L’électro-nucleaire peut-il satisfaire la demande énergétique mondiale en 2050 ?

Par Philippe Lebreton, Prof. honoraire, Université Lyon 1


Le 6 novembre 2010, sur les antennes de la radio publique France-Inter, un représentant d’AREVA déclarait en substance : « 
L’électricité nucléaire est indispensable puisque le Monde doit doubler sa consommation d’énergie d’ici à 2050 ». Examinons cette proposition, qui prévoit de passer d’une consommation mondiale de quelque 8 Gtep à 16 Gtep [voir note 1] dans la première moitié de notre siècle.

En 2001 (données : A.I.E.A., Agence Internationale de l’Energie Atomique, Vienne), la consommation électrique mondiale annuelle s’élevait à 15 660 TWh (= 1,35 Gtep), soit 16,9 % de l’énergie totale (1,35 / 8,0), dont 2540 TWh (= 0,22 Gtep) d’électricité d’origine nucléaire. La part de celle-ci dans l’électricité de toutes origines était donc de 16,2 % (2540 / 15 660) ; corrélativement, la part de l’électro-nucléaire dans la consommation énergétique totale annuelle était de 2,7 % (17 % x 16 %) seulement. (Note : en 2012 : 2,2 % !)

Pour 2050, on envisagera l’hypothèse somme toute modeste d’un doublement de la part de l’électro-nucléaire (soit 5,4 %) dans la consommation énergétique totale ; celle-ci devant elle-même doubler, il en résulterait un quadruplement de la consommation électro-nucléaire, soit 10 160 TWh / an (= 0,87 Gtep = 870 millions de tep). En 2050, les réacteurs actuels, construits pour l’essentiel avant 2001, seront obsolètes, et la puissance électrique devra faire appel à de nouveaux réacteurs, à construire dans les quelque 40 années nous séparant de 2050.

Dans un scénario d’unités électro-nucléaires de 1000 MWé (= 1 GWé) fonctionnant avec une disponibilité à pleine puissance de 80 %, la production annuelle nette d’un réacteur est de 7000 GWh (1 x 0,80 x 365 x 24), soit 7 TWh. Fournir annuellement quelque 10 000 TWh exigerait donc la présence en 2050 de 1450 réacteurs (10 160 / 7) dont la construction étalée sur 40 ans aboutirait à un programme de 36 réacteurs fabriqués par an, soit un réacteur inauguré tous les 10 jours, en majorité dans les pays aujourd’hui émergents (Asie, Brésil), voire en voie de développement (Afrique, Amérique latine), à contextes sociaux et politiques probablement encore instables. Et comme il faut en moyenne 7 ans pour construire un réacteur, il y aurait en permanence 250 (36 x 7) chantiers ouverts dans le monde !

Ainsi, pour améliorer de 2,7 % seulement le budget énergétique mondial, nous prendrions le risque d’augmenter de 300 % le risque nucléaire civil, puisque la puissance électro-nucléaire mondiale actuelle est de l’ordre de 360 GW (372 GW diminué des réacteurs détruits de Fukushima), d’où une multiplication par 4 (1450 / 360) de la puissance actuellement disponible. Devant une telle disproportion entre avantages et risques, n’est-il pas évident de respecter ici un principe de précaution ? Pour autant, comment répondre à notre boulimie énergétique ? Deux pistes sont ouvertes : les énergies renouvelables, les économies d’énergie. Entre 2000 et 2010, les premières ont progressé dans le monde de 42 %, contre 6 % (7 fois moins !) pour l’électro-nucléaire. A ce rythme, il y aurait en 2050 une production électrique renouvelable de 9100 TWh contre 3400 TWh pour le nucléaire. Quant aux économies, nos descendants ne seraient-ils pas capables pour survivre d’épargner le vingtième de leur énergie ?

Philippe Lebreton, août 2013.

[note 1] : calculs effectués en « énergie finale » (= au niveau des consommations), avec l’équivalence thermique 1 TWh = 1 milliard de kWh = 0,086 Mtep, soit 1 Gtep = 11 630 TWh (1 milliard de tonne-équivalent-pétrole = 11 630 milliards de kWh).

Une réponse à “L’électro-nucleaire peut-il satisfaire la demande énergétique mondiale en 2050 ?

  1. Guillaume

    Très utile mise en perspective des réalités et de l’improbable expansion de l’énergie nucléaire.

    Pour confirmer ceci, une statistique depuis 1960 et deux graphiques sur des périodes plus récentes.

    http://energeia.voila.net/nucle/nucleaire_monde.htm

    Pour ceux qui veulent remonter plus loin dans les projections fantaisistes du secteur nucléaire, nous avons aussi ce petit récapitulatif.

    http://energeia.voila.net/nucle/nucleaire_prevision_realite.htm

    D’autres analyses très pertinentes à consulter, en plus des deux citées ci-dessus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s