qui représente une probabilité de 60 à 80 %, il n’y a pas moins de 5 sites nucléaires sensibles :

– la ville fermée de Novoouralsk, où se trouve une usine d’enrichissement d’uranium,

– la ville fermée d’Oziorsk, où se trouve une usine importante pour le traitement des déchets nucléaires civils et militaires (production de plutonium), près de laquelle se trouve le site de Mayak,

– la ville fermée de Lesnoï, spécialisée dans la fabrication des armes nucléaires : enrichissement de l’uranium et assemblage d’ogives,

– la ville fermée de Triokhgorny, spécialisée pour la fabrication de bombes atomiques (assemblage d’ogives),

– la ville fermée de Snejinsk, second site dédié au programme nucléaire russe, spécialisé dans la conception et le développement d’armements.

J’ai réalisé une carte reprenant les données de l’IRSN et positionnant les 5 sites nucléaires russes afin de mettre en évidence leur proximité du point le plus probable où aurait eu lieu l’accident. Le point rouge foncé, c’est la probabilité entre 60 et 80 %, la couleur moyenne, c’est la probabilité entre 30 et 60 %, et enfin la couleur la plus claire correspond à la probabilité entre 5 et 30 %.

Est-ce l’un de ces sites qui a eu un problème ? C’est possible, mais on ne le saura sans doute jamais. Ou alors dans 30 ans quand quelqu’un parlera, ou plus tôt si un plus gros accident se produit avant.

ob_6d113e_ruthenium106-01

Carte représentant la plausibilité de l’origine du rejet de ruthénium-106 à partir des données de l’IRSN et localisation des sites nucléaires russes du sud de l’Oural.

Des pollutions radioactives à répétition en Europe

Je me souviens, en 2012, de l’iode 131 avait été détecté en Europe sans que personne ne puisse (ou ne veuille) dire d’où le problème venait. On se demandait si ça pouvait venir de Fukushima. Il est certain que l’IRSN avait les mêmes moyens qu’aujourd’hui pour faire des simulations de provenance. Mais cet institut, qui est entre autres sous la tutelle du ministère des armées, ne dit pas tout ce qu’il sait. Cependant cette fois-ci, la pollution est tellement gigantesque – entre 100 et 300 térabécquerels de ruthénium-106 – qu’il a fait un effort de communication (Serait-ce parce que le Bureau allemand de sûreté nucléaire était sur le point de l’annoncer ?).

Et qui se souvient de la pollution radioactive au césium 137 qui a eu lieu en mai-juin 1998 ? Personne à vrai dire, car l’info a été occultée par la coupe du monde de foot. Suite à une erreur, un haut-fourneau d’Algesiras avait fait fondre une capsule de césium 137 d’origine médicale, ce qui eut pour effet de libérer dans l’atmosphère européen 2 à 3 térabecquerels de césium radioactif. Sport et nucléaire ne font pas bon ménage. Je ne peux m’empêcher de penser aux prochains JO qui se dérouleront à Tokyo et à Fukushima

ob_4f4820_algesiras.JPG

Je me souviens aussi du réacteur de production d’iode médical en Hongrie (institut de production de radioisotopes de Budapest (Izotop Intezet)) qui avait inondé l’Europe en 2011 de 0,6 térabecquerels d’iode 131.

Et puis plus récemment, ce réacteur de Halden en Norvège qui a rejeté impunément 8 térabecquerels de gaz rares radioactifs en octobre 2016 sans que personne, excepté la Criirad, ne s’inquiète de quoi que ce soit.

Et rappelez-vous encore, au début de cette année 2017, personne n’a su dire d’où provenait cet iode radioactif détecté dans de nombreux pays d’Europe.

L’homme, par les essais nucléaires passés, avait déjà rendu notre atmosphère comme « une chambre à gaz atomique ». Les nouvelles des accidents nucléaires sont donc toujours de mauvaises nouvelles, car les gaz et les nanoparticules radioactives sont produits souvent pour des dizaines d’années ou des siècles. A l’échelle d’une génération, chaque pollution nouvelle s’ajoute donc aux précédentes. On ne peut pas supprimer la radioactivité, à chaque fois qu’on la déplace, elle se remobilise dans le vent, la pluie, la poussière… et les organismes vivants.

 

Accident russe ?

Tout le monde s’accorde à dire que la pollution au ruthénium ne vient pas d’un accident de centrale nucléaire, mais plutôt d’un site de retraitement. En 2016, l’ACRO avait aussi relevé une pollution au ruthénium à côté du site de retraitement de la Hague. Il n’y a donc pas qu’en Russie que des problèmes surviennent.

Le ruthénium-106, produit de fission, a une période de plus d’un an, donc la pollution sera active durant une dizaine d’années. Pauvres riverains russes, pauvres Européens. La Criirad fait bien de dénoncer l’absence de prise de mesure pour les populations concernées. Mais la Russie dément. On se demande à quoi sert l’AIEA, soi-disant « gendarme du nucléaire », incapable de dénoncer publiquement le coupable de ce nouveau crime atomique…

____________________________

Sources : 

– Détection de ruthénium-106 en France et en Europe : résultat des investigations de l’IRSN (9/11/17)

– Contamination par le ruthénium 106 : les rejets radioactifs sont considérables et proviendraient de Russie ou de pays proches (10/11/17)

– Wikipédia, et autres sources dans le texte.

 

Non source :

– Site de l’AIEA : aucune information sur la pollution au ruthénium à ce jour

1 commentaire

Classé dans Uncategorized