Pertes record pour le géant du nucléaire français Areva

La firme annoncera le 4 mars un trou de 4,9 milliards d’euros

Richard Werly, Paris,

Article publié dans

Le Temps, Genève, 24 février 2015

 

La filière nucléaire française doit-elle être auditée et repensée de fond en comble ? Sur le plan comptable en tout cas, l’avertissement lancé lundi par Areva d’une perte de 4,9 milliards d’euros pour 2014 semble assuré de relancer les appels au grand ménage dans ce secteur éminemment stratégique.

Contrôlé par l’Etat à 85,6%, le géant français, fort de plus de 45 000 employés et d’environ 250 filiales dans une quarantaine de pays, devrait confirmer le 4 mars ces pertes nettes, supérieures à sa capitalisation boursière et légèrement inférieures à son chiffre d’affaires 2014 de 5,5 milliards d’euros. Cette bombe financière intervient après des années d’accusations portées contre la gestion d’Anne Lauvergeon, l’ancienne conseillère diplomatique de François Mitterrand, qui dirigea l’entreprise de 1999 (Areva a remplacé la Cogema en 2001) à 2011. Cette dernière, qui exerça jusqu’en février 2014 la présidence du Conseil de surveillance du quotidien Libération, avait été remplacée par Luc Oursel, décédé le 3 décembre 2014. Ses deux principaux dirigeants, le président du conseil d’administration, Philippe Varin, et le directeur général, Philippe Knoche, semblent donc avoir opté, dès leur entrée en fonction, pour une très douloureuse opération vérité. Il s’agit de la quatrième perte consécutive pour Areva.

Dérapages des chantiers

L’origine des pertes colossales d’Areva, héritière du fameux Commissariat à l’énergie atomique, est essentiellement liée aux dérapages des principaux chantiers dans lesquels ce constructeur de centrales nucléaires est engagé en France (Flamanville), en Finlande (où elle construit un réacteur de troisième génération qui coûtera 6 milliards au lieu des 3 milliards prévus) et au Japon, où l’accident nucléaire de Fukushima a «tué» son juteux marché. La firme française avait aussi raté, en 2006, le «contrat du siècle en Chine», où la construction de quatre réacteurs de troisième génération avait été remportée par l’américain Westinghouse. Autre boulet, de loin le plus explosif: le fameux rachat pour près de 2 milliards d’euros de la société canadienne Uramin en 2007, dont les gisements d’uranium au Niger étaient un mirage.

Cet exercice désastreux devrait relancer les spéculations sur un possible rapprochement entre EDF (contrôlé par l’Etat français à hauteur de 84%) et Areva. La nécessité de regrouper les deux structures est jugée incontournable par les experts, dans un contexte de pétrole à bas prix et de contraintes réglementaires croissantes en faveur des renouvelables. Hier, l’action a perdu 2,09%.

 

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans en français

2 réponses à “Pertes record pour le géant du nucléaire français Areva

  1. Pendant longtemps l’industrie nucléaire promettait à la France de grands bénéfices à l’exportation des centrales, en particulier de l’EPR. Il a été vendu à perte à la Finlande avec le résultat que vous citez, à la Grande-Bretagne où il a été acheté par – l’EDF français (!) et en Chine avec la vente de la technologie – ce qui fait des Chinois des concurrents qui vont probablement supplanter les Français:

    L’Ambassade française à Pékin vient de diffuser l’information suivante:

    « Si la coopération franco-chinoise dans le secteur du nucléaire a jusqu’ici été un pilier de la stratégie chinoise, le pays commence à s’émanciper de toute tutelle internationale. Ainsi les deux principaux groupes nucléaires chinois, la CGN (China General Nuclear Power Corporation) et la CNNC (China National Nuclear Corporation), ont récemment fait certifier le design d’un réacteur nucléaire de troisième génération basé sur des technologies françaises, mais de fabrication entièrement chinoise. Un premier grand pas vers l’autonomie, qui pourrait à long terme faire de la Chine un concurrent sérieux de la France sur les marchés internationaux. »

    http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/78135.htm

  2. AREVA étant à 85% propriété de l’État, ce sont les contribuables français qui sont touchés par cette faillite.

    Le nucléaire sera-t-il la ruine financière de la France?

    D’après le rapport de la Cour des comptes publié en mai 2012, fondé sur les comptes de 2010, la filière nucléaire n’est plus en mesure d’assumer le coût du nucléaire: « Quels que soient les choix retenus, oui, des investissements importants sont à prévoir pour maintenir la production actuelle, représentant a minima un doublement du rythme actuel d’investissements de maintenance. Ce qui fera augmenter le coût moyen de production de l’ordre de 10 %. (…) D’ici à la fin de 2022, 22 réacteurs sur 58 atteindront quarante ans de fonctionnement. Dans l’hypothèse d’une durée de vie de quarante ans et d’un maintien de la production électronucléaire à son niveau actuel [74 % de la production d’électricité], il faudrait donc un effort considérable d’investissement à court terme, qui paraît très peu probable, voire impossible, y compris pour des considérations industrielles. » (LEMONDE.FR | 31.01.12 Interview avec Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes.)
    A cela s’ajoute la gestion des déchets que l’industrie nucléaire n’est pas non plus en mesure d’assumer seule. L’argent public investi pour compléter ses ressources est détourné du développement des énergies renouvelables et obère la transition énergétique.
    Pour plus de détails vous pouvez vous reporter sur le site d’où vient cette citation: http://blogs.mediapart.fr/blog/peter-bu/190713/lillusion-et-les-mensonges-du-nucleaire-en-france

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s