Votation sur le NUCLEAIRE : Synthèse pour indécis

par

Paul Bonny

Crans-près-Céligny

 

 

En approchant des votations vitales pour l’avenir de notre pays, de nombreux avis ont pu s’exprimer sur le sujet du nucléaire. J’ai été frappé par l’usage fréquent des chiffres – CHF et KWh – dans les argumentations. Vous n’en trouverez pas ci-dessous, à part les 350’000 morts au Japon, sous les bombes dont l’efficacité donnera naissance à l’énergie nucléaire. A l’origine du nucléaire, il y a la radioactivité naturelle qu’on trouve dans l’environnement. Le génie humain s’est empressé de créer une radioactivité artificielle qui est redoutable. Invisible, inodore, elle a tué celle qui l’a découverte : Marie Curie. Ainsi que sa fille. L’OMS confirme la nocivité des rayonnements qui provoquent en outre des mutations chez l’homme et ses descendants (Rapport OMS 1957). Cette mise en garde de vingt généticiens de renommée mondiale provoque alors une vive réaction des promoteurs de « L’atome pour la Paix » : L’OMS sera désormais soumise à la censure de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique). Un accord signé en 1959 obligera ces deux organes de l’ONU ­– aux buts diamétralement opposés « à agir en coopération étroite ». Cet accord est toujours en vigueur et empêche l’OMS de remplir sa mission.

 

Les bombes atomiques expérimentales larguées sur Hiroshima et Nagasaki (350’000 morts) ont donné l’idée à des physiciens de domestiquer cette nouvelle énergie baptisée « Atome pour la Paix ». Désormais le nucléaire se forge une image trompeuse : pacifique, inépuisable, propre, bon marché, sans danger. On a fait passer des guillotines pour des couteaux suisses ! Et ça a marché ! En 1969, à Lucens (VD) la première centrale suisse frise l’explosion suite à une conduite obstruée. C’est le sauve-qui-peut et désormais on achètera nos centrales à l’étranger. Episode peu glorieux soigneusement camouflé (Secret défense – La Suisse prévoyait de fabriquer sa bombe atomique, avec les déchets). L’accident est néanmoins classé en 4e position sur 7 des accidents mondiaux. « Il est criminel de développer une technologie qu’on ne maîtrise pas, surtout quand elle engage les générations futures » Théodore Monod.

 

Un congrès d’experts de l’EPFL réunis les 26 et 27 juin 1990 a reconnu que la technologie nucléaire ne peut et ne doit pas être considérée comme maîtrisée. Après les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima (loin d’être maîtrisées) des progrès ont été réalisés, surtout dans la façon de gérer une catastrophe dont la probabilité augmente avec l’âge des centrales. En France, les consignes sont de s’enfermer chez soi et de s’y calfeutrer, les évacuations s’étant révélées impraticables. Les gens seront donc contaminés et devront attendre d’éventuelles consignes d’évacuation. La fameuse pastille d’iode distribuée n’est efficace que si on l’absorbe 48 h avant l’arrivée du nuage radioactif. C’est le temps qu’il faut pour saturer votre tyroïde en iode non radioactif, ce qui l’empêchera de fixer l’iode radioactif. Donc seuls ceux qui habitent à plus de deux mille km du sinistre pourront laisser au nuage le temps d’arriver, et seront protégés.

 

Au Japon, comme en Ukraine et au Belarus après Tchernobyl, la stratégie des autorités est identique : il faut faire accepter la contamination aux victimes. Tous les moyens sont bons grâce à l’intervention d’experts en processus psychologiques pour parvenir « à ajuster l’homme à un monde dans lequel l’énergie nucléaire est largement utilisée ».

J’ignore si les habitants de notre pays ont réellement pris conscience de l’importance du scrutin du 27 novembre. Peuvent-ils s’imaginer cloîtrés dans leur logis, dans l’attente d’un exode massif vers l’inconnu ? Il suffit d’une erreur humaine, d’une vanne bloquée, d’un attentat … J’ignore si les membres du gouvernement de ce pays sont réellement conscients des responsabilités écrasantes qu’ils prennent en nous incitant à faire confiance à une technologie peu fiable qui a déjà démontré l’ampleur des désastres dont elle est capable ?

Albert Jacquard (illustre généticien français) nous a pourtant prévenu: « On est en train d’organiser le suicide à long terme de l’humanité. Face à un tel danger, si nouveau, si pervers, seul un effort intellectuel permettra de se prémunir ».

 

 

Publicités

1 commentaire

Classé dans en français, Suisse

Une réponse à “Votation sur le NUCLEAIRE : Synthèse pour indécis

  1. Ivo Rens

    Cher Paul, Etant grippé, c’est avec retard que j’accuse réception de ton envoi de la première page de Horizons et Débats. Je t’en remercie. C’est un article intéressant paru dans un journal intéressant auquel je suis d’ailleurs abonné. Pour donner suite à ton envoi, j’ai placé cet article sur le blog de l’APAG2. Bien cordialement, Ivo.

    Envoyé de mon iPad

    >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s