Archives mensuelles : décembre 2015

En Ukraine, d’autres Tchernobyl en préparation ?

 

Il est difficile de trouver des informations sur l’état des centrales nucléaires en Ukraine. Nous en avons toutefois découvert dans l’article suivant de Dmitri Orlov dont nous reproduisons ci-après la partie y relative.

APAG2

31.12.2015.

 

Priez pour un hiver doux en Ukraine…

par Dmitry Orlov

Le 22 décembre 2015 – Source ClubOrlov

http://lesakerfrancophone.net/19-jour-de-noel/

 

 

…L’Ukraine avait jadis le même système éducatif de classe mondiale que la Russie, mais depuis l’indépendance, ils sont passés à l’enseignement en ukrainien (une langue construite à partir de rien) en utilisant des manuels inexistants. Les enfants ont appris une histoire bidon, hallucinée par des nationalistes ukrainiens enragés. On leur a dit que la Russie était arriérée, qu’il faut l’oublier, alors qu’eux méritent le bonheur dans l’UE. (Tout comme les Grecs ? Ouais, génial…) Mais maintenant, la population a été réduite à un niveau de pauvreté que l’on n’observe plus aujourd’hui qu’en Afrique. Les jeunes fuient, ou se tournent vers le gangstérisme et la prostitution, simplement pour survivre. Cela ne donne pas un récit culturel heureux. Qu’est-ce que cela signifie d’être Ukrainien maintenant ?

Voilà ce que cela signifie vraiment maintenant. Avec tant de choses allant de travers, l’Ukraine a été incapable d’obtenir assez de gaz naturel ou de charbon pour constituer une réserve en cas de vague de froid cet hiver. En quelques semaines de grand froid, les réserves s’épuiseront, puis les tuyaux gèleront, rendant la plupart des zones urbaines invivables (parce qu’il faut rappeler qu’il n’y a plus d’argent, ni d’industrie à proprement parler, pour réparer les dégâts). Les perspectives semblent assez mauvaises, mais nous n’en sommes pas encore là.

Voyez-vous, l’Ukraine produit plus de la moitié de son électricité à partir de centrales nucléaires. Dix-neuf réacteurs nucléaires sont en fonction, avec deux de plus en cours de construction, en principe. Et cela dans un pays dont l’économie est en chute libre et se rapproche de celle du Mali ou du Burundi ! Le combustible nucléaire pour ces réacteurs était fourni par la Russie. Une tentative de remplacement du fournisseur russe par Westinghouse [fournisseur américain, NdT] a échoué en raison de problèmes de qualité ayant provoqué un accident. Que va devenir une Ukraine en faillite, qui vient de spolier la Russie en refusant de lui rembourser une dette souveraine de $3 Mds, que va-t-elle faire quand viendra le temps de faire le plein de ces dix-neuf réacteurs ? Bonne question !

Mais il y a une question encore meilleure. Vont-ils tenir jusque-là ? Car voyez-vous, il se trouve que la maintenance préventive de ces installations nucléaires n’a pas été assurée, en raison du manque de fonds. Vous êtes probablement déjà au courant de cela, mais laissez-moi préciser, seulement au cas où : un réacteur nucléaire n’est pas une de ces choses que vous utilisez jusqu’à ce qu’il tombe en panne et que vous appeliez un mécanicien. Ce n’est pas du genre «tant que c’est pas cassé, je peux pas savoir pourquoi ça marche plus et le réparer», mais plus un scénario du style «vous avez mal suivi les consignes de réglage donc je ne vais même pas regarder». Et la façon d’empêcher une panne est de remplacer tous les éléments qui sont répertoriés sur le calendrier de remplacement au plus tard aux dates indiquées sur ce calendrier [comme sur votre voiture, en somme. NdT]. C’est ça ou sinon Patatras!. Et alors les cheveux de tout le monde vont tomber.

Quelle est la proximité d’un accident nucléaire majeur en Ukraine ? Eh bien, elle est très proche : tout récemment, il a été évité de justesse lorsque certains nazis ukrainiens ont fait sauter les lignes électriques alimentant la Crimée, déclenchant une panne d’électricité qui a duré plusieurs jours. Les Russes se sont rués pour installer une ligne depuis la Russie continentale, pour rétablir la lumière en Crimée. Mais au même moment, le sud de l’Ukraine, avec ses quatre centrales d’énergie, a aussi perdu sa connexion au réseau, et seules des actions d’experts, exécutées très rapidement par le personnel ont évité un accident nucléaire.

Je suppose que vous le savez déjà, mais, seulement au cas où, permettez-moi de le préciser à nouveau. Une des pires choses qui puisse arriver à un réacteur nucléaire est la perte de son approvisionnement en électricité. Oui, les centrales nucléaires produisent de l’électricité à la demande, mais elles doivent être alimentées en électricité tout le temps pour éviter un effondrement. C’est ce qui est arrivé à Fukushima Daiichi, qui a recouvert le sol de poussières radioactives jusqu’à Tokyo, avec une fuite radioactive toujours en cours et des rejets dans le Pacifique.

Ainsi le scénario cauchemar pour l’Ukraine est simple. La température descend en dessous de zéro et y reste pour quelques semaines. Les réserves de charbon et de gaz naturel se tarissent, entraînant l’arrêt des centrales thermiques ; l’alimentation électrique tombe ; les pompes de refroidissement des dix-neuf réacteurs nucléaires (qui, soit dit en passant, n’ont probablement pas été révisées récemment comme elles auraient dû l’être) s’arrêtent… Fonte du réacteur !

Et donc, si vous voulez dire une prière pour l’Ukraine en cette période de vacances, ne vous fatiguez pas car c’est bel et bien foutu. Mais dites une prière pour le réchauffement climatique. Si cet hiver reste très, très chaud, alors le scénario des dix-neuf Fukushima pourra être évité. Ce n’est pas impossible : nous voyons des hivers anormalement chauds, l’un après l’autre, et chaque mois qui passe établit de nouveaux records. L’avenir sera chaud, plutôt même très chaud. Prions qu’il ne soit pas aussi radioactif que chaud.

Dmitry Orlov

 

Traduit par Hervé, édité par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

 

 

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Catastrophes, en français

Internet coûte cher à la planète

ENERGIE

Surfer sur le web est une activité désormais anodine, mais pas sans conséquences sur la consommation électrique

par Vincent Bürgy

(Source : Le Courrier du 22 décembre 2015)

 

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) seraient à l’origine, selon différentes études, de 5 à 10 % de la consommation mondiale d’électricité. Qu’il s’agisse de l’envoi d’un courriel, du visionnage d’une vidéo sur son smartphone ou de visites sur les réseaux sociaux, toutes ces activités appartenant désormais au quotidien ont un coût écologique. Une considération qui échappe le plus souvent aux internautes.

«Il y a une forme de conscience diffuse de ces problèmes. Le public a notamment une certaine idée de la dangerosité des appareils électroniques puisqu’ils conservent chez eux une bonne partie de leurs anciens téléphones portables ou ordinateurs, sans les jeter», observe Michelle Dobré. Sociologue auprès de l’Université de Caen Normandie (France), celle-ci a cosigné plusieurs ouvrages et articles où il est notamment question de l’impact environnemental des NTIC, dont le livre «La face cachée du numérique» paru en 2013.

 

En dépit de l’importance croissante du numérique depuis les années 1990, les thèmes de la consommation énergétique de ces technologies et du traitement des déchets électroniques demeurent pourtant absents de l’espace médiatique. Michelle Dobré déclare que cela ne découle pas à proprement parler d’une négation des consommateurs ou des acteurs du domaine, mais que la réponse est à chercher ailleurs. La sociologue enchaîne: «Il y a un mythe contemporain selon lequel nous allons être sauvés par ces technologies. Une promesse qu’elles vont réparer les dégâts de la dernière ère industrielle.» Oubliées les survivances de la révolution industrielle, les nouvelles technologies se profilent même comme la clé de voûte du développement durable.

Cette doxa serait une manière d’occulter l’impact véritable de ces technologies, relève la chercheuse. En effet, rien que pour la France, les NTIC représentent 14% de la consommation électrique, soit près de sept réacteurs nucléaires, et sont à l’origine de 5% des émissions annuelles de gaz à effet de serre, indique un rapport de l’Etat français. Cette étude estime que la part croissante d’électricité utilisée par ces technologies a pour effet «d’annuler totalement les gains énergétiques obtenus sur tous les autres équipements énergétiques domestiques sur la même période».

 

Ce phénomène, nommé «effet rebond», vient également remettre en cause les supposées vertus écologiques d’internet. L’une des pierres angulaires de ce réseau, les data centers, ou centres de données sont particulièrement dans le collimateur des chercheurs. Ces «fermes de serveurs» hébergent des centaines de téraoctets de données. Celles-ci sont stockées dans d’innombrables serveurs qui constituent la partie visible d’internet. Différents services de stockage immatériel des données, des systèmes de «cloud», reposent également sur les capacités de ces serveurs. Selon certaines estimations, mais sans que cela soit confirmé, une société comme Google possèderait à elle seule entre un et deux millions de serveurs.

Le développement rapide d’internet, notamment la consommation croissante de données via mobile, explique la croissance soutenue de ce secteur ces dernières années. Cela n’est pourtant pas sans conséquences. Aujourd’hui les fermes de serveurs représentent à elles seules 4 à 8% de la consommation électrique mondiale et génèrent 3 à 8% des gaz à effet de serre de la planète, soit autant que le trafic aérien, rapporte le quotidien «Le Parisien». Des données vertigineuses, mais controversées, qui poussent certains spécialistes à soutenir l’idée d’une limitation de la vitesse d’internet pour contenir sa consommation énergétique. La balle est désormais dans le camp des géants du web.

 

Poster un commentaire

Classé dans en français, Problématiques énergétiques

Incompétence et irresponsabilité dans le nucléaire I

Interview de Jean-Pierre Petit, physicien des plasmas

Ancien Directeur de Recherche au Centre National de la Recherche Scientifique

Première partie

Décembre 2015

APAG2 : Jean-Pierre Petit nous attendons depuis des mois que vous puissiez installer sur le net de nouvelles vidéos concernant le nucléaire.

J.-P. Petit : Il peut sembler étrange que je ne trouve pas de temps pour faire ce travail, mais je suis terriblement pris par le travail que représente la publication de mes travaux de cosmologie.

APAG2 : Pourquoi cela représente-t-il pour vous une priorité ?

J.-P. Petit : Les lecteurs trouveront dans la vidéo ci-après une réponse à cette question.

https://www.youtube.com/watch?v=5h_yCOYnAeU

Cette vidéo faisait suite à une première vidéo sur ce sujet que j’avais mise en ligne il y a deux ans et qui a reçu à ce jour 125’000 visites. Mais je vais tenter d’aborder quelques questions touchant au nucléaire. Avant tout cela je voudrais souligner l’efficacité d’un impact à travers des vidéos. C’est beaucoup plus important que l’impact de la chose écrite. Ce qui est intéressant c’est la pérennité du message. On le voit à travers la constance de l’accroissement des visites, qui se maintient. La croissance et linéaire en fonction du temps.

APAG2 : Un effet de bouche à oreille ?

J.-P. Petit : Peut-être. Toujours est-il que ces vidéos ne sombrent pas dans l’oubli comme des articles installés dans un site Internet. C’est la raison pour laquelle, quand j’aurai le temps de le faire, je concentrerai tous mes efforts sur ce type de média. Pour bien faire il est bon d’illustrer ces vidéos avec des images et c’est cela qui prend du temps.

APAG2 : C’est ce que vous avez fait avec vos cinq vidéos sur ce tokamak international géant qu’est ITER.

https://www.youtube.com/watch?v=Fi_uurHZY-g&index=1&list=PLfdj8oy5zeoEyEgTusYRznnwptG_n-OVo

https://www.youtube.com/watch?v=JBn4lzAo5g8&list=PLfdj8oy5zeoEyEgTusYRznnwptG_n-OVo&index=2

https://www.youtube.com/watch?v=cxz8W_n-FBI&index=3&list=PLfdj8oy5zeoEyEgTusYRznnwptG_n-OVo

https://www.youtube.com/watch?v=eJJrMaJiFAI&index=4&list=PLfdj8oy5zeoEyEgTusYRznnwptG_n-OVo

https://www.youtube.com/watch?v=9vwGo2npm94&index=5&list=PLfdj8oy5zeoEyEgTusYRznnwptG_n-OVo

J.-P. Petit : Ces vidéos soulignent l’importance de la communication scientifique. Ceux qui ont regardé toutes ces vidéos ont pu se rendre compte qu’on ne pouvait pas exposer tout cela en 10 ou 20 minutes. ITER est un objet assez complexe, beaucoup plus compliqué, dans ses principes de fonctionnement, qu’un réacteur à fission.

APAG2 : C’est ce qui fait qu’ITER a été protégé par sa complexité.

J.-P. Petit : C’est pire encore. D’après les informations que nous recueillons par la bande, à part une infime partie de spécialistes je peux vous dire que nombre des personnes qui étaient impliquées dans le projet n’ont compris quels étaient ses tenants et aboutissants qu’en regardant ces vidéos.

APAG2 : C’est à ce point ?

J.-P. Petit : Vous savez peut être que, selon des clauses du contrat qui liaient les différents pays, si le site d’ITER était français, par contre les directeurs successifs devaient être japonais. Il y a donc eu deux directeurs nippons successifs, Ikeda et Motojima. Mais quand ce dernier a terminé son mandat on n’a trouvé aucun Japonais acceptant de prendre sa suite.

APAG2 : Pourquoi ?

J.-P. Petit : Pour un Japonais, devenir directeur du projet ITER peut sembler être une sinécure. On atterrit dans une région du monde la plus agréable qui soit, le salaire et les avantages doivent être conséquents, etc.

APAG2 : Mais ….

J.-P. Petit: Mais il y a tout le reste. Le directeur du projet ITER réalise vite plusieurs choses. D’abord il ne maîtrise pas du tout ce qu’il est censé diriger. Ensuite ITER n’a pas de directeur scientifique sur lequel il puisse s’appuyer.

APAG2 : C’est invraisemblable.

J.-P. Petit: Mais c’est la stricte vérité. Depuis 2011 vous n’avez jamais vu quelqu’un s’exprimer en disant “ en tant que directeur scientifique du projet …”. Un de mes amis, dînait un jour dans un restaurant d’Aix en Provence, à une table voisine de celle où Motojima était attablé avec des visiteurs. Il a pu l’entendre dire, en anglais, qu’il regrettait amèrement s’être fichu dans un tel panier de crabes.

APAG2 : Mais, qui dirige ITER ?

Bigot
Bernard Bigot

J.-P. Petit : Bernard Bigot, du CEA, a en principe pris la suite de Motojima… Dans les faits personne ne dirige ITER. C’est un bateau ivre. Un article était paru dans le New York Times il y a deux ans dont l’auteur disait qu’il avait vu Motojima à Cadarache évoluer au milieu des responsables des différents pays et de différents départements. Le Japonais bouchonnait comme il pouvait. A un moment le journaliste lui avait demandé pourquoi, confronté à deux choix techniques possibles, il n’avait pas usé de ses prérogatives de directeur pour trancher. Mais Motojima lui avait répondu : “ si je faisais cela, on m’accuserait de vouloir imposer ce choix”.

APAG2 : Autrement dit, ITER est une … démocratie.

J.-P. Petit : ITER est un énorme fromage dans lesquels croquent tous les sous-traitants. Je vais même aller plus loin : au sein du projet, personne n’y croit plus. Vis-à-vis de l’extérieur, tout relevait non d’un discours scientifiquement et technique construit, mais de l’expression du service de communication très offensif : ça a marché pendant un certain temps. Vous vous rappelez, c’était “ le soleil dans une bouteille”.

APAG2 : Mais vous avez ruiné cette politique.

J.-P. Petit : En expliquant tout simplement sur quels principes reposait ce projet. Maintenant c’est irréversible. Si vous composez ITER Youtube sur Google la première vidéo sur laquelle vous atterrissez est la mienne, avec 85’000 visites et, sur la page on trouve deux autres vidéos, extraites de la série de cinq. On peut donc considérer que parmi les internautes il y a nécessairement des ingénieurs, des journalistes, des politiques et des étrangers qui ont vu ces vidéos. Je regrette de ne pas avoir le temps de produire une version anglophone. Il y a bien un système de sous-titrage Youtube, en 37 langues, mais pour ce faire il faut se livrer à quelques manipulations. Ceci étant, je pense que maintenant celui qui a pris la suite de Motojima, Bernard Bigot, qui est chimiste de formation et est essentiellement un politique, sait dans quoi il s’est fourré.

APAG2 : Bigot a été récemment annoncé que le démarrage d’ITER serait différé de six années.

J.-P. Petit : Le projet va sûrement finir en eau de boudin, tout simplement. Les Français ont depuis cette année des problèmes d’une autre nature, politiques et de sécurité. On oubliera peut être ITER. Au passage je voudrais préciser une donnée technique qui n’est pas exposée dans les vidéos. ITER n’est pas un générateur d’électricité. Ce serait tout au plus un démonstrateur de production d’énergie par fusion, d’abord pendant un temps important, bien plus important que le temps de fonctionnement du JET, qui se limitait à quelques secondes puis.

APAG2 : Rappelez-nous ce qu’est le JET.
JET

J.-P. Petit : JET est un acronyme pour Jet European Torus. C’est une machine installée à Culham, Angleterre. Sa construction a débuté en 1979 et le début des essais se situe en 1983. Comme ITER, c’est un tokamak. On concentre l’obtention de fortes puissances issues de la fusion sur cette machine, mais une puissance comparable a été obtenue à la même époque sur la machine TFTR (Tokamak Fusion Test Reactor) de Princeton, USA. Les recherches sur cette machine ont été suspendues parce que les Américains ne croyaient pas, dès le départ, qu’on puisse un jour convertir les tokamaks en générateurs de puissance électrique.

APAG2 : Le JET a permis d’obtenir quoi au juste ?

J.-P. Petit : Le JET est équipé de bobinages non supraconducteurs, ce qui limite la durée de fonctionnement de ceux-ci à 20 secondes, à cause du dégagement de chaleur par effet Joule. Le record détenu par cette machine est constitué par le rapport puissance produite par les réactions de fusion sur puissance injectée. Soit 15 mégawatts contre 25 mégawatts, ce qui donne un rapport Q = 0,6. C’est sur cette base qu’on a conçu le projet ITER. A pleine puissance le JET a fonctionné avec un mélange deutérium-tritium.

APAG2 : C’est le mélange pour la fusion thermonucléaire. Toutes les vidéos qui présentent la fusion commencent par cela.

J.-P. Petit : Tous les essais, à commencer par ceux du JET ont été basés sur une fusion deutérium-deutérium, lequel est facile à extraire de l’eau du robinet et n’est pas radioactif. Pour fonctionner avec ce mélange il faut simplement porter la chambre à plus haute température. Mais pour obtenir la pleine puissance dans une machine à fusion il faut passer au mélange deutérium tritium. On a toujours limité ces essais au tritium au strict minimum.

APAG2 : Pourquoi ?

J.-P. Petit : Pour deux raisons. La première est que le tritium est radioactif et qu’en utilisant ce second isotope de l’hydrogène à la place du deutérium, qui ne l’est pas, on va immanquablement contaminer des éléments du réacteur, qu’il s’agisse de la chambre ou du groupe de pompage. La seconde est qu’on ne dispose pas de réserves illimitées en tritium. Le projet ITER a été entièrement fondé sur le fait que les réacteurs qui produisaient du tritium (essentiellement les réacteurs CANDU canadiens, où le fluide de refroidissement, faisant aussi office de modérateur était de l’eau lourde) avaient permis de constituer un stock. Or vous savez peut être que la demi-vie du tritium est de 12 ans. Donc, inexorablement, tous les douze ans le stock diminue de moitié. Donc, pour maintenir ce stock il faut l’entretenir. Or tous les réacteurs canadiens sont en cours de démantèlement. Un spécialiste fusion, faisant partie d’ITER Organization a signalé ce problème lors de la réunion qui se tient chaque années au laboratoire de Princeton, USA. Il a même fixé une date limite au-delà de laquelle il n’y aurait plus assez de tritium pour assurer le bon déroulement du projet.

APAG2 : N’y a-t-il pas d’autres moyens de produire du tritium ?

J.-P. Petit : Oui, mais avec une production beaucoup plus faible. Mais dans ce cas le projet ITER aurait un terrible concurrent, immédiatement prioritaire : l’armée. En effet les têtes thermonucléaires doivent contenir une charge de tritium gazeux, sous haute pression, allant de 1 à 4 grammes, indispensable pour assurer le bon rendement des bombes. Pour les bombes à neutrons cette charge se compte en dizaines de grammes.

APAG2 : Visiblement c’est une accumulation de problèmes et de retards. Mais il y a une chose que je voudrais comprendre. A supposer qu’ITER fonctionne, on ne peut pas envisager de l’alimenter avec ce tritium produit par des réacteurs.

J.-P. Petit : Sur le plan énergétique ça serait une absurdité. Si on vise un fonctionnement axé sur la production d’énergie il faudrait que par la suite le Tokamak ITER fonctionne impérativement en surgénérateur, en produisant plus de tritium qu’il n’en consomme.

APAG2 : Quel est alors le processus ?

J.-P. Petit : Il faut utiliser des couvertures en lithium. ITER produit des neutrons. La réaction est alors neutron + lithium > tritium + hélium.

APAG2 : Il y a une chose qui m’échappe. La réaction deutérium + tritium ne produit qu’un unique neutron. Donc on ne peut pas envisager qu’ITER produise à partir de ces neutrons de fusion plus de tritium qu’il n’en consomme. Il y en a, forcément, qui vont se perdre ?

J.-P. Petit : Exact. Il faut donc une substance qui multiplie les neutrons, et c’est la couverture, la première paroi, qui est en béryllium, substance ultra toxique, et qui fond à 1280°. Si ITER fonctionne un jour il a été prévu de tester ce système de régénération de tritrium à l’aide de cellules tritigènes qui seraient installées tout autour de la chambre.On n’en installerait qu’une, mais un générateur de puissance devait en comporter 400.

WCLL

Un type de cellule tritigène

APAG2 : En supposant que cette technique soit aussi maîtrisée, ITER pourrait alors devenir un générateur, comment cela se présenterait-il .

J.-P. Petit : Il s’agirait alors de l’engin DEMO.

 

Tokamaks

DEMO 

APAG2 : DEMO est aussi un tokamak ?

J.-P. Petit : On voit sur l’image qu’il s’agirait d’une machine plus imposante. Vous avez vu plus haut que le JET avait produit 15 mégawatts d’énergie de fusion. Les concepteurs du projet ITER ont visé 500 mégawatts pendant 400 secondes. DEMO, ça serait 2000 mégawatts d’énergie produite par les réactions de fusion. Il ne s’agit pas, je tiens à le préciser de 2000 mégawatts électriques. La puissance électrique se situe au bout d’une chaine : énergie de fusion —> chaleur —> vapeur —> turbines entraînant des alternateurs. Au bout du compte, ces systèmes de transformation ayant un rendement de 35% Demo fournirait 700 mégawatts électriques, ce qui correspond à une unité modeste en matière d’électronucléaire. On lit que DEMO fonctionnerait en régime continu, mais les documents sont peu diserts sur la façon de procéder, vu qu’un tokamak ne peut pas fonctionner en régime permanent. C’est inhérent à son principe de fonctionnement.

APAG2 : Qu’entendez-vous par là ?

J.-P. Petit : Si vous avez regardé mes vidéos vous verrez qu’un Tokamak n’est pas conçu pour pouvoir fonctionner en régime permanent. Il est doté d’un aimant qui produit un champ qui monte lentement à 13 teslas. C’est cela qui crée le courant plasma, lequel crée le champ poloïdal, indispensable au confinement. Tant que le champ varie, le tokamak fonctionne. Mais après, il faut trouver quelque chose pour entretenir le courant de 15 millions d’ampères, qui se boucle dans le plasma, dans la chambre torique. Et pour cela on mettrait en jeu un système dit “current drive” où on serait censé mettre en mouvement les électrons avec un champ électromagnétique.

APAG2 : Est-ce opérationnel ?

J.-P. Petit : Non. Je dirai même qu’au sein du projet il y a une majorité de gens qui ne savent même pas qu’il existe ce problème. Si vous évoquiez cette question ceux-ci vous répondraient : “commençons d’abord par obtenir plusieurs minutes de fonctionnement. Après, on verra”. En vérité, personne dans le milieu ne croit plus au projet ITER.

APAG2 : Je note qu’on ne parle plus de DEMO.

J.-P. Petit : Bien sûr. La mise en route d’ITER est déjà suffisamment problématique. Tous ces projets ont été conçus sur le papier sur la base de nombreux choix qui ont été autant d’impasses. Il serait fastidieux de les énumérer tous. Je cite un exemple. Quand tout cela a été conçu tout le monde pensait que la première paroi, celle qui serait directement en contact avec le plasma, serait constituée par des tuiles à base de carbone. Or au moment même où le projet ITER connaissait son top départ les gens du CEA étaient arrivés à la conclusion, après des années de tests de longue durée (mais sans fusion) menées dans la machine Tore Supra que l’utilisation du carbone était à exclure parce que le carbone se révélait être une véritable éponge à hydrogène et à carbures de tous genres.

Tore-Supra

La chambre de Tore Supra

APAG2 : Et cela posait un problème ?

J.-P. Petit : Si on utilisait du tritium alors le revêtement de la chambre deviendrait radioactif.

APAG2 : Quelle a alors été la solution retenue ?

J.-P. Petit : Les tuiles à base de carbone présentaient un avantage : elles se sublimaient à 2500°. On les a remplacées par une couche de béryllium d’un centimètre d’épaisseur. Mais la température de fusion de celui-ci est nettement plus basse : 1280°.

APAG2 : Ce revêtement sera-t-il suffisant ?

J.-P. Petit : C’est très problématique. Des études ont montré que ce béryllium ne résisterait pas à l’impact d’une disruption majeure, équivalant à un coup de foudre de 11 millions d’ampères.

APAG2 : Si je comprends bien, le projet ITER a été basé sur de nombreuses hypothèses qui ont été infirmées par la suite. Quel a été l’impact de vos 5 vidéos ?

J.-P. Petit : Important, y compris à l’étranger. Je crois qu’il n’est pas exagéré peut dire qu’avec ces vidéos nous avons porté un coup fatal au projet. Quand j’avais diffusé au sein de la commission du budget de la commission européenne un rapport intitulé « ITER, chronique d’une faillite annoncée » (également publié dans la revue Nexus) le CEA avait mis en ligne sur son site en novembre 2011 un texte de 10 pages, en français et anglais, dénonçant mon incompétence. On pouvait y lire en particulier :

« Par un tel comportement intellectuellement malhonnête, Mr J.P Petit se disqualifie lui-même ipso facto du débat, qu’il soit scientifique ou sociétal ».

Le lecteur pourra constater que ce texte en décembre 2015 est toujours en ligne :

http://www-fusion-magnetique.cea.fr/en_savoir_plus/articles/disruptions/analyse_critiquearticle_petit_nexus_vf.pdf

Sa version en anglais :

http://www-fusion-magnetique.cea.fr/en_savoir_plus/articles/disruptions/analyse_critiquearticle_petit_nexus_ve.pdf

Ce texte est d’un niveau lamentable, voir la mention des « lois ingénieur ». Personne au CEA n’a accepté de le cautionner ; la réponse de son service de communication ayant été « il s’agit d’un groupe de personnes qui ne tiennent pas à donner leur identité ». Logiquement, les vidéos attaquant le projet ITER aurait du provoquer une réponse cinglante. Mais ça a été le silence radio complet. Chique coupée. Les gens du CEA sont dans une situation qu’on appelle en termes échiquéens le zugzwang. C’est une position où quel que soit le choix du joueur il perd. Là, soit le texte me discréditant est maintenu, et cela détonne avec l’impact de mes écrits au niveau international, soit ils l’enlèvent et c’est reconnaître que ce texte ne tenait pas la route.

APAG2 : Vous dites au passage “nous” ?

J.-P. Petit : Je n’ai pas conçu ces documents seul. J’ai été aidé par des spécialistes fusion en particulier du CNRS. Des gens qui ont refusé de collaborer avec les deux projets français, ITER et Mégajoule, et qui ont été de ce fait “mis au placard”. Plus de crédits, plus rien. Ce gens dont les connaissances sont précieuses, ce sont des “senior researchers” qui sont condamnés à l’inactivité par manque de crédits. C’est lamentable.

 

APAG2 : Où en est le projet français Mégajoule ?

Megajoule

Mégajoule, un autre projet pharaonique

J.-P. Petit : C’est un autre projet qui n’aboutira pas. Il avait un frère jumeau, le NIF (National Ignition Fusion) américain. Tout est parti en fait de l’émergence des lasers superpuissants à Livermore, Califormie, en 1975-76. Dès cette date, ces lasers développaient, à l’unité, une puissance d’un térawatt, un million de mégawatts. Mais, ce qui est le plus important, ils apportaient une certaine énergie, en joules, sur la cible. Pendant 36 années les gens de Livermore ont poussé pour qu’un projet de fusion par laser voie le jour. L’aboutissement a été la campagne d’essai du NIF.

NIF

Un technicien dans la chambre au centre de laquelle on place la cible de 2 mm de diamètre sur laquelle se focalisent les 192 rayons laser.

 

APAG2 : Et où en est ce projet ?

J.-P. Petit : J’ai rendu compte en 2013 de son échec sur mon site, à la page :

http://www.jp-petit.org/nouv_f/NEXUS_jan_2013.html

Le NIF, projet initié en 1990, mettait en batterie 192 lasers, développant une puissance totale de 500 térawatts. Le dépôt d’énergie sur cible était de 0,18 mégajoule.

APAG2 : Pour obtenir la fusion, il fallait combien ?

J.-P. Petit : Le projet était aux USA chapeauté par le DOE, le Département de l’Energie. Etant donné le coût du projet, qui représentait plusieurs milliards de dollars, les responsables ont demandé à ce que des expérimentations soient menées pour déterminer ce chiffre. Cela a donné le projet ultra-secret Centurion Halite qui a été mené de 1978 à 1988 dans le site d’essais américains souterrains du Nevada. Pour ce faire on mettait à feu un engin à fission à proximité de cibles deutérium-tritium situées à des distances croissantes. Il était alors possible d’évaluer la puissance, sous forme de rayonnement X, nécessaire pour amener ce mélange à température de fusion.

APAG2 : Et le résultat a été ?

J.-P. Petit : On a obtenu le chiffre cherché : de 10 à 20 mégajoules.

APAG2 : A ce que je vois, c’est supérieur à ce que pouvaient produire ensemble ces 192 lasers.

J.-P. Petit : John Nuckolls, responsable du projet, imagina alors pour sauver celui-ci que la compression ne soit pas effectuée sur une bille de deutérium-tritium à l’état liquide, mais sur une couche de givre de DT solidifié, déposé sur la face interne d’une minuscule coque creuse.

APAG2 : Ca se compliquait.

J.-P. Petit : Et ça n’a pas marché et voici pourquoi. Il y a un fluide qui appuie sur un autre fluide et les deux ne sont pas de même densité. Se manifeste alors ce qu’on appelle l’instabilité de Raleigh-Taylor. Prenez un verre d’eau et déposez dessus un fluide plus dense. Il va donner naissance à des formations qui évoquent les villosités intestinales ou pour être plus précis les ronds de fumée qu’on peut former avec la bouche. Vous en trouverez aisément des images sur Internet.

Raleigh-Taylor

L’instabilité de Raleigh-Taylor

 Raleigh-Taylor-2

L’instabilité, simulée par ordinateur

APAG2 : Nuckolls connaissant bien le problème. L’échec du projet NIF est l’exemple parfait d’un projet entièrement fondé sur des simulations effectuées à l’aide d’ordinateurs très puissants. Nuckolls et ses collaborateurs étaient totalement convaincus que les expériences seraient conformes à ces prédictions fondées sur ces simulations. Il avait même dit, avant la campagne d’essais de 2012, que le problème se résumerait savoir quels seraient les ajustements des paramètres pilotant le programme pour que les simulations collent avec les résultats d’expérience.

APAG2 : Et alors ?

J.-P. Petit : La Nature a résolument refusé de se conformer aux prédictions issues des simulations. Les mesures ont révélé que l’instabilité de Raleigh Taylor jouait à fond et qu’il serait vain d’espérer réaliser une fusion auto-entretenue avec un tel montage.

APAG2 : Autrement dit le programme gérant les simulations n’était pas bon.

J.-P. Petit : D’autres chercheurs en étaient convaincus et demandaient à examiner celui-ci. Mais l’équipe de Nuckolls faisait barrage en invoquant le fait que ce programme relevait du secret défense. Quant à retourner à la compression d’une cible, cette fois sphérique, il fallait 55 fois plus de lasers.

APAG2 : J’imagine que c’est impossible à réaliser.

J.-P. Petit : Bien sûr. Il suffit d’aller voir, sur le net, à quoi ressemble ce banc laser comprenant 192 lasers. Vous imaginez un banc comportant mille lasers de ce genre.

APAG2 : N’est-il pas possible d’imaginer une autre façon d’obtenir la fusion par laser?

J.-P. Petit: Pas pour le moment. Ca n’a pas empêché les gens de la “com“ de nous présenter ce banc comme la préfiguration d’une centrale d’énergie basée sur la fusion par laser alors que ces lasers au néodyme ont un rendement de 1,5 %.

APAG2 : Est-ce qu’on ne pourrait pas accroître la puissance de ces lasers ?

J.-P. Petit : Avec de telles puissances c’est l’optique qui ne suit pas. Les lentilles reçoivent des puissances si importantes que l’indice de réfraction du verre en est affecté. C’est ce qu’on appelle de l’optique non linéaire.

APAG2 : Et alors ?

J.-P. Petit : Ces lentilles se brisent en mille morceaux.

APAG2 : Revenons à la France. Ce projet Mégajoule ne date pas d’hier. Les Français éteint-ils au courant ? Savaient-il que l’énergie à déposer sur la cible était au minimum de 10 mégajoules ?

J.-P. Petit : Oui, ils le savaient et ce point mérite d’être conté. Au début des années quatre-vingt un ingénieur militaire français se rend aux Etats Unis pour un colloque entre weapon designers, concepteurs d’armes, regroupant Américains, Anglais et Français. Il s’agit d’un colloque très fermé, évidemment. Et là notre gars drague une des Américaines et l’emmène dans un motel. Lui avait fait des essais de mesure de puissance émise par les engins à fission à Muroroa. Mais pas du tout dans le but de déterminer l’énergie requise pour provoquer la fusion dans une petite bille DT. La femme se méprend, croît qu’il s’occupe de l’équivalent du projet Centurion Halite, pour le France. Elle lui dit “pour la fusion, vous trouvez combien ? Nous on arrive à 10-20 mégajoules”.

APAG2 : Cette donnée était ultra secrète ?

J.-P. Petit : Absolument. Le type rentre en France et rend compte à sa hiérarchie. Cela revenait à condamner totalement le projet français de fusion par laser, le projet Mégajoule. Son supérieur lui demande :

  • Comment avez-vous eu cette information ?
  • C’est cette femme qui me l’a dit.
  • Elle vous a dit cela, dans quel contexte ?
  • Eh bien, nous étions dans ma chambre d’hôtel
  • Que faisiez vous dans cette chambre d’hôtel ?
  • C’est un peu délicat ….

 

Le supérieur en question hésite à transmettre l’information. Il demande au gars de lui rédiger un rapport, qu’il fait aussitôt classer secret défense.

 

APAG2 : Ce qui revient à l’envoyer aux oubliettes.

 

J.-P. Petit : Tout à fait. Et aujourd’hui nous nous retrouvons avec un projet à 6,6 milliards d’euros, avec 176 lasers au lieu de 192, dont on sait pertinemment qu’il n’aboutira pas.

 

APAG2 : ITER, Mégajoule, l’addition est lourde. Avec la situation de crise que connaît la France, c’est regrettable.

 

J.-P. Petit: Mais personne ne bougera, en particulier aucun scientifique en poste. De plus il faut toucher sa bille dans tous ces domaines. Vous trouverez sur le net des déclarations de gens qui, en l’occurrence ne sont pas des experts en matière de fusion. En dehors de ceux-là, dans cette sphère science il n’y a personne. Gardez aussi en tête que ce sont des projets qui s’étendent dans le temps sur plusieurs décennies. Ceux qui sont impliqués dedans savent que lorsque le bilan de l’échec devra être tiré beaucoup seront déjà … à la retraite. Bien peu ont le courage de remettre tout cela en question. A tous les niveaux de la hiérarchie on laisse courir, c’est tout.

 

APAG2 : On entend parfois des voies pour dire qu’on a trouvé telle ou telle solution miracle pour maitriser le problèmes des disruptions dans les tokamaks.

 

J.-P. Petit : Ce ne sont que des effets d’annonce. On brandit des recettes magiques qui ne sont que des vieilles lunes. A moins qu’on n’appuie des arguments sur des démonstrations s’appuyant sur des simulations

 

La prochaine fois je vous parlerai de la reprise, en France, du projet de surgénérateur et de la question du stockage des déchets nucléaires.

 

Poster un commentaire

par | décembre 17, 2015 · 10:59