Archives mensuelles : décembre 2013

Réplique du Bureau de l’APAG2 au Président de la Confédération suisse

A Monsieur Ueli Maurer,
Président de la Confédération
Au Conseil fédéral de la
Confédération suisse
Palais fédéral
3003 Berne

Concerne : Sortie du nucléaire.            Genève, ce 22 novembre 2013

Monsieur le Président de la Confédération,
Mesdames les Conseillères fédérales,
Messieurs les Conseillers fédéraux,

Nous vous remercions, Monsieur le Président de la Confédération, de votre lettre du 11 novembre répondant à notre missive du 14 septembre 2013. Nous sommes sensibles à votre affirmation selon laquelle le Conseil fédéral partage l’objectif de l’Appel de Genève II d’abandonner l’énergie nucléaire.

Il existe toutefois une différence entre notre position et celle du Conseil fédéral, c’est que nous souhaitons que cet abandon ait lieu avant que ne survienne dans nos centrales un accident nucléaire. Certes, le Conseil fédéral se veut du même avis, mais il « souhaite toutefois laisser en service les centrales existantes aussi longtemps qu’elles seront sûres » et se fie, quant à leur sécurité et à leur sûreté, à l’avis de l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN).

C’est sur ce point capital que réside notre divergence. Nous sommes d’avis que dans notre monde de violence, la sûreté des centrales nucléaires n’est jamais garantie et que, au surplus, la sécurité de nos centrales est sujette à caution parce que plusieurs d’entre elles figurent parmi les plus vieilles du monde et qu’il n’est guère contesté que la sécurité des centrales décroît avec leur vieillissement du fait du bombardement neutronique prolongé de la cuve et des autres dispositifs exposés.

Nos sommes également d’avis que l’expertise scientifique institutionnalisée aussi est sujette à caution, nonobstant la compétence et l’impartialité des experts de l’IFSN, car, du fait même de leur position officielle, ces derniers ne peuvent s’empêcher d’opérer une pesée d’intérêts entre les critères de sécurité ou de sûreté et les inconvénients pour l’économie d’un abandon immédiat. Or, nous sommes d’avis qu’une telle pesée d’intérêt est fallacieuse tant le désastre inhérent à la contamination radioactive et à l’inhabitabilité d’une partie de notre pays ensuite d’un accident grave, qui pourrait survenir demain, est incommensurable avec les inconvénients incontestables d’un abandon immédiat pour l’économie.

Nous vous serions reconnaissants, Monsieur le Président, de bien vouloir faire valoir notre position au Conseil fédéral ainsi qu’aux Chambres fédérales, car nous sommes profondément convaincus qu’il y va de l’intérêt général dont le Conseil fédéral, le Conseil national et le Conseil des Etats ont la  garde.

Dans cette attente, nous vous adressons, Monsieur le Président de la Confédération, Mesdames et Messieurs les Conseillers fédéraux, l’assurance de notre haute considération.

Pour l’Appel de Genève II,

Paul Bonny, Citoyen de Genève
Ivo Rens, Professeur honoraire,  Université de Genève
Rémy Pagani,  Conseiller administratif, Ancien Maire de Genève

Copie aux Présidents du Conseil national, du Conseil des Etats, du Conseil d’Etat de Genève, du Grand Conseil de Genève et de la Maire de Genève.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, en français, Suisse

Open Letter from nine Nobel Peace Laureates

Choose Renewable Energy Over Nuclear Power: Nobel Peace Laureates to World Leaders

On the twenty-fifth anniversary of the Chernobyl nuclear disaster in Ukraine–and more than two months after the massive earthquake and tsunami that devastated Japan–we the undersigned Nobel Peace Laureates ask you to invest in a safer and more peaceful future by committing to renewable energy sources.  It is time to recognize that nuclear power is not a clean, safe or affordable source of energy.

We are deeply disturbed that the lives of people in Japan are being endangered by nuclear radiation in the air, in the water and in the food as a result of the breakdown at the Fukushima nuclear plant.  We firmly believe that if the world phases out its current use of nuclear power, future generations of people everywhere–and the Japanese people who have already suffered too much–will live in greater peace and security.

“Twenty-five years after Chernobyl, some people claim things are getting better.  I disagree,” says Mykola Isaiev, a Chernobyl liquidator (a person who helped clean up the site).  “Our children are sick from eating contaminated food and our economy is destroyed.”  Isaiev says he can relate to the liquidators now working in Japan.  Like him, they probably did not question much the safety of nuclear power.

Consider the words of a shopkeeper in Kesennuma, one of the towns that bore the full force of the tsunami along the northeast coast: “That radiation thing is extremely scary.  It is beyond a tsunami. A tsunami you can see. But this you cannot see.”

The sad reality is that the nuclear radiation crisis in Japan can happen again in other countries, as it already has in Chernobyl in the former Ukraine SSR (1986), Three Mile Island in the United States (1979) and Windscale/Sellafield in the United Kingdom (1957).  Nuclear accidents can and do result from natural disasters–such as earthquakes and tsunamis–and also from human error and negligence.   People around the globe also fear the possibility of terrorist attacks on nuclear power plants.

But radiation is not just a concern in a nuclear accident.  Each link in the nuclear fuel chain releases radiation, starting with drilling for uranium; it then continues for generations because nuclear waste includes plutonium that will remain toxic for thousands of years.  Despite years of research, countries with nuclear energy programs such as the United States have failed to solve the challenge of finding safe and secure storage for “spent” nuclear fuel.  Meanwhile, every day more spent fuel is being generated.

Nuclear power advocates must confront the fact that nuclear power programs provide the ingredients to build nuclear weapons.  Indeed, this is the underlying concern with regards to Iran’s nuclear program. While the nuclear industry prefers to ignore this huge threat in pursuing nuclear energy, it does not go away simply because it is downplayed or ignored.

We must also face the harsh economic truth of nuclear energy.  Nuclear power does not compete on the open market against other energy sources, because it cannot.  Nuclear power is an exorbitantly expensive energy option that is generally paid for by the taxpayer.  The nuclear industry has received extensive government subsidies–taxpayer money–for underwriting of construction, liability caps and insurance for clean up and health costs.   We can more responsibly invest this public money in new sources of energy.

There are presently over 400 nuclear power plants in the world–many, in places at high risk for natural disaster or political upheaval.  These plants provide less than 7% of the world’s total energy supply.  As world leaders, you can work together to replace this small amount of energy from other readily available, very safe and affordable sources of energy to move us towards a carbon-free and nuclear-free future.

We can’t stop natural disasters such as those that just occurred in Japan, but together we can make better choices about our energy sources.
We can phase out fossil fuels and nuclear power and invest in a clean energy revolution. It’s already underway. Globally in the last five years there has been more new energy coming from wind and solar power than from nuclear power plants.  Global revenue from solar, wind and other renewable energy sources surged 35% in 2010. Investing in these renewable energy sources will also create jobs.

Renewable energy sources are one of the powerful keys to a peaceful future. That’s why so many people around the world–especially young people–are not waiting for governments to make the switch, but are already taking steps in that direction on their own.

Committing to a low-carbon, nuclear-free future will enable countries to partner with and expand the growing and increasingly influential global citizen’s movement that rejects nuclear proliferation and supports renewable sources of energy.  We ask you to join them and create a powerful legacy that will protect and sustain not only future generations but also our planet itself.

Sincerely,
Betty Williams, Ireland (1976)
Mairead Maguire, Ireland (1976)
Rigoberta Menchu Tum, Guatemala (1992)
Jody Williams, USA (1997)
Shirin Ebadi, Iran (2003)
Wangari Maathai, Kenya (2004)
Archbishop Desmond Tutu, South Africa (1984)
Adolfo Perez Esquivel, Argentina (1980)
President Jose Ramos Horta, East Timor (1996)

April 26, 2011

–       See more at: http://nobelwomensinitiative.org/2011/04/no-to-nuclear-power/#sthash.ZKdDrnrW.dpuf

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, Actualité, in English

Lettre ouverte de neuf Prix Nobel de la paix

Traduction par Xavier Rabilloud et Laurienne Mazure

Réseau Sortir du Nucléaire

Préférez les énergies renouvelables à l’énergie nucléaire

En ce 25e anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en Ukraine – et plus de deux mois après les gigantesques tremblements de terre et raz-de-marée qui ont dévasté le Japon – nous, soussignés et lauréats du Prix Nobel de la Paix, vous demandons d’investir dans un futur plus sûr et plus pacifique en vous engageant pour favoriser les sources d’énergie renouvelable. Il est temps de reconnaître que le nucléaire n’est pas une source d’énergie propre, ni sûre, ni économiquement abordable.

Nous sommes extrêmement inquiets de voir que la vie des Japonais est menacée par la radioactivité dispersée dans l’air, l’eau et la nourriture suite à la panne qui a eu lieu à la centrale nucléaire de Fukushima. Nous sommes fermement convaincus que si le monde cesse d’utiliser l’énergie nucléaire, les générations futures des peuples du monde entier – et en particulier les Japonais qui ont déjà trop souffert – connaîtront une vie plus pacifique et plus sûre.

«Vingt-cinq ans après Tchernobyl, il y a des gens qui affirment que les choses s’améliorent. Je ne suis pas d’accord», c’est ce que dit Mykola Isaiev, qui fut l’un des liquidateurs de Tchernobyl (les personnes qui contribuèrent à nettoyer le site). «Nos enfants sont malades parce qu’ils ont mangé des aliments contaminés et notre économie est anéantie.» Isaiev ajoute qu’il peut se mettre à la place des liquidateurs qui travaillent actuellement au Japon. Comme lui, ils ne mettaient probablement pas beaucoup en question la sûreté nucléaire.

Entendez ce que déclare un commerçant de Kesennuma, l’une des villes de la côte Nord-Est ayant subi de plein fouet le tsunami: «Ces radiations sont quelque chose d’absolument effrayant. C’est bien pire qu’un tsunami. Un tsunami, ça se voit. Mais ça, on ne peut pas le voir.»

La triste réalité, c’est que la crise radiologique qui frappe actuellement le Japon peut se produire à nouveau dans d’autres pays, comme elle s’est déjà produite à Tchernobyl en Ukraine à l’époque soviétique (en 1986), à Three Mile Island aux Etats-Unis (en 1979) ainsi qu’à Windscale/Sellafield au Royaume-Uni (en 1957). Les accidents nucléaires peuvent être engendrés – et le sont effectivement – par des catastrophes naturelles – comme un tremblement de terre ou un raz-de-marée – ainsi que par des erreurs et négligences humaines. Dans le monde entier, les gens craignent aussi l’éventualité d’attentats terroristes dirigés contre des centrales nucléaires.

Mais la radioactivité ne doit pas seulement nous inquiéter en cas d’accident nucléaire. Chaque étape de la chaîne du combustible nucléaire relâche de la radioactivité, à commencer par l’extraction de l’uranium; ensuite, cela continue durant des générations car les déchets nucléaires contiennent du plutonium qui restera toxique pendant des milliers d’années. Malgré des années de recherche, les pays ayant un programme nucléaire, à l’instar des Etats-Unis, ont échoué à relever le défi que constitue la recherche d’un stockage sûr et sécurisé du combustible nucléaire «usagé». En attendant, des déchets nucléaires supplémentaires sont produits chaque jour.

Les partisans de l’énergie nucléaire doivent affronter le fait que les programmes nucléaires civils fournissent les matières nécessaires à la fabrication d’armes nucléaires. C’est bien là la préoccupation sous-jacente face au programme nucléaire iranien. Tandis que, pour continuer dans la voie de l’énergie atomique, l’industrie nucléaire préfère ignorer cette énorme menace, celle-ci ne disparaît pas du simple fait qu’on la minimise ou qu’on l’ignore.

Nous devons également nous confronter à la dure réalité économique de l’énergie nucléaire. Dans une économie de libre marché, le nucléaire ne rivalise pas avec les autres sources d’énergie, tout simplement parce qu’il n’en a pas la capacité. L’énergie nucléaire est un choix énergétique au coût exorbitant, qui est en général payé par les contribuables. L’industrie nucléaire a reçu des subventions considérables – l’argent des contribuables, donc – de la part des gouvernements, qui ont apporté leur garantie pour le financement de la construction des centrales, pour limiter la responsabilité des opérateurs en cas d’accident et assumer les coûts sanitaires et de dépollution. Il ne tient qu’à nous d’utiliser cet argent public d’une manière plus responsable en l’investissant dans les nouvelles sources d’énergie.

Il y a actuellement plus de 400 réacteurs nucléaires à travers le monde – dont un grand nombre se trouve sur des sites à haut risque de catastrophes naturelles ou de bouleversements politiques. Ces centrales fournissent moins de 7% de la consommation mondiale d’énergie. En tant que dirigeants du monde, vous pouvez travailler ensemble afin de remplacer cette petite quantité d’énergie d’origine nucléaire par d’autres sources d’énergie facilement disponibles, très sûres et économiquement abordables, pour nous engager vers un avenir sans carbone ni nucléaire.

Il nous est impossible d’empêcher de se produire les catastrophes naturelles comme celle qui vient d’avoir lieu au Japon, mais ensemble nous pouvons faire de meilleurs choix quant à nos sources d’énergie.

Nous sommes en mesure d’abandonner les combustibles fossiles ainsi que l’énergie nucléaire et d’investir dans une révolution des énergies propres. Ce changement est déjà en marche. Ces cinq dernières années, à l’échelle mondiale, l’éolien et le solaire ont produit plus d’énergie que les centrales nucléaires. Les revenus mondiaux provenant du solaire, de l’éolien et des autres sources d’énergie renouvelable ont bondi de 35% en 2010. Investir dans ces énergies renouvelables sera également créateur d’emplois.

Les sources d’énergie renouvelable sont l’une des clés majeures pour un avenir pacifique. C’est pourquoi on trouve tant de gens à travers le monde – et spécialement les jeunes – qui s’engagent déjà de leur propre initiative dans cette transition, sans attendre que les gouvernements agissent en ce sens.

En s’engageant pour un avenir sans nucléaire et faiblement émetteur de carbone, les Etats pourront s’associer et renforcer le mouvement mondial, grandissant et de plus en plus influent, de citoyens qui rejettent la prolifération nucléaire et soutiennent les énergies renouvelables. Nous vous demandons de vous joindre à eux pour transmettre un héritage fort qui assurera la vie et la protection non seulement des générations futures mais aussi de notre planète elle-même.

Betty Williams, Irlande (Prix Nobel 1976); Mairead Maguire, Irlande (Prix Nobel 1976); Rigoberta Menchu Tum, Guatemala (Prix Nobel 1992); Jody Williams, Etats-Unis (Prix Nobel 1997); Shirin Ebadi, Iran (Prix Nobel 2003); Wangari Maathai, Kenya (Prix Nobel 2004); Archevêque Desmond Tutu, Afrique du Sud (Prix Nobel 1984); Adolfo Perez Esquivel, Argentine (Prix Nobel 1980); Président Jose Ramos Horta, Timor oriental (Prix Nobel 1996).

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, en français