Impasse de l’atome

par

Philippe Bach

Editorial du Courrier

Genève, 17 novembre 2016

 

Deux sondages, trois avis? Les projections relatives à l’initiative des Verts et des milieux antinucléaires pour une sortie de l’énergie atomique dans un délai rapproché (treize ans) sont nimbées d’un certain flou artistique. L’étude de l’institut GFS réalisée pour la SSR mesure une baisse du soutien populaire (de 57% à 48%), tandis que le sondage Tamedia table sur une stabilité du «oui» à 57%.

Il nous faudra attendre le 27 novembre pour être définitivement fixés. Dans tous les cas, comme il s’agit d’une initiative populaire, il faudra atteindre la double majorité du peuple et des cantons. Une gageure. Et pourtant, ce vote est une chance qu’il serait bien opportun de saisir. Pour des raisons de risque technologique majeur, de filière en bout de course et de durabilité.

Le risque – que le lobby de l’atome minimise constamment – croît avec le vieillissement des centrales. Celles de la Suisse sont parmi les plus anciennes du monde. Ce n’est pas de gaieté de cœur que les exploitants de Mühleberg se sont résolus à annoncer la fermeture de leur installation à l’horizon 2019. Les frais de re- mise à niveau n’en valaient plus la chandelle.

En cas d’avarie majeure d’une de ces centrales, c’est bien de la in de la Suisse que nous connaissons qu’il est question. Il suit de lire La Supplication, le magnifique ouvrage sur la catastrophe de Tchernobyl du Prix Nobel de littérature Svetlana Aleksievitch, pour avoir des frissons dans le dos à l’idée d’une telle perspective.

Deuxième raison: l’énergie atomique est onéreuse. Son coût est maintenu artificiellement bas par deux moyens. Une partie des coûts de développement a été pris en charge par l’Etat. Et, surtout, les exploitants n’ont pas à assumer le risque qu’il font porter sur la collectivité. Sils devaient s’acquit- ter d’une assurance RC en bonne et due forme, cela ferait longtemps que ces installations seraient fer- mées. Et l’on ne parle même pas du casse-tête que constitue la gestion des déchets radioactifs pour lesquels aucune solution n’a été trouvée, alors que cela fait des décennies que l’on cherche.

Enfin, troisièmement, cette filière est une scorie du passé, une impasse technologique. L’avenir est au solaire, à l’éolien, à la géothermie. En tentant d’exploiter ces centrales jusqu’au dernier kilowatt, coûte que coûte, le lobby de l’atome bloque, pour de basses raisons de gros sous, la transformation inéluctable de l’appareil industriel suisse. Une manière de s’accrocher au passé plutôt que de parier sur l’avenir. I

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans en français, Suisse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s