Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé

Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé, Quand l’impossible est certain, Essais, Editions du Seuil, Paris, 2002, 219 pages. (Causerie diffusée sur Radio Zones le 18 février 2014)

 

Aujourd’hui, Ivo Rens, vous nous présentez un auteur inclassable : Jean-Pierre Dupuy. En effet, c’est tout à la fois un ingénieur, un philosophe, un ancien compagnon d’Ivan Illich et probablement pas un écologiste. Qui est donc ce Jean-Pierre Dupuy qui a retenu votre attention ?

Jean-Pierre Dupuy est un philosophe et épistémologue français contemporain. Né en 1941, il a une formation d’ingénieur de l’Ecole polytechnique et l’Ecole des mines de Paris. Mais il s’est rapidement intéressé aux sciences humaines, en passant par les sciences cognitives, puis a consacré la majeure partie de son œuvre, considérable, à la philosophie sociale et politique. Plus que d’autres philosophes français, il  a été marqué par des penseurs anglo-saxons. Comme ses amis René Girard et Michel Serres, il a aussi enseigné à la prestigieuse Université de Stanford en Californie.

Je me contenterai de citer ici quelques-uns de ses livres, ceux que j’ai lus peu après leur parution : La trahison de l’opulence, écrit avec Jean Robert, paru en 1976, Le sacrifice et l’envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, paru en 1992, Pour un catastrophisme éclairé, Quand l’impossible est certain, paru également en 1992, Petite métaphysique des tsunamis, paru en 2005 et Retour de Tchernobyl, Journal d’un homme en colère, paru en 2006. C’est d’ailleurs là une liste très incomplète des ses œuvres.

La pensée de Jean-Pierre Dupuy est interdisciplinaire et donc à contre-courant de la spécialisation des sciences sociales et de la philosophie académique. Il a été marqué assurément par Henri Bergson, Hans Jonas et Ivan Illich, mais aussi par les philosophies  de Leibniz, d’Adam Smith et de Jean-Jacques Rousseau, par les économistes néo-classiques, par Popper et Hayek, mais davantage par Leonard Savage et John von Neumann qui furent, au lendemain de la IIe Guerre mondiale, les fondateurs de la théorie de la décision. Curieusement, il ne cite jamais le bioéconomiste Nicholas Georgescu-Roegen non plus que  le Rapport de Donella et Dennis Meadows sur Les limites à la croissance, paru en 1972, qui pourtant figurent parmi les pionniers de la problématique écologique mondiale.  Ultérieurement à l’ouvrage que je présente, Jean-Pierre Dupuy sera marqué aussi par le catastrophisme de Gunter Anders, l’ex-époux de Hannah Arendt qu’il présente comme le philosophe de l’âge atomique dans sa préface à Hiroshima est partout paru en 2008. L’édition originale en allemand date de 1995.

En quoi la pensée de Jean-Pierre Dupuy participe-t-elle de la prise de conscience écologique ?

En tant que collaborateur et principal diffuseur en langue française, avec Jean Robert, de la pensée iconoclaste de Ivan Illich, il contribua indéniablement dans les années 1970 à l’essor de l’écologie politique. Le concept central de l’ouvrage que je me propose de commenter – le catastrophisme – même s’il n’appartient pas en propre à la pensée écologique, relève assurément de la prise de conscience écologique, en tout cas depuis Hiroshima et Nagasaki. C’est d’ailleurs ce que Jacques Grinevald et moi avions souligné dès 1975 dans une étude intitulée “Réflexions sur le catastrophisme actuel“.

Cela dit, il est vrai que Jean-Pierre Dupuy a davantage médité sur les sciences sociales et la vertigineuse dialectique de l’équilibre de la terreur que sur la problématique de l’évolution ou sur la crise de la biodiversité. D’ailleurs il ne cite guère de biologistes et jamais les écologues, ni français, ni étrangers. Roger Dajoz, Fançois Ramade, Patrick Blandin et Philippe Lebreton, par exemple, lui sont apparemment inconnus, de même que Evelyn Hutchinson, Rachel Carson, Barry Commoner, les frères Odum, ou Paul Ehrlich, dont les réflexions sont à l’origine de l’irruption de l’écologie et de la problématique environnementale dans le débat politique à l’échelle mondiale. Quant à la question des dangers pour le vivant inhérents à l’industrie électronucléaire, elle ne s’impose véritablement à lui qu’avec son livre sur Tchernobyl paru en 2006 et donc après la parution de l’ouvrage que j’ai retenu. En revanche, l’écriture de ce livre porte la marque de l’attentat de l’hyper-terrorisme du 11 septembre 2001.

Comment s’organise donc Pour un catastrophisme éclairé ?

L’approche de Jean-Pierre Dupuy, dans cet ouvrage, est principalement épistémologique, c’est-à-dire relative aux conditions de la connaissance que nous pouvons nous faire des menaces qui pèsent sur nos sociétés industrielles, sur l’espèce humaine et, plus généralement, sur le monde vivant. Elle a aussi de fortes composantes éthique et politique et une ambition anthropologique et métaphysique. Mais elle s’organise essentiellement en fonction des réflexions de l’auteur sur la théorie de la décision.

Plutôt que de l’analyser en détail, je me concentrerai sur deux ou trois de ses idées, celle de principe de précaution, celles de catastrophe et de catastrophisme, en l’occurrence éclairé ou rationnel, puis celle du destin à conjurer, et je tenterai ensuite d’évaluer la pertinence, mais aussi les limites, de cette approche.

Exposez-nous donc l’apport de Dupuy à la notion de principe de précaution.

Jean-Pierre Dupuy consacre au principe de précaution plusieurs dizaines de pages à la lumière de la théorie de la décision qui, selon lui, n’est qu’un autre nom de la démarche économique “coût-avantage“.

Curieusement, il ne signale pas où et quand il s’est imposé – soit à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement qui s’est tenue à Rio en 1992 – et il en fait une critique sévère en se fondant sur la seule version juridique française de ce principe – la loi Barnier de 1995 – et non sur son énoncé dans la Déclaration de Rio, et sans même mentionner que la loi française diffère substantiellement de son énoncé dans la Déclaration de Rio.

Voici ce fameux principe, tel qu’énoncé dans la Déclaration de Rio en 1992 : « En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement. »

Et voilà la version légale française : « L’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économiquement acceptable ».

Il est évident que la version française introduit deux conditions qui n’existent pas dans la Déclaration de Rio. Pour que les mesures de précaution soient adoptées en France, encore faut-il qu’elles soient proportionnées et que leur coût soit économiquement acceptable. Proportionnées à quoi ? demande Dupuy. Et acceptable par qui ? – aurait-il pu ajouter.

Tout défenseur conséquent de l’environnement ne peut qu’approuver le texte onusien et rjeter sa version française.

Mais critique-t-il le principe lui-même ou sa version française ?

Comme il ne distingue pas la version française de son modèle international, on peut se poser la question.

Je pense néanmoins qu’il critique l’idée même de précaution en tant qu’elle se distinguerait de la prévention.

Invoquant le philosophe Hans Jonas, pourtant l’un des inspirateurs du principe de précaution, Dupuy affirme notre ignorance irrémédiable des conséquences possibles des applications de nos techniques toujours plus puissantes.

La notion de risques de dommages graves perd toute rigueur du moment que l’on ne peut les mesurer statistiquement, faute d’occurrences.

On est donc dans l’ignorance. Mais le principe de précaution – dans sa version française, ce qu’omet de préciser Dupuy – laisse entendre que, avec le temps, les progrès de la science pourraient y remédier.

Dupuy oppose trois arguments à cet optimisme scientiste :

1.- Du fait de leur complexité, les écosystèmes possèdent une extraordinaire stabilité et une remarquable résilience qui leur permettent de résister à quantité d’agressions. Mais, passé un certain degré d’agression, sans qu’on en connaisse le seuil, ils basculent vers des régimes différents que l’on ne connaît pas. Et qui sont même imprédictibles.

2.- Les systèmes techniques peuvent se combiner avec les systèmes naturels et former des systèmes hybrides. Or, les systèmes techniques comportent des boucles de rétroaction positives qui peuvent conférer aux systèmes hybrides des développements totalement imprévisibles.

3.- Toute prévision dépendant d’un savoir futur est rigoureusement impossible.

Du fait de sa puissance technique, et malgré toute sa science, l’humanité se trouve donc menacée de périls graves et irréversibles et de risques qu’elle ne peut ni connaître ni gérer.

Si je comprends bien, le catastrophisme éclairé de Jean-Pierre Dupuy est un autre nom de l’heuristique de la peur prônée par Hans Jonas…

Elle en est plutôt une interprétation qui se veut plus subtile et plus efficace que celle de son illustre prédécesseur car elle conteste la démarche des “gestionnaires du risques“ qui se sont imposés dans les Etats, et particulièrement en France, depuis la parution du Principe responsabilité de Hans Jonas, en allemand en 1979 et en français 1997.

Je cite Jean-Pierre Dupuy critiquant ces experts du risque :

« Le changement climatique, la pollution des océans, les dangers de l’énergie nucléaire ou du génie génétique, le déclenchement de nouvelles épidémies ou endémies : l’humanité saura bien s’en accommoder ou trouver les réponses techniques adéquates. La catastrophe a ceci de terrible que non seulement on ne croit pas qu’elle va se produire alors même qu’on a toutes les raisons de savoir qu’elle va se produire, mais qu’une fois qu’elle s’est produite elle apparaît comme relevant de l’ordre normal des choses. »

Le malheur de notre époque, selon Dupuy, c’est que l’on ne croit pas ce que pourtant l’on sait. La catastrophe est annoncée par d’éminents scientifiques, mais nous préférons croire que les experts officiels pourront nous l’éviter. Je le cite à nouveau :

« C’est cette métaphysique spontanée du temps des catastrophes qui est l’obstacle majeur à la définition d’une prudence adaptée aux temps actuels. »

Mais que faire contre cette malédiction ?

Contre cette métaphysique spontanée maléfique, Jean-Pierre Dupuy va élaborer une métaphysique qui se veut la voie étroite conduisant au salut , métaphysique que  je vais maintenant présenter synthétiquement. Dans le temps limité qui m’est imparti, je ne puis toutefois pas retracer dans tous ses détails et ses paradoxes le raisonnement de Jean-Pierre Dupuy. Ce dernier veut rendre performant, c’est-à-dire efficace, le discours du “prophète de malheur“ qu’est le “catastrophiste éclairé“.

Pour ce faire, il oppose le temps de l’histoire, qui est celui où le passé nous apparaît comme déterminé par diverses causes et où l’avenir est ouvert sur des embranchements de possibles, au temps du projet où le passé et l’avenir sont figurés en boucle de rétroaction, la représentation d’un avenir suprêmement détestable pouvant influer le présent et éviter cet avenir-là.

Nous nous retrouvons alors dans une situation voisine de celle qui exista durant la guerre froide, que l’on qualifia de destruction mutuelle assurée en cas d’agression, en anglais Mutual Assured Destruction (MAD). C’est réellement fou ! Pour cela, il suffit que l’avenir en question revête les traits de la fatalité.

Je cite une dernière fois Pour un catastrophisme éclairé :

« Le catastrophisme éclairé consiste à penser la continuation de l’expérience humaine comme résultant de la négation d’une autodestruction – une autodestruction qui serait inscrite dans un avenir figé en destin. Avec l’espoir, comme l’écrit Borges, que cet avenir, bien qu’inéluctable, n’ait pas lieu. »

Que penser de cette métaphysique ?

Il me semble tout d’abord que, contrairement à ce qu’affirme Dupuy, cette proposition ne relève pas de la métaphysique, mais de la stratégie, de la rhétorique, de l’argumentation, de la psychologie individuelle et collective, bref du discours politique au sens noble du terme. Le seul élément ressortissant à la métaphysique est sa référence sibylline à la fatalité, au destin. Au demeurant, l’intervention sur le présent des représentations négatives que l’on se fait de l’avenir est connue des penseurs de l’antiquité gréco-latine et surtout de la tradition hébraïque ou chrétienne comme l’atteste toute la littérature apocalyptique.

Pour tenter d’en évaluer l’efficacité, il me semble utile de consulter deux livres ultérieurs de cet auteur, Petite métaphysique des tsunamis, paru en 2005 et Retour de Tchernobyl, journal d’un homme en colère, paru en 2006.

Alors que Jean-Pierre Dupuy avait achevé le texte d’une conférence que lui avait demandée l’Université de Lyon II pour célébrer en 2005 le triple anniversaire du tremblement de terre de Lisbonne en 1755, de la découverte d’Auschwitz-Birkenau en janvier 1945 et des bombes atomiques lâchées en août 1945 sur Hiroshima et Nagasaki, survint le tsunami de décembre 2004 qui ravagea Sumatra et plusieurs pays riverains de l’Océan indien. C’est cette circonstance, totalement imprévisible, qui lui inspira le titre du premier de ces opuscules où affleure le catastrophisme de Günter Anders, l’auteur de L’obsolescence de l’homme, dont le premier tome parut en français en 2001, alors qu’il était paru en allemand en 1956. A l’imprévisibilité des désastres de Lisbonne et Sumatra s’oppose la prévisibilité des deux autres désastres qui n’ont pu être évités bien qu’ils eussent été prévus par certains.

Mais la responsabilité humaine est quand même tout autre pour les événements prévisibles !

Certes ! J’y viens à présent avec Retour de Tchernobyl. Cet ouvrage est constitué du journal que tint Jean-Pierre Dupuy lors du séjour qu’il fit en Ukraine et notamment à Tchernobyl en aout 2005 puis à son retour à Paris jusqu’en février 2006.

Il effectua ce déplacement pour participer (à Kiev) à une université d’été consacrée à l’analyse des conséquences de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, à l’approche du vingtième anniversaire de celle-ci, survenue le 26 avril 1986.

La première colère que relate Dupuy dans Retour de Tchernobyl, journal d’un homme en colère, est provoquée par certains de ses interlocuteurs ukrainiens qui faisaient état de centaines de milliers de morts causés par la l’accident. Puis, sa colère se retourne contre l’évaluation du nombre des victimes par le Forum de Tchernobyl, mis en place en 2002 par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA, dont le siège est à Vienne), l’Organisation mondiale de la santé (dont il ne mentionne pas qu’elle a abdiqué ses compétences en matière nucléaire à l’AIEA) et plusieurs autres institutions des Nations Unies. Après de savantes enquêtes et évaluations, ledit Forum avance le chiffre de 4’000 morts. Nouvelle colère de Dupuy qui juge ce chiffre trompeur et retient le chiffre de 40’000 morts. Pour ma part, j’incline à penser que ce dernier chiffre est encore largement sousestimé puisque, en 2010, l’Académie des sciences de New-York devait dénombrer 985’000 vies perdues du fait de la catastrophe entre 1986 et 2004, soit tout près d’un million. J’incline donc à penser que la colère de Dupuy trouve sans doute son origine  ailleurs encore, dans des zones de sa psychè qu’il se garde de sonder.

L’initiative de l’université d’été à laquelle participa Jean-Pierre Dupuy émanait du « Laboratoire d’analyse sociologique et anthropologique des risques (LASAR) de l’Université de Caen et plus spécialement à l’un de ses chercheurs, le sociologue Frédérick Lemarchand.» (p. 20) Et il relate longuement les échanges qu’il eut avec différents membres de ce LASAR tant à Kiev et Tchernobyl qu’après son retour à Paris.

Au passage, Dupuy s’émerveille de la connaissance du français qu’ont les participants ukrainiens à cette manifestation. « Il est vrai, précise-t-il, que plusieurs des participants sont membres du projet ETHOS-CORE, dont certains des fondateurs furent des chercheurs français. Le projet, qui s’est d’abord développé en Biélorussie, le pays le plus touché par la catastrophe se déploie à présent en Ukraine. Ses objectifs ont quelque chose à voir avec la science-fiction.  « “Comment vivre le plus sainement possible après une apocalypse nucléaire ?» pourrait en être le slogan.» (p. 23,24) En réalité, les compagnons de Jean-Pierre Dupuy, membres du LASAR, étaient vraisemblablement associés à ce projet.

Si, dans ses échanges avec Lemarchand et ses collègues, Dupuy met en doute la possibilité d’apparition d’une “culture du risque“ radioactif, il semble  en revanche avoir oublié sa prévention contre les “gestionnaires du risque“ et ne s’interroge nullement sur les implications de leur projet pour la préparation de situations accidentelles ailleurs que dans la région de Tchernobyl.

Mais le projet EHOS-CORE  ne relève-t-il pas de l’humanitaire ?

Je crains que non. Voici ce qu’en pense une chercheuse française.

Dans son remarquable ouvrage La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée, paru au Seuil, en septembre 2013, Sezin Topçu, historienne et sociologue des sciences, chargée de recherche au CNRS, rappelle que les responsables français de l’électronucléaire ont longtemps affirmé qu’un accident grave, comportant des conséquences sur la santé publique, était impossible en France. Toutefois, après Tchernobyl, ils ont progressivement changé de discours. C’est ce que signale l’article paru dans Le Monde le 21 octobre 2008 sous le titre “La France se prépare aux conséquences d’un accident de type Tchernobyl sur son sol.“ (S. Topçu, op. cit. p. 242)

Selon Sezin Topçu, il semble que la genèse de cette évolution doive être recherchée du côté de deux experts français : « l’un directeur du bureau d’études Mutadis – un cabinet spécialisé dans la gestion des activités à risque -, et l’autre, sociologue-psychanalyste de l’Université de Caen, qui se sont vu confier par la Commission européenne le Programme européen pour l’évaluation des conséquences de l’accident de Tchernobyl (1991-1995). (S. Topçu, p. 225) Cette société avait été très active dans le lancement du projet Ethos visant à aider les populations d’un district de Biélorussie, déplacées ensuite de l’accident, à retourner en zone contaminée pour y apprendre à “vivre autrement“ en gérant elles-mêmes leur contamination radiologique. Cette politique aboutit à “l’individualisation des risques“ qui avaient été pris par les autorités soviétiques. Curieusement, le gouvernement suisse a accepté de cofinancer, avec la Commission européenne, une deuxième étape de ce projet. (S. Topçu, p. 226)

En 2003,  un vaste programme international nommé Core (Coopération pour la réhabilitation des conditions de vie dans les territoires contaminés de Biélorussie) a été lancé pour déployer Ethos dans d’autres districts de Biélorussie, avec à nouveau une participation financière suisse. (S. Topçu, p. 238)

Le projet EHOS-CORE serait-il alors une émanation des promoteurs français du nucléaire ?

D’après Sezin Topçu, il émane non seulement des promoteurs français du nucléaire, mais aussi des instances de l’Union européenne.

En 2002 – écrit-elle – peu avant le lancement de ce programme, un projet européen  a vu le jour qui se propose d’élaborer un guide de culture radiologique pratique à destination du grand public. Selon S. Topçu, ce programme a deux volets : « Le premier est celui d’une pédagogie de la catastrophe, l’objectif étant d’habituer les individus à l’idée d’un changement profond et irréversible de leurs conditions de vie. Et le second volet traite d’une pédagogie de la responsabilité, de la responsabilisation préalable des individus avant même que la catastrophe ne survienne pour qu’ils aient connaissance du rôle actif et permanent qu’ils seront amenés à jouer dans un contexte post-accidentel. »(S. Topçu, p. 240,1)

Et il faut savoir que les experts français d’Ethos sont bien à l’œuvre à Fukushima, comme en Biélorussie et en Ukraine, où ils accumulent un savoir en vue de notre avenir.

Mais Jean-Pierre Dupuy pouvait ne pas prévoir ces développements !

Certes ! Mais n’aurait-il pas dû se préoccuper de ce qu’était le projet ETHOS-CORE en 2005 et en rechercher la signification pour l’avenir de la France et de l’Europe ?

Pour ma part, ce Retour de Tchernobyl, m’a incité à une nouvelle lecture de Pour un catastrophisme éclairé.

Son auteur s’est-il interrogé sur la responsabilité de la France et de ses élites intellectuelles dans le risque de catastrophe inhérent à la nucléarisation exceptionnelle de son pays ?

Quelle a été sa position face au mouvement antinucléaire français et européen qui, lui, depuis maintenant quarante ans, n’a cessé de dénoncer ce risque, non point au nom du principe de précaution, mais tout simplement pour prévenir une catastrophe ?

Comment a-t-il réagi aux avertissements nombreux qui s’élevèrent dès 1976 contre la construction du surgénérateur Super-Phénix de Creys-Malville de 1200 MWé, comportant près de cinq tonnes de plutonium, l’une des substances radioactives les plus toxiques, et refroidi avec quelque 5’000 tonnes de sodium, un métal qui peut s’enflammer spontanément à l’air et explose au contact de l’eau ?

Et que pense-t-il de la récente décision des autorités françaises qui, malgré l’échec ruineux du Super-Phénix, ont décidé de construire le surgénérateur Astrid de 600 MWé, prévu lui aussi pour fonctionner avec des tonnes de plutonium et de sodium liquide ?

A ma connaissance, il ne se pose pas ces questions et, en tout cas, n’en débat-il jamais. Il n’a pas écouté les lanceurs d’alarme et, s’il les a entendus, il ne leur a répondu que par son silence. Le prophète du catastrophisme éclairé me paraît avoir  été passablement inconséquent avec ses principes.

Mais qu’aurait-il pu faire ?

Pour prévenir la catastrophe que préparent les promoteurs français du nucléaire, l’ingénieur-philosophe qu’il est  aurait dû commencer par s’interroger sur les conditions particulières qui ont permis et favorisé cette périlleuse évolution.

Il y a tout d’abord, me semble-t-il, l’héritage idéologique du saintsimonisme et du marxisme dans l’intelligentsia française, notamment dans les grandes écoles, particulièrement à l’Ecole polytechnique et à l’Ecole des mines, qui ont fourni tant de dirigeants du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et de l’électronucléaire français. Rappelons que le communiste Frédéric Joliot-Curie fut le premier patron du CEA.

Il y a l’héritage gaulliste de la volonté de grandeur qui a trouvé un exutoire dans ce domaine à haut risque, plus ou moins délaissé par les autres grandes puissances en raison de sa dangerosité.

Il y a aussi l’impécuniosité des universitaires français, parmi les moins bien payés en Europe, ce qui induit la vénalité d’une frange d’entre eux qui se laissent séduire par les promoteurs d’activités douteuses en mal de crédibilité, dont celles relatives au nucléaire.

Il y a, sans doute, bien d’autres circonstances qu’un esprit aussi érudit et averti que Jean-Pierre Dupuy aurait pu détecter et qui lui auraient permis de contribuer à épargner à la France le désastre auquel ses nucléocrates ont pu impunément choisir de l’exposer, si seulement il avait eu le courage de s’émanciper de la solidarité clanique des grandes écoles et du Corps des mines, dont il est issu.

Jean-Pierre Dupuy a préféré présider le Comité d’éthique et de déontologie de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) dont la charte d’éthique et de déontologie ignore, tout simplement, le principe de précaution, même dans sa version édulcorée par le Parlement français !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actions et Politiques, Catastrophes, en français, Problématiques énergétiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s